Des nouvelles de moi

- mes voyages : j'aime voyager et j'aime photographier. Photos de vacances ...mes coups de coeur - scrapbooking : pour les amateurs de photos comme moi - littérature ou mes livres et auteurs préférés - jardin : pour les amateurs de nature

29 mai 2019

Derniers livres lus

Ô Verlaine !

De Teulé, j'ai lu "Le magasin des suicides" qui fut un grand succès mais qui ne m'a pas enthousiasmé, ensuite "Charly 9" que je n'ai pas aimé du tout et "La Montespan" qui m'a moyennement plu.

Sur ce score pas très élevé, pourquoi ai-je lu un quatrième livre de cet auteur? Tout simplement, parce que j'avais envie de lire quelque chose sur Verlaine, un des rares poètes que j'apprécie, et que j'ai lu sur la 4e de couverture que Teulé était un grand amoureux de Verlaine. 

Alors? Verdict? Bof ! Décidément, je n'accroche pas trop à la plume de Jean Teulé.

L'auteur a choisi de raconter la dernière année de vie du poète, ne faisant que citer l'agression contre Rimbaud et la violence de Verlaine envers sa propre mère. 

Aucun doute, le poète a été détruit par l'alcool, cette absinthe, appelée fée verte, qui était à la mode au XIXe S et qui a bousillé bien des cerveaux ! 

Jean Teulé raconte cette période de la vie du poète à travers le regard d'un adolescent, Henri-Albert Cornuty, arrivé de Béziers pour rencontrer l'auteur du recueil de poèmes offert par son oncle. Le gamin fut bien déçu lorsqu'il rencontra son idole pour la première fois, c'est une épave qu'il découvrit dans son lit ! Pourtant l'enfant ne se découragea pas, fréquenta le poète de plus en plus et n'hésita pas à tuer pour lui. (Je ne sais pas si l'ado a réellement existé ou si c'est un personnage imaginaire).

Bien des artistes "connaissent" une vénération posthume. Ce ne fut pas vraiment le cas de Verlaine qui, à la fin de sa vie, était l'idole des étudiants du Quartier latin. Ses vers se vendaient bien, mais l'argent lui servait à payer l'alcool qui le détruisait ou les femmes qui ne valaient guère mieux ! 

Il mourut donc dans la misère de par son attitude face à sa propre vie.

Je connaissais assez bien la vie de ce génie du XIXè, mais les détails lus ici le dépeignent vraiment comme un "Pauvre Lelian", anagramme de ses nom et prénom, à la sexualité plus que douteuse ! 


ciel

Il y a quelque temps, j'ai lu et beaucoup aimé "36 chandelles" de Marie-Sabine Roger

"Le ciel est immense" est son premier roman. Je l'ai rencontré à plusieurs reprises et j'ai eu envie de le lire. Il fait une bonne centaine de pages; il y a donc moyen de le lire en un jour. 

Ce livre fait partie, selon moi, de ceux "qui font du bien". 

Je me pose souvent la question de savoir pourquoi on aime ou on n'aime pas un bouquin. Ici, il ne se passe pas grand-chose. L'héroïne va avoir 60 ans, elle se voit vieillir et le supporte mal. 

"La soixantaine? Elle frapperait le glas des illusions. Vieillir, c'est mourir à tout enchantement."

Elle est divorcée, n'a pas entretenu de bonnes relations avec son fils et a abandonné la peinture. Elle est seule et pense le rester.

"Le bel âge, c'est quand on aime, quand quelqu'un serre votre main."

Elle fuit et pense en finir. C'est alors qu'elle rencontre un petit garçon qui fait furieusement penser au Petit Prince que l'auteure évoque d'ailleurs. 

Une conversation s'engage entre l'adulte et l'enfant, un enfant qui pose des questions sur la vie, un enfant qui remet la vie de l'adulte en question.

"Quand tu peins, ça te fait comme du bonheur. Tu peins plus, parce que tu ne veux plus être heureuse, voilà."

La soixantenaire repousse son suicide. Peut-être arrivera-t-elle à revivre...

J'aime l'écriture de Marie-Sabine Roger. C'est vrai que l'histoire se traine un peu puisqu'il n'y a pas de rebondissements, qu'on pourrait reprocher à l'auteure les similitudes avec le roman de Saint-Ex, mais bon, pourquoi ne pas se laisser porter par les mots de l'auteure tout simplement? 


danse

Anne-Laure Bondoux, je ne connais pas. De Jean-Claude Mourlevat, j'ai lu 6 ou 7 livres dont "La balafre" que j'ai adoré.

"Et je danse aussi", je l'ai rencontré sur plusieurs blogs où il est classé comme livre "feel good". Comme lire des livres qui "font du bien", ça fait du bien parfois, j'ai décidé de lire ce roman épistolaire, moi aussi.

Résultat? J'ai bien aimé, mais pas adoré, et il ne m'a pas fait vraiment du bien !

Un roman épistolaire, un échange de lettres donc, plus précisément de mails entre Pierre-Marie Sotto, écrivain à succès, qui a perdu l'inspiration lorsque  sa 4e femme a disparu sans laisser de traces, et Adeline Parmelan, fidèle lectrice, qui lui a envoyé une grosse enveloppe. L'auteur suppose qu'il s'agit d'un manuscrit et n'a pas l'intention de le lire. 

S'établit alors une correspondance entre les deux personnages qui, bien vite, se lient d'amitié. Mais, par mails, on peut tout inventer, on peut même s'inventer une histoire, une identité et mentir effrontément. 

Ces deux correspondants ont des blessures qu'ils peuvent se soigner mutuellement, aussi les échanges se font presque quotidiennement, devenant vite indispensables pour l'un comme pour l'autre.

Mais, un jour ou l'autre, il faut bien que la vérité éclate au grand jour...

En plus de ces personnages principaux, on retrouve l'éditeur de Pierre-Marie qui attend un manuscrit avec impatience mais ne bouscule pas son auteur et ami, un couple d'amis de l'écrivain et une hystérique dont on aurait pu se passer...

Un roman plaisant, agréable et facile à lire, mais pas extraordinaire, à mon avis. Je dois pourtant avouer que plus j'avançais dans ma lecture, plus j'avais envie de continuer et de connaitre la fin de l'histoire. Et finalement, on peut dire que la fin, c'est au lecteur de la créer. 

Je pense que ce bouquin plaira plus à un lectorat féminin...


 

C'est spécial, les livres de Gilles Legardinier ! Je commence ses romans et regrette vite de les avoir achetés : il ne se passe pas grand-chose ! Et puis, petit à petit, je m'attache aux personnages plus qu'à l'histoire. J'ai envie de continuer, de savoir comment l'histoire va se terminer. Finalement, arrivé à la fin du livre, j'ai passé un bon moment et je ne regrette pas ma lecture. 

Quand on lit du Legardinier, on sait qu'on va lire un texte plutôt humoristique. Oui, mais, de l'humour, Legardinier en use et en abuse ! Certaines scènes sont tout à fait loufoques et irréelles ! J'en aurais bien supprimé 2-3 dans "Ça peut pas rater" ! Pour ceux qui l'ont lu : la scène où l'héroïne veut récupérer une lettre chez son ex , sent une présence dans son dos et parle au chat derrière elle, est complètement idiote ! N'importe qui se serait retourné en entendant du bruit. L'histoire des gants de ski n'est pas plus crédible ! Il y a d'autres scènes du même genre ! 

Mais bon, l'auteur veut écrire des livres qui "font du bien" et il y arrive assez bien. Il faut se laisser entrainer par les personnages, tous très bien décrits d'ailleurs. 

J'aime beaucoup la façon dont Legardinier entre dans la peau d'une femme. Il me semble qu'il observe beaucoup la gent féminine et qu'il analyse bien les sentiments féminins. Il n'hésite pas non plus à décrire les travers masculins. Un homme qui se remet sans doute facilement en question.

Alors, l'histoire? Toute simple. Une nana se fait larguer par son mec (Marie, en couple depuis dix ans, est trompée par son compagnon qui la met dehors) et veut se venger. C'est tout ! 

Bon, c'est pas tout à fait tout. Marie n'a pas d'endroit où aller et, au boulot, ça sent le licenciement à plein nez ! Alors, fini la gentille Marie, effacée, qui accepte tout et place à la Marie vindicative qui va tout faire pour garder son boulot, ennuyer son ex, et trouver un homme pour sa meilleure amie, Emilie. C'est tout ! 

Enfin, il y a encore les lettres anonymes que Marie reçoit d'un admirateur trop timide pour se déclarer. La jeune femme va donc observer tous les hommes de son entourage pour découvrir celui qui la "kiffe" et finir par choisir elle-même celui qui partagera sa vie! 

Cette fois, c'est tout ! Et je pense que je me laisserai tenter par "Quelqu'un pour qui trembler".

C'est tout? Il y a encore la solidarité des collègues de Marie qui s'unissent pour souvent leur entreprise et leur emploi, l'amitié entre hommes, entre femmes, entre hommes et femmes. On peut y retirer pas mal de choses finalement...


 

 

Découverte avec "Trente-six chandelles", Marie-Sabine Roger est en passe de devenir une de mes auteurs préférées. 

J'ai lu et beaucoup aimé dernièrement "Le ciel est immense" et j'ai acheté le recueil de nouvelles "Il ne fait jamais noir en ville" que je lirai prochainement. 

Alors que Gilles Legardinier se met facilement dans la peau d'une femme, c'est l'inverse pour Marie-Sabine Roger. Elle a choisi, comme héros, un homme de 45 ans, mal dégrossi, pas très malin ou pas très instruit en tout cas, et elle arrive à décrire parfaitement ses sentiments. 

Germain n'a pas été beaucoup à l'école. Sa mère ne s'est pas souciée de son éducation et son père a répondu aux abonnés absents. De plus, un instituteur a réussi à le dégouter de l'école et de la lecture. 

Un jour, Germain va rencontrer une vieille dame dans un parc. Le courant va passer entre eux et, de rencontres en rencontres, une véritable amitié va naitre. Germain va changer, mûrir, devenir moins égoïste peut-être. Lui qui ne s'est jamais intéressé aux livres va, avec joie, écouter Margueritte lui lire des extraits de romans. La vieille dame lui offrira même un dictionnaire qu'il utilisera en secret. Jamais il n'avouerait à ses copains qu'il est tombé sous le charme d'une octogénaire et des mots qu'elle utilise...

Un livre très agréable à lire. Un hymne à la lecture, une histoire d'amitié, d'amour et d'humour aussi (si je n'ai pas éclaté de rire, je me suis surpris à sourire à plusieurs reprises). Un livre que je conseille vivement.

smiley 1

 

PS Je n'aime pas la couverture. J'aurais aimé une image plus romantique...

    Ce roman a été adapté au cinéma. 

 

 


levy

On le critique beaucoup, on trouve qu'à chaque roman c'est à peu près la même chose, que c'est de la littérature de bord de piscine... Bon, d'accord, c'est pas du Zola ou du Hugo. Mais on peut lire autre chose, non? Lire de belles histoires qui font oublier le quotidien pas toujours rose ! 

Les romans de Marc Levy (et de bien d'autres auteurs contemporains) me font cet effet : je plonge dans l'histoire et j'oublie tout. C'est un peu le but d'une lecture, non?

En commençant ce roman, je dois quand même dire que je me suis ennuyé. J'ai trouvé le début lent, les conversations entre les personnages plutôt insipides. Bon, là, je suis sévère et pourtant j'ai fini par me laisser entrainer dans l'histoire et à la 200e page (ben oui, il a fallu le temps !), j'étais accro ... comme d'habitude.

Et l'histoire?

Imaginez que vous ayez un accident et que vous perdiez la mémoire. Difficile à supporter ! 

Imaginez maintenant que votre mémoire intégrale ait été enregistrée et qu'on puisse vous la réinjecter. Au bout de quelque temps, vous vous souvenez de tout. Prodigieux, non?

C'est ce qui arrive à un des personnages, étudiant en neurosciences...mais pas tout à fait, car sa mémoire a été réinjectée à quelqu'un d'autre...

Bon, là, j'en ai assez dit sur le sujet. 

Marc aborde aussi le thème de la cryogénisation, mais ce n'est pas l'objectif du bouquin.

Et puis, pour le côté fleur bleue, ce roman est aussi un formidable roman d'amour, un amour éternel qui survit à tout, même à la maladie. 

 


 

Et vous? Que lisez-vous en ce moment?  

 

 

 

 

 

Posté par philippedester à 06:14 - Littérature - Commentaires [4] - Permalien [#]

Commentaires

  • Bonjour Doudou,

    Encore une belle panoplie..
    On critique tout, celui qui n'aime pas Marc ne le lit pas, c'est tout.
    Tu sais que c'est mon chouchou !
    Quand je n'aime pas un auteur, je ne critique pas, je l'ignore.
    Il y a assez d'auteurs. Il en faut pour tous les goûts.😜
    Passe une bonne journée, bisous😉

    Posté par Mousse, 29 mai 2019 à 12:25
  • La tête en friche de Marie-Sabine Roger me plaît bien d'après ton ressenti .
    Bises

    Posté par Marithé, 30 mai 2019 à 09:19
  • J ai lu récemment " ça ne peut pas rater.." un livre que j ai aimé pour sa fraîcheur.
    En ce moment je suis sur le dernier Bussi " on la trouvait si jolie ".
    Hier j ai terminé " la femme d à côté " un thriller dont la fin est surprenante, une fiction au top !
    Voilà. Voilà !

    Posté par Jacqueline, 31 mai 2019 à 17:14
  • Bonjour Doudou,

    Je pense qu'il y a un sérieux problème chez Canalblog, ton billet n'est pas passé, sur l'autre non plus.🤔
    Je reviendrai plus tard.😉
    Passe un bon dimanche, n'achète pas trop🎉, ton jardin est saturé !😃🌹

    Posté par Mousse, 02 juin 2019 à 08:02

Poster un commentaire