Des nouvelles de moi

- mes voyages : j'aime voyager et j'aime photographier. Photos de vacances ...mes coups de coeur - scrapbooking : pour les amateurs de photos comme moi - littérature ou mes livres et auteurs préférés - jardin : pour les amateurs de nature

28 mai 2013

Derniers livres lus

Waouh!! C'est le seul mot qui me vient après avoir dévoré les 600 pages de ce roman. Encore un livre qui serait resté longtemps dans ma bibliothèque si ne n'avais pas inventé ce challenge. Il me permet vraiment de faire diminuer ma PAL.ligne noire

De Grangé, j'avais déjà lu "Les rivières pourpres", "Concile de pierre" et "Le vol des cigognes". J'avais un peu laissé tomber l'auteur sans doute à cause du nombre de pages de ses bouquins.

Je me suis plongé dans l'univers de Grangé avec délectation : une atmosphère lourde, sanglante mais moins oppressante que l'univers de Stephen King, je trouve.

Je suis toujours abasourdi devant une telle imagination, devant un tel travail intellectuel pour nouer une intrigue qui tienne la route. Je ne dirais pas qu'il n'y a pas, de temps en temps, exagération mais je crois que c'est courant dans les trhillers.

Ce livre est ce qu'on appelle, je crois, un page-turner sans équivalent en français.

De quoi s'agit-il dans le roman? D'une plongée en plein coeur du mal.

Marc Dupeyrat est un journaliste au passé mouvementé. Son meilleur ami s'est suicidé et sa femme a été sauvagement assassinée. A chaque fois, son corps a réagi par un coma. Mais il s'en est sorti et a repris son métier. Il est devenu "chasseur de meurtres" et s'intéresse à un meurtrier célèbre, ancien apnéiste, emprisonné en Malaisie. Cet ancien sportif tue des femmes qu'il saigne de manière particulière.

Marc veut comprendre. Que se passe-t-il dans la tête d'un tueur? 

extrait

"Ces deux évènements ont provoqué en moi une attirance morbide. Une fascination pour la mort. Et surtout une volonté de savoir, de comprendre. La mort d'Amico n'a rien à voir avec la pulsion criminelle mais elle a été comme un préambule. L'antichambre de l'horreur. Le corps de Sophie a été l'apothéose. Une question ouverte, comme une blessure. Comment était-ce possible? Comment pouvait-on faire ça? Ces évènements ont posé un doigt sur moi. J'étais choisi, élu, pour appréhender la nature profonde de la violence."

Il veut donc approcher le tueur mais comment? Celui-ci ne donne aucune interview du fond de sa prison malaise. Marc va donc s'inventer une identité. Il devient Elisabeth puisqu'il faut être femme pour avoir une chance d'approcher le monstre. 

Le piège est amorcé...

Jacques Reverdi, le tueur, lance des pistes à Marc/Elisabeth. Au bout de la quête, il y aura le secret...

Mais qui piège l'autre? Qui invente les règles du jeu?

Plongée dans l'horreur, à la racine même du mal.

Des descriptions qui font froid dans le dos, du sang qui coule telle une rivière, oui mais du sang noir...

Si habituellement je n'aime pas trop les effusions de sang et les descriptions glauques, seuls quelques passages m'ont vraiment gêné.

J'ai maintenant très envie de continuer à découvrir l'univers de Grangé, à plonger à la racine même du mal. J'ai lu sur "Wikipédia" que ce roman était le premier tome d'une trilogie consacrée à la compréhension du mal sous toutes ses formes. Affaire à suivre donc.

Un très bon thriller, d'après moi.

challenge Lire sous la contrainte

Avec ce roman, je participe aussi au challenge d'Evy "Douce France" puisque Grangé est un auteur français (qui s'est fait un nom aux Etats-Unis) et à celui de Liliba "Thrillers".

challenge douce france

challenge thrillers


Voici un livre que mon fils a dû lire pour l'école il y a quelques années et que je n'avais pas encore lu.verte

Mon challenge était l'occasion de découvrir cette auteure jeunesse.

Dans la famille de Verte, on est sorcière de mère en fille. Qu'elle le veuille ou non, tout comme sa mère Ursule et sa grand-mère Anastabotte, la petite fille sera donc une sorcière.

Seulement voilà, au grand dam de sa mère qui pense qu'il est temps que sa fille apprenne les rudiments de la sorcellerie, Verte ne veut pas devenir sorcière. Elle veut vivre comme les autres filles de son âge, se marier, travailler,...

Ursule confie sa fille à Anastabotte afin que celle-ci lui fasse entendre raison. Mais la grand-mère jette un sort à Soufi, un camarade de classe de Verte...

Un roman à 4 voix car chaque personnage prend la parole pour expliquer au lecteur les choses à sa façon.

Un roman gentil, sans grand suspense, assez répétitif qui ne restera pas longtemps dans ma mémoire.

Ce roman entre dans le cadre du challenge "Littérature jeunesse" organisé par Muti.

challenge jeunesse

challenge Lire sous la contrainte


Lorsque j'ai déniché "La ligne noire" de Grangé dans ma bibliothèque, j'ai immédiatement pensé à "La ligne verte" de Stephen King. Malgré le grand succès de ce livre et du film qui a suivi, je n'ai jamais acheté ce roman.la-ligne-verte_couv

L'occasion fait le larron. Alors qu'un des buts de mon challenge c'est de diminuer ma PAL, elle a augmenté avec celui-ci. 

500 pages encore! Stephen King a le don de publier des pavés.

J'ai commencé ce bouquin sans savoir de quoi il parlait. Je savais juste que ce n'était pas un roman d'horreur, genre cher   à l'auteur.

Et je dois dire que le début ne m'a pas emballé. Je me suis demandé pourquoi il avait eu tant de succès. Je me suis même dit que c'est la présence de Tom Hanks dans le film qui lui a donné la renommée qu'on connait.

L'histoire de cette souris savante ne m'a pas attiré plus que ça. Les pages défilaient sans qu'il ne se passe grand-chose et puis...

Et puis ce fut la révélation, les pages qui se tournent les unes après les autres avec avidité, l'envie de poursuivre, de connaitre la suite et la fin de l'histoire.

Pour ceux qui, comme moi, ignorent ou ont oublié le sujet du livre, voici un bref résumé.

Nous sommes en 1996, Paul Edgecombe, ancien gardien-chef d'un pénitencier, finit ses jours dans une maison de retraite. Il écrit, jour après jour, un épisode important de sa vie qui s'est déroulé en 1932.

A cette époque, Paul est responsable de la chaise électrique et des prisonniers qui attendent de passer la ligne verte c'est-à-dire de se retrouver quelques mètres plus loin que leur cellule, assis pour la dernière fois sur une chaise.

Un beau jour, Paul voit arriver un géant noir accusé d'avoir violé et tué deux petites filles. Cet être doux, placide, peut-il vraiment être un meurtrier?

John Caffey, ce grand noir au regard absent qui pleure très souvent, a un don auquel il est difficile de croire : il peut sauver des gens atteints de maladies incurables....

Je n'en dirai pas plus pour ne pas révéler le principal à ceux qui n'auraient pas encore lu ce célèbre roman que Stephen King a publié sous forme de feuilleton. Je dirai juste que l'histoire est tout à fait loufoque, irréaliste, qu'elle manque de crédibilité et pourtant...

Pourtant, ça marche, on vit avec Paul cette histoire extraordinaire et on a envie d'y croire. On espère que la fin ne sera pas celle qu'on croit, qu'on se trouve dans un conte de fées qui, par définition, se terminera bien. Et on a très envie de trouver sur sa route un homme comme John Caffey.

Un livre à lire absolument si vous ne l'avez pas encore fait et si vous voulez passer un très bon moment de lecture.

coeur

Encore un livre lu dans le cadre de mon challenge "Lire sous la contrainte".

challenge Lire sous la contrainte


Mélanie a 15 ans. Sa vie est plutôt noir goudron. Entre son père qui ne lui adresse la parole que pour se plaindre ou l'agresser et sa mère qui a choisi le silence, Mélanie s'est forgé une carapace.andriat

Elle a choisi de vivre repliée sur elle-même à l'abri du monde extérieur.

Un jour, un psychologue vient faire un exposé dans son école. Sans le savoir, cet homme va fissurer la carapace de la jeune fille. Presque en même temps, Mélanie va rencontrer un garçon qui achèvera de briser ses résistances.

Une révélation inattendue va ensuite faire voler sa famille en éclats...

Un roman pour ados qui montre que les jeunes que nous côtoyons ont parfois des problèmes gros comme des montagnes à supporter et que pour s'en sortir, il faut souvent trouver la bonne personne.

challenge littérature belge

challenge jeunesse

challenge Lire sous la contrainte


Voilà 10 ans que je n'avais plus lu de Patricia Cornwell. Il faut dire que ses polars ne font pas partie de mes préférés. Je préfère Harlan Coben ou Patricia McDonald par exemple.baton

L'adjectif "rouge" m'a fait sortir ce bouquin de la bibliothèque dans laquelle il patientait depuis plusieurs années.

Je vous le dis d'emblée : "Je ne l'ai pas terminé". C'est un bouquin de 600 pages et j'ai arrêté ma lecture à la page 160.

L'intrigue est sans doute intéressante : la disparition mystérieuse de jeunes filles, un condamné à mort qui se joue de la justice, le fiancé de l'enquêtrice/médecin légiste Kay Scarpetta qui réapparait après avoir été "tué" dans "L'affaire Benton"...

Mais je n'ai pas réussi à entrer dans l'histoire à cause de la longueur des scènes, des conversations qui n'en finissent plus et qui n'ont, pour moi, aucun intérêt, de la diversité des personnages (c'est souvent le cas dans les romans américains) dont on parle dans quelques chapitres avant qu'ils ne disparaissent pour réapparaitre plus tard, ...

Bref, je n'ai pas beaucoup apprécié ce récit et, comme je n'aime pas m'ennuyer en lisant, j'ai laissé tomber. Ce sera peut-être un adieu définitif à l'auteure ... bien que "L'affaire Benton" m'intéresse.

Qui vivra verra...

7è et dernière participation (ratée) à mon challenge du mois de mars.

challenge Lire sous la contrainte

 

Posté par philippedester à 05:17 - Littérature - Commentaires [7] - Permalien [#]

Commentaires

  • Bonjour mon doudou

    Rholala, tu as encore dévoré un tas de livres !
    J'ai lu le premier récit, je reviendrai tout à l'heure.
    C'est mardi, tu sais que ce n'est pas mon jour, tout tourne carré depuis ce matin.
    J'espère que ça tournera rond au bureau. On va tout faire pour.
    Le premier m'a subjugué, je ne le lirai pas, je vais en faire des cauchemars, je préfère mes doux rêves ! Il doit être très prenant.
    Je te laisse, passe une belle journée remplie de petits bonheurs et plein de bisous s'envolent vers toi.

    Posté par Mousse, 28 mai 2013 à 07:25
  • Bonjour Phil

    Je t'admire d avoir le temps de lire tous ces livres malgré le travail que tu as.
    Ceci dit dans ma jeunesse......je lisais aussi beaucoup...même les livres que mes filles me donnaient pour en faire de bons résumés pour l'école...chut ,elles avaient eu 8 livres a lire chacune a l'athenee de Morlanwelz pendant une semaine de congé de Toussaint et nous étions partis à Menton...Alors maman en lisait la moitie sur la plage.....
    Je crois que j'en ai eu une indigestion!!!!
    À présent je ne sais plus me tenir avec un livre en main...peut être d'autres occupations me tiennent a cœur...et j'ai parfois l'impression de ne rien faire pendant ce temps ...
    Je vais faire une petite balade pour me changer les idées avec le soleil ce matin.
    Bonne journée
    Amicalement
    Christiane

    Posté par Christiane, 28 mai 2013 à 07:44
  • Tu es un très gros lecteur....je lis à peu près un livre par semaine mais ce n'est pas régulier, j'ai des fringales puis je me calme . Pour "La ligne verte" , j'ai eu le même sentiment que toi... au début ...quel intérêt? ? ?.... puis j'ai été prise par le sujet et j'ai eu envie de connaître la suite, la fin! Bonne journée...ici, encore sous la pluie!

    Posté par domiescrap, 28 mai 2013 à 08:26
  • On ne peut pas aimer tous les auteurs ou certains de leurs livres !!!
    Bonne journée
    Monelle

    Posté par Monelle, 28 mai 2013 à 10:09
  • http://toutenun.eklablog.com

    Les rivières pourpres j'ai lu le livre et j'ai vu le film .
    La ligne verte je n'ai vu que le film.
    Je suis toujours admirative de la quantité de livres que tu peux lire en très peu de temps.
    Bises

    Posté par Marithé, 28 mai 2013 à 22:35
  • j'ai lu tous les Grangé et j'adore ( celui que j'ai le moins aimé est "Misere", le dernier "Kaïken" est excellent)
    j'aime beaucoup Stephen King et "la ligne verte" est un de ceux que je préfère, le film est aussi très bien
    Patricia Cornwell j'ai aussi tout lu, là je lis les deux derniers mais j'accriche moins qu'avant

    Posté par Patricia45, 01 juin 2013 à 16:31
  • Je n'ai jamais accroché non plus aux bouquins de cette auteure! Mal ficelé!

    Posté par sophie, 09 juin 2013 à 22:39

Poster un commentaire