Des nouvelles de moi

- mes voyages : j'aime voyager et j'aime photographier. Photos de vacances ...mes coups de coeur - scrapbooking : pour les amateurs de photos comme moi - littérature ou mes livres et auteurs préférés - jardin : pour les amateurs de nature

22 avril 2018

Derniers livres lus

biefnot

C'est un peu par hasard si j'ai entamé cette trilogie d'une auteure belge que je ne connaissais pas.

J'ai adoré "Comme des larmes sous la pluie" et je ne sais pas comment vous en parler. Je voudrais vous tenter, vous inciter à lire ce roman et, en même temps, je ne veux pas trop en dire, je ne veux pas dévoiler l'intrigue. 

D'un côté, il y a Naëlle, une jeune femme qui vit seule avec son chat, qui a peur des contacts et qui, pourtant, au fond d'elle-même, voudrait être comme tout le monde. 

De l'autre côté, il y a Simon, un écrivain célèbre, veuf, qui vit avec son fils. Sa famille est constituée d'un couple d'amis et de leurs enfants.

Si on se trouvait dans une romance, les deux héros se rencontreraient et fileraient le parfait amour. Mais on en est loin! Et ce qui apparait aux 2/3 du récit laisse le lecteur abasourdi! 

Je connaissais le thème exploité par Véronique Biefnot mais je ne m'étais jamais penché sur le sujet. Je savais seulement que ça existait. Oh que c'est dur de ne pas vous en parler...!!!

Entre les chapitres qui présentent à tour de rôle Naëlle et Simon, une voix enfantine s'élève, voix qui recouvre le récit d'une zone d'ombre. Mille questions passent par la tête. 

Puis, le lecteur (moi, en tout cas) est déboussolé! Il pense avoir loupé quelque chose. (Je me voyais déjà écrire à l'auteure pour lui demander des éclaircissements.) Et, tout à coup, tout s'éclaire! Paf! On rentre dans un sujet trèèèèès spécial, un thème inexploité dans les romans...

Allez, j'arrête là sinon je vous en dirai trop! Et puis, je cours lire la suite de ce récit dans le tome 2 "Les murmures de la terre". 

Si vous lisez ce bouquin, ne vous découragez pas. Au début, l'histoire est plutôt banale, il ne se passe pas grand-chose...jusqu'à la révélation et pouf ! 

Un livre que j'ai dévoré en deux jours. Thriller amoureux (comme le signale la 4e de couverture) ou pas; thriller tout court ou pas, ce bouquin est un véritable page-turner, une fois embarqué dans le train, le lecteur va jusqu'au terminus le plus vite possible! 

 

coeur


 

biefnot

Deuxième volet de sa trilogie, "Les murmures de la terre" de Véronique Biefnot nous emmène en Bolivie, dans le monde amérindien des chamanes.

Je le dis d'emblée, il ne s'agit plus d'un coup de coeur. L'effet de surprise est passé et le récit se déroule trop lentement à mon goût. Je ne me suis pas ennuyé mais j'ai trouvé certaines longueurs dans le récit. Le sujet principal, le chamanisme, ne m'intéresse pas particulièrement. J'ai d'ailleurs passé les pages où notre héroïne s'envole dans des voyages chamaniques.

Mais venons-en aux faits

Naëlle est toujours confrontée à ses démons intérieurs. Simon l'envoie faire un voyage thérapeutique, à la recherche d'elle-même, en Bolivie. 

Le voyage se termine, mais Naëlle a disparu. Simon, alerté par les autorités, prend l'avion pour retrouver celle qu'il aime par-dessus tout. 

Naëlle a été sauvée lors d'une chute dans un ravin par un indien qui l'emmène dans sa famille et la soigne. Elle participera ensuite à des voyages chamaniques qui, peu à peu, lui permettront de retrouver une partie de sa mémoire perdue...

Autres thèmes du récit : le dédoublement de personnalité, l'hypnose et les lobbies pharmaceutiques.

Note :

Après la lecture de "Comme des larmes sous la pluie", j'ai écrit un mot à Véronique Biefnot pour la féliciter pour ce premier roman très réussi.

L'auteure m'a gentiment répondu et m'a donné des explications sur sa trilogie :

"Si j'ai tenté de construire le premier sur le 
tempo de la course, le second est plus proche de la marche et de 
l'introspection ...tandis que le troisième ," Là où la lumière se pose", 
qui clôt ( provisoirement peut-être) la trilogie est plutôt dans la 
veine du premier, bouclant la boucle et remettant en scène tous les 
protagonistes."


biefnot

Dans "La où la lumière se pose", on retrouve Simon et Naëlle. La jeune femme, toujours en quête de son identité désire retrouver sa soeur Evelyne. 

Pour ce faire, elle devra pénétrer dans une secte. 

Sa soeur ne semble pas la reconnaitre. Elle a une petite fille avec laquelle elle a peu de rapport. Son mari est, comme on dit, trop poli pour être honnête. Evelyne est plutôt terne.

Une grande fête se prépare. Naëlle va y participer.

C'est alors qu'elle découvre des choses étranges : la représentation d'un serpent, une pièce cachée et un livre dans lequel elle lit des horreurs qui la ramènent des années en arrière. 

La voilà en danger...

Dans ce roman, comme dans le premier, une voix enfantine se fait entendre entre les différents chapitres, mais les phrases sont entremêlées et plus difficiles à comprendre. L'auteur y mêle des extraits de contes connus. Cette parenthèse ne m'a pas scotché au livre comme ce fut le cas pour le tome 1. 

Véronique Biefnot explore, à nouveau, les traumatismes liés à l'enfance dans ce volume qui clôt la trilogie.

Si le premier tome a été un véritable coup de coeur pour moi, les deux suivants ne m'ont pas enthousiasmé plus que ça. Si je vous conseille la lecture de "Comme des larmes sous la pluie", je vous conseillerais bien d'arrêter là votre lecture. Les deux suivants, sans être ennuyants, ne sont pas indispensables. 


chattam

Après avoir lu la trilogie du mal de Maxime Chattam, j'ai eu très envie de savoir ce qu'il était arrivé au mari de la détective Annabel O'Donnel. La réponse se trouvait dans "La promesse des ténèbres". J'ai donc lu ce dernier en complément à la trilogie. 

Hélas! Je n'ai plus retrouvé la magie que j'avais découverte dans la trilogie, dans le premier tome surtout. Je suppose que c'est l'effet de surprise qui m'a rendu si enthousiaste à la lecture de mon premier Chattam?

Moche, celui-ci? Pas du tout, un thriller comme les autres, j'aurais envie de dire...

J'ai eu la réponse à ma question et je ne me suis pas ennuyé, c'est le principal.

Ce livre est quand même moins glauque que ladite trilogie, je trouve, même si certaines scènes sont assez violentes.

Donc Brady O'Donnel, le mari de la détective, journaliste de son état, boucle un reportage et se demande ce que sera le suivant. Il n'a pas encore d'idée à développer et c'est un ami à lui qui lui propose de se pencher sur la pornographie. Il n'est pas très chaud mais accepte de rencontrer une jeune prostituée. Celle-ci se suicide devant ses yeux. Brady doit comprendre comment elle en est arrivée là et, peut-être même, la venger.

Au lieu d'appeler la police (ou son épouse), il fuit. Il ne voit pas comment il pourrait expliquer sa présence en ces lieux. 

Et c'est dans les souterrains de New York qu'il trouvera réponse à sa quête. Il y rencontrera des hommes-taupes qui ne voient jamais la lumière du jour. Il s'affrontera à de véritables vampires qui se repaissent de leurs partenaires, tout en réalisant des films vendus sous le manteau.

Mais Brady n'ira-t-il pas trop loin? Pourra-t-il venger la victime sans l'aide de la police? N'ira-t-il pas jusqu'à perdre sa femme pour arriver à ses fins? 

La réponse, on la connait, si on a lu la trilogie, mais les circonstances, tout à fait inconnues, se dévoilent petit à petit dans ce 4e tome. 


Passons maintenant à quelque chose de plus simple ! 

J'ai découvert, sur plusieurs blogs d'enseignants, qu'ils distribuaient des jokers à leurs élèves.  Ces jokers ou privilèges sont gagnés par un bon comportement. Il peut s'agir de "prolonger la récréation, de regarder un film, d'organiser un pique-nique, de choisir sa place en classe, de rester en classe sur le temps de midi, de jouer à l'ordinateur,...".

Ces idées  ont comme origine un roman jeunesse : Joker de Susie Morgenstern.

joker

Intrigué, j'ai commandé et lu ce livre que j'ai trouvé vraiment très bon. Non seulement, il est agréable à lire, mais il distille des petites règles de vie comme "Se faire plaisir", "Utiliser les jokers que la vie nous donne à la naissance" (joker pour apprendre, par exemple", "Il faut beaucoup de patience dans la vie",...sans être moralisateur.

"N'oubliez pas qu'on a des jokers dans la vie. Tout joker que vous n'aurez pas utilisé mourra avec vous."

"Pour se consoler, il n'y a rien de tel qu'un baiser."

"Se faire plaisir : une de ces choses qu'il est plus facile à dire qu'à faire."

"Quand on nait, on a automatiquement des jokers. Il vaut mieux les dépenser!"

L'histoire en quelques mots :

C'est la rentrée. Les enfants sont très déçus quand ils voient leur nouvel instituteur : un vieil homme "assis comme une buche à son bureau". Une voix basse et grave qui ne dit ni "bonjour" ni "je m'appelle" mais plutôt "j'ai un cadeau pour vous".

Ce cadeau, c'est un jeu de cartes qui n'est pas ordinaire : ce sont les fameux jokers que les enfants pourront utiliser à leur guise.

Certains de ces jokers sont tout à fait loufoques, inutilisables (sauf dans les romans) : joker pour rester au lit et ne pas venir à l'école par exemple. 

Très vite, les enfants vont apprécier cet instituteur hors du commun. Ce ne sera pas le cas de la directrice qui fera tout ce qui est en son pouvoir pour que son contrat ne soit pas renouvelé...

Le maitre offre d'autres cadeaux aux enfants : 

- un dictionnaire, par exemple : "Dans ce livre, il y a la clef de tous les mots"

- un mot : "Utilisez ce mot trois fois et je vous en fais cadeau, il est à vous!"

- un livre : David Copperfield : "Le livre est à vous à partir du moment où vous vous l'appropriez. Je vous fais cadeau de l'histoire, des personnages, des phrases, des idées, des émotions. Une fois lu, tout ça sera à vous, pour toute la vie."

Un livre que je recommande à tous ceux qui ont des enfants (ou petits) enfants à la maison et à ceux qui ont gardé un coeur d'enfant.

smiley 1


 

Autre style, autre genre : 

joyce

Voici une histoire d'amour peu commune, une histoire que le lecteur voudrait voir se terminer au mieux, mais la vie n'est pas un long fleuve tranquille, même dans les romans ! 

Adèle vit seule avec son fils Henry de 13 ans. Elle ne quitte presque plus sa maison, mais la rentrée des classes approche et il faut bien aller faire quelques courses.

Dans le supermarché, un homme s'adresse à l'enfant. Il voudrait que sa mère l'emmène chez eux. Adèle accepte. L'homme, Frank, est un taulard en fuite. Il est vivement recherché par la police. 

Les trois héros vont vivre quelques jours ensemble, apprendre à se connaitre et à s'apprécier. Adèle et Frank sont deux âmes en peine qui se rencontrent, ils tomberont vite amoureux l'un de l'autre.

S'ils veulent vivre ensemble, ils devront vivre cachés. Adèle devra tout quitter pour se créer une nouvelle vie au Canada.

Henry s'interroge : le couple a-t-il l'intention de l'emmener ou Adèle placera-t-elle l'enfant chez son père.

Un enfant de 13 ans est-il capable de garder un secret comme celui-là : un taulard en cavale vit chez lui et envisage d'emmener sa mère dans un autre pays?

Un huit clos qui tient le lecteur en haleine. Des événements que le lecteur voudrait pouvoir changer. Une réussite littéraire. 

 


 

 Je n'ai jamais changé le titre "Derniers livres lus", mais j'ai tellement de retard dans la présentation de mes lectures que celles-ci datent de 2015.

Pour mes dernières lectures, il faut aller sur le blog qui leur sont entièrement consacrés : http://phildes.canalblog.com

Bonnes lectures à vous tous ! 

 

 

Posté par philippedester à 06:51 - Littérature - Commentaires [7] - Permalien [#]

Commentaires

    Bonjour Doudou,

    Encore une belle panoplie, contrairement à toi, je n'accroche pas à Véronique Biefnot, et Chattam me fait avoir des cauchemars !
    J'ai eu un énorme coup de coeur pour "Long week-end".
    Je vois que tu as énormément de retard !
    Bon dimanche, bonne lecture.
    Bisous en pagaille.

    Posté par Mousse, 22 avril 2018 à 07:26
  • Merci Philippe pour ce beau partage! Bise, bonne journée tout en douceur!

    Posté par Maria-Lina, 22 avril 2018 à 13:40
  • Merci Philippe de ce beau partage qui ouvre des portes sur ldes lectures qui s'avèrent passionnantes.
    Des titres à noter et que tu as anotés
    Bon dimanche
    Bises

    Posté par Océanique, 22 avril 2018 à 16:03
  • Tu donnes envie de lire le premier tome , j'ai envie de savoir de quoi il s'agit .
    Bonne soirée

    Posté par Marithé, 22 avril 2018 à 18:36
  • de bonnes lectures que voilà ! bonne journée

    Posté par khanel3, 23 avril 2018 à 06:33
  • Rassure toi ! Tu sais très bien donner l'envie de lire ce que tu as aimé !!!

    Posté par Capucyne, 24 avril 2018 à 09:02
  • Bonne lecture alors!
    J'ai vu que Philippe Claudel a publié un nouveau roman, je voudrais bien le lire, je vais l'acheter, c'est "L'Archipel du chien"
    Bises amicales

    Posté par Tatiana, 24 avril 2018 à 20:57

Poster un commentaire