Des nouvelles de moi

- mes voyages : j'aime voyager et j'aime photographier. Photos de vacances ...mes coups de coeur - scrapbooking : pour les amateurs de photos comme moi - littérature ou mes livres et auteurs préférés - jardin : pour les amateurs de nature

03 février 2019

Dans un grand champ de nuages blancs..

Certains le savent : j'écris, depuis quelques années, essentiellement des nouvelles. J'ai participé à quelques concours avant de publier un recueil (indisponible maintenant) aux éditions Elzévir. Il s'intitulait "Textes et nouvelles de moi" d'où l'intitulé de mon blog. 

Il y a pas mal d'années, j'ai écrit un conte pour enfants qui s'intitule "L'étoile magique". Après avoir dormi très longtemps dans un tiroir, il a été publié par les éditions Chloé des Lys (toujours disponible maintenant). 

L'étoile magique par Desterbecq

Cinq ans plus tard, suivant l'insistance de mes élèves, j'ai écrit une suite ce conte : "Le livre magique", publié aussi chez Chloé des Lys.

 Résultat de recherche d'images pour "le livre magique philippe desterbecq"

Une suite encore s'intitulant "Le talisman magique" est chez l'éditeur. J'attends la décision du comité de lecture. 

Puis, je suis revenu à mes premières amours et j'ai écrit, à nouveau, un recueil de nouvelles intitulé "Ici ou au-delà" qui est sorti fin 2018 chez Chloé des Lys encore. 

Résultat de recherche d'images pour "le livre magique philippe desterbecq"

Et cette fois, j'ai la grande joie de vous annoncer la naissance de mon dernier bébé en date "Dans un grand champ de nuages blancs" publié aux éditions du Saule à Nancy. C'est mon premier roman et j'en suis très fier. Je me suis lancé dans son écriture sans savoir où j'allais, sans savoir si j'arriverais à écrire quelque chose de cohérent. Mon manuscrit a plu au comité de lecture des éditions du Saule qui ont voulu le publier tout de suite (un peu tôt puisque mon dernier né était encore bien jeune ! mais ce n'est pas grave). 

Résultat de recherche d'images pour "dans un grand champ de nuages blancs"  

Voici ce que l'éditeur en dit

Un accident et tout bascule pour Alex, 16 ans. Il n’est plus de ce monde… Enfin, il n’est plus un être vivant. Il va devoir s’habituer à ce nouvel état et continuer d’évoluer encore. Pour ce faire, quelques missions sur terre lui seront nécessaires. C’est ainsi, qu’avec beaucoup d’émotion et de sincérité, il va accompagner une grand-mère, une jeune fille et un petit garçon en fin de vie.

Poignant et sincère, ce livre donne de l’espoir. Il aborde la mort sous un angle différent. L’auteur vous livre la vie et les sentiments de ce jeune homme et des autres personnages avec tellement de justesse que vous vous laissez emporter dans leur univers, dans leurs ressentis.

Deux personnes (que je ne connais pas, mais remercie beaucoup) ont déjà chroniqué ce livre sur Babelio

c'est ici (https://www.babelio.com/livres/DESTER-Dans-un-grand-champ-de-nuages-blancs/1114076)

Promotion

Et pour ceux ou celles qui seraient intéressé(e)s par mon roman, je signale que vous bénéficiez d'une réduction de 20% sur le site de l'éditeur jusqu'au 17 février. Il revient donc à environ 11 euros. C'est ici : (https://www.editionsdusaule.com/produit/dans-un-grand-champ-de-nuages-blancs/).

Une suite?

Mon éditeur m'a demandé si j'envisageais une suite à ce roman. Je dois dire que je n'y avais jamais pensé, mais que l'idée a fait du chemin en moi. Je suis maintenant en train d'écrire la suite des aventures d'Alex. 

Pause

Comme je n'ai plus de photos à vous montrer pour le moment et qu'en plus le temps me manque, je vais maintenant mettre mon blog en pause pour quelques semaines. La reprise se fera sans doute avec l'apparition des fleurs au jardin...

A bientôt. 

Résultat de recherche d'images pour "pause"

Posté par philippedester à 07:23 - Ecrivons - Commentaires [16] - Permalien [#]

30 janvier 2019

Une nouvelle plate-bande

Il y a, entre mon garage et la porte d'entrée, une étroite bande de terre qui ne sert à rien. Quand on a acheté la maison, elle était plantée de rosiers qui me griffaient les bras chaque fois que je devais désherber. Je les ai enlevés et remplacés par du gravier. Là, je n'avais plus rien à faire, mais...

Mais, la végétation a fini par me manquer. Comme je faisais des petits travaux autour de la maison, j'ai demandé à l'entrepreneur de me refaire cette "plate-bande". Nous avons réfléchi aux plantes qu'on allait y mettre. Il pensait à des hortensias. Je n'ai pas voulu, ce n'est pas beau toute l'année et ça gèle parfois. Nous nous sommes entendus sur des conifères nains. 

Et puis, à la dernière minute, j'ai changé d'avis. 

Il a commencé par enlever l'épaisse couche de gravier. J'ai dû recouvrir la bande de bâches afin d'éviter les éclaboussures sur le mur blanc ! 

bande 1

Et puis, il a fallu attendre l'époque de plantation. 2-3 mois à regarder ça ! 

Et finalement, mon attente a été récompensée. 

bande 2

bande 3

Bien sûr, il faut attendre le printemps pour que tout ça soit joli ! 

Voici les plantes que j'ai choisies : 

- Pieris 'Little Heath"

bande 4

 

- un petit rhodo sans étiquette : 

bande 5

- skimmia 'japonica Rubella', le seul qui soit beau en ce moment : 

bande 6

- azalée 'japonica Palestrina', j'ai hâte de la voir en fleurs : 

bande 7

- rhodo hybride mauve. Lui aussi, j'ai hâte de voir ses fleurs : 

bande 8

- un acer, palmatum, parait-il, mais sans étiquette. J'espère qu'il survivra et qu'il sera très beau, vu son prix (hum ! )

bande 9

 

Et la terre a été recouverte par des écorces de pins des Landes en faible granulométrie. J'aime beaucoup  ! 

bande 10

Et voilà, il n'y a plus qu'à attendre le printemps pour voir ce que tout cela donne ! 

La citation du jour : Et si un enfant rêvait de devenir autre chose que ce à quoi la société le destinait? (Superman !)

Posté par philippedester à 06:24 - Jardin - Commentaires [12] - Permalien [#]

27 janvier 2019

Fantastique

Aujourd'hui, je vous emmène en Asie pour un spectacle époustouflant. Des dizaines d'hommes (des acrobates, des cascadeurs?) sont reliés entre eux et forment dans les airs des figures étonnantes. 

Bien sûr, ces artistes sont retenus par des fils, mais justement, comment font-ils pour évoluer dans les airs sans les emmêler? Un spectacle de toute beauté que je vous propose de visionner ici. (https://www.youtube-nocookie.com/embed/8oqPR5-GLuA?rel=0)

Bon dimanche. 

Résultat de recherche d'images pour "nanjing 2014"

Posté par philippedester à 06:59 - Coups de coeur - Commentaires [9] - Permalien [#]

23 janvier 2019

Derniers livres lus

gengis

Il y a quelques années, j'ai lu de l'auteur "Le disque de jade" en 3 volumes.

Quand Mélanie Rousset des éditions XO m'a proposé la lecture de Gengis Khan, je n'ai pas hésité. J'aime les romans historiques et je connaissais peu ce conquérant. 

J'ai appris pas mal de choses sur lui, sur sa vie, sur ses conquêtes, sur son évolution (pas tout puisqu'il existe un tome 2). 

Gengis Khan né Temüdjin a un précepteur chinois qui lui parle de Confucius et d'Alexandre le Grand. Le gamin rêve de grands espaces et de conquêtes. Il apprend à manier l'arc, à monter à cheval, à chasser avec les aigles qu'apprivoise son père. 

A la mort de ce dernier, il est exclu du clan car il a tué son demi-frère suite à une rixe. 

Il fuit mais prendra vite la tête d'un des clans de la steppe : les Quyat. 

Petit à petit, son rêve de grandeur se réalise. Il rallie à lui de nombreux peuples et est élu chef des Mongols. 

En filigrane, une histoire d'amour. Temüdjin est très amoureux de celle qui lui était destinée. Lorsqu'elle est enlevée par un de ses ennemis alors qu'elle attend leur enfant, il est fou de douleur. Il organise une expédition punitive pour la récupérer. Malheureusement elle a perdu son bébé. La revoilà enceinte, mais de qui? Temüdjin est-il le père de ce bambin? Ce dernier n'est-il pas le fruit des nombreux viols que la jeune femme a subis dans sa geôle? Le futur Gengis Khan ne se pose pas de questions...

Les conquêtes de ce grand khan (dirigeant) dans le tome II, je suppose.

Pour les amateurs du genre.

Merci à Mélanie Rousset et aux éditions XO.

 


amoureuse_sansreperes

Frank Andriat aime faire passer ses personnages d'un roman à un autre. Il est toujours agréable pour un lecteur de retrouver un personnage qu'il a aimé comme si c'était un ami perdu de vue. Pour cela, il faut toutefois se souvenir de ce qu'on a lu, ce qui est rarement mon cas.

En juin 2014, j'ai lu "Mon pire ami". Le héros, Dan, est un garçon mal dans sa peau, mal dans sa vie, qui vit avec un ami, Stany, dans la tête. 

Dans ce roman, le lecteur pouvait retrouver Monsieur Bonheur, un professeur de français issu d'un autre roman. 

Dans "Amoureuse", Dan refait surface. Il est sorti de l'hôpital psychiatrique dans lequel on a dû l'enfermer pour le soigner et est de retour à l'école.

Laure, nouvelle élève, tombe amoureuse de Dan au premier regard. Elle a déjà connu l'amour mais n'a jamais ressenti ce qu'elle ressent là. Elle fera tout pour se faire remarquer du garçon, ce qui ne tarde pas car Laure est très jolie. Mais voilà, Dan est un garçon bizarre et Laure se pose beaucoup de questions.

Puis il y a Esther qui est sortie secrètement avec le beau Dan, qui prévient d'abord Laure du côté obscur du garçon. Ensuite, elle fait une crise de jalousie, pour finalement tout raconter à Laure.

Mais l'amour a ses raisons que la raison ignore et Laure est tombée dans le piège de l'amour...

L'amour peut-il faire souffrir? Laure aura très vite la réponse à cette question.

Alors, tout d'abord, contrairement à ce que je lis d'habitude de Frank Andriat, ce roman n'est pas destiné à un jeune public. Roman adulte? Peut-être... Grands ados en tout cas ! Et midinettes sûrement ! 

Midinettes? Alors, pourquoi ai-je lu ce roman?

D'abord parce que je lis tout Frank Andriat. Ensuite parce que je ne savais pas exactement ce que j'allais y trouver malgré le titre évocateur. 

Eh bien, malgré tout, je ne regrette pas d'avoir lu ce roman plein de poésie. Car c'est surtout le style et le langage poétique de l'auteur que j'ai appréciés. J'avais déjà pu me rendre compte de ce talent de Frank Andriat dans "Jolie libraire dans la lumière" qui reste mon préféré. 

Voici quelques exemples de phrases qui ont attiré mon attention :

- Percevais-tu mon chant dans les rêves de ta nuit? A travers l'éther qui nous relie tous, venais-je, portée par ma passion, jusqu'en la grotte de ton sommeil? Entendais-tu que je frappais à la fenêtre de ton coeur? Il fallait que tu l'ouvres, que tu laisses le coulis de ma tendresse napper ton corps, que tu accueilles les mains fruitées de mon amour. 

- Tu cèderais aux attraits de mon ile inconnue qui t'inviterait sur ses plages, sur ses monts et au plus savoureux de son feuillage. 

- J'attends que l'orage passe. Je ne voudrais pas me faire éclabousser par ta peine. Je te dirai au revoir quand tu arrêteras de pleuvoir. 

- Tu t'étais transformé en un puzzle d'anxiété rayonnante et chaque morceau de toi donnait l'impression de souffrir. 

Un peu érotique aussi : 

- Chez lui, dans sa chambre, l'espérance ouverte à sa venue, mon désir chaud, humide d'envie et de crainte, prête à vivre l'instant du grand passage : la petite fille allait devenir femme dans un cri de plaisir douloureux. Ah, le souvenir brûlant de sa douceur, celui plus violent de ma déchirure, il butinait mon ventre. Ah, Matteo, il promenait dans mon pistil le va-et-vient de sa passion ailée. Ce jour-là, nous avons cru que tout serait possible et que notre relation serait un orgasme fleuri, s'épanouissant et atteignant, avec le temps, les neiges éternelles du plaisir...

Profitez-en. Ce n'est pas demain la veille que vous reverrez ce genre de phrase chez moi. Tiens, je pourrais peut-être participer au challenge "Le mardi, c'est permis" ! 

 


 

regard

J'ai découvert ce petit recueil de nouvelles à Mon's livre, la foire aux livres de Mons. L'éditeur a su me le vendre. Il parlait très bien de ce bouquin et, comme l'auteur est originaire du même village que moi, j'ai été tenté et j'ai acheté ce recueil de 9 nouvelles ayant un fil conducteur : le regard. 

Comme le dit l'auteur : "Un regard permet parfois de changer une situation, un homme, ou même une vie."

Une belle surprise pour moi ! J'ai beaucoup apprécié ces textes que j'aurais voulus un peu plus longs ! 

Pour moi, une nouvelle est réussie quand la chute est bonne, quand elle me surprend. C'est le cas ici. 

Il est toujours difficile de parler de nouvelles car chaque histoire est différente. J'en ai apprécié certaines plus que d'autres, c'est toujours le cas.

Dans "Du rouge au vert", la première nouvelle, une jeune femme prête à accoucher se trouve mêlée à un braquage. 

Dans la deuxième qui s'intitule "Elle", un homme est sous la coupe d'une femme qui le pousse au suicide...

Dans "Immortalisés", le narrateur est ... mort ! 

Dans "Points de vue", le lecteur assiste à un duel entre le mari et l'amant... Le point de vue de chaque protagoniste est donné.

"Ex machina" m'a beaucoup plu. C'est une rencontre tout à fait inattendue qui attend le lecteur.

Une de mes préférées : "En pleine réflexion" emmène le lecteur dans les abysses du cerveau humain. La chute est très inattendue et donne tout son sens au récit.

"No mand's land" nous plonge dans l'actualité avec cette histoire de migrant involontaire...

L'auteur termine en beauté avec "Ozymandias", une nouvelle un peu fantastique où une formule magique permet de se retrouver dans le corps de quelqu'un d'autre. Mais tel est pris qui croyait prendre...

Si le point commun est le regard, j'en trouve un autre : la mort, la mort qui n'est jamais très loin, qui se dessine parfois en filigrane. 

Louis Escouflaire n'avait pas 18 ans lorsqu'il a écrit ces textes qui témoignent d'une grande maturité. Il a participé à un concours et gagné le premier prix de la fondation Laure Nobels


MH C

Mary Higgins Clark n'est plus mon auteur de polars préféré depuis longtemps mais je continue à la lire avec un certain plaisir. Je pense que quand on en a lu un, on a tout lu, mais ses romans sont agréables et faciles à lire. Ce sont des polars gentils sans grandes effusions de sang. 

Le thème peut être différent dans chaque roman mais la trame est la même. Ici, il s'agit d'usurpation d'identité.

Ce roman est le 37e que je lis de l'auteur.

Deux ans plus tôt, Matthew, le petit garçon de Zan Moreland, décoratrice d'intérieure en passe de devenir une célébrité dans son domaine, a disparu. Les recherches n'ont rien donné. Pas de demande de rançon, aucune trace du petit garçon. Nul ne sait s'il est vivant ou mort. Nul, à part ses ravisseurs, dont Glory qui rêve de devenir comédienne et qui imite à la perfection les stars à la mode. 

C'est Glory qui détient Matthew et la jeune femme, à l'occasion, se fait passer pour la mère du petit. C'est d'ailleurs "perruquée" et habillée comme Zan qu'elle a kidnappé le petit. 

Deux ans plus tard, des photos de l'enlèvement paraissent dans la presse. Les inspecteurs n'ont plus aucun doute : c'est Zan elle-même qui a kidnappé son enfant. Mais qu'en a-t-elle fait? Où l'a-t-elle caché? L'a-t-elle tué? 

Zan clame son innocence; elle est persuadée que quelqu'un a usurpé son identité, mais personne ne la croit, pas même ses amis qui croient plutôt à un dédoublement de personnalité...

Partant du principe que le coupable est toujours celui qu'on attend le moins, j'ai hésité entre deux hommes. Le coupable est l'un des deux, mais l'histoire n'est pas très crédible à mes yeux. J'aurais préféré que ce soit l'autre...

 


bussi

"N'oublier jamais" est le premier Bussi que j'ai lu et ce n'est pas le dernier car c'est un gros coup de coeur pour moi !

Mais parlons d'abord du titre. Une chose me chiffonne : le "r" au bout de "oublier" ! N'aurait-il pas fallu écrire "N'oubliez jamais"? Si le verbe est à l'infinitif, n'est-ce pas "Ne jamais oublier" qu'il faudrait écrire? Qu'en dites-vous? Je chicane? Oui, peut-être, alors, venons-en aux faits.

Jamal n'a pas eu beaucoup de chance dans la vie (il lui manque un pied, remplacé par une prothèse), mais il a une volonté de fer (il veut participer à l'ultra trail du Mont Blanc). 

Il s'entraine tous les jours et décide d'aller courir en Normandie, à Yport exactement, non loin d'Etretat. 

Lors d'une de ses courses matinales, il est attiré par une écharpe rouge en cachemire, elle est accrochée à un fil barbelé.

Au bord de la falaise, une magnifique jeune femme est sur le point de se suicider. Elle a manifestement été violée (sa robe est toute déchirée) et battue. Jamal tente de l'empêcher de mettre fin à ses jours. Dans un geste instinctif, il lui lance la fameuse écharpe (qui sera un des éléments clés du récit) afin qu'elle l'attrape et qu'il la tire vers lui.

Malheureusement la jeune femme plonge dans le vide.

Le temps de descendre sur la plage et il découvre la femme avec l'écharpe autour du cou. 

Comment cette écharpe s'est-elle retrouvée autour du cou de la suicidée? C'est la première question que se pose Jamal, que se pose le lecteur avec lui et ce ne sera pas la dernière, loin de là. 

Je pense ne m'être jamais posé autant de questions à propos d'une intrigue. On peut dire que Michel Bussi a le don de manipuler son lecteur. Les pages tournent, on veut savoir, le suspense est intense, les rebondissements très fréquents ! 

Il s'avère bien vite que notre témoin du suicide devient le principal suspect de ce qui ressemble à un meurtre. Les policiers sont sûrs de leur fait : la jeune femme a été violée, battue et poussée dans le vide.

Jamal est aussi perdu que le lecteur. Se pourrait-il que son cerveau ait tout inventé, qu'il ait réellement assassiné cette femme? D'autant plus que la police va lui mettre deux autres meurtres sur le dos : ceux de deux autres jeunes femmes tuées dans les mêmes circonstances dix ans plus tôt.

Jamal va rencontrer Mona, une fille superbe, pas farouche, intelligente dont il va tomber amoureux et qui va l'aider dans la recherche de la vérité.

Un mystérieux individu semble être au courant de tous ses faits et gestes car, où qu'il se trouve, régulièrement, une enveloppe brune lui est adressée. Elle contient des pièces de puzzle : les affaires qui ont eu lieu dix ans plus tôt.

Jamal aurait-il occulté ces meurtres? Serait-il coupable sans qu'il ne le sache? Son cerveau bouillonne et celui du lecteur aussi !! 

Bravo monsieur Bussi ! Un polar parfait qui tient le lecteur en haleine durant tout le récit ! Bon, certains points me semblent peu crédibles, mais c'est souvent le cas dans les fictions, les polars entre autres, et je ne vous en fais aucun reproche !

coeur


annie

Annie Degroote est une auteure que je suis depuis quelques années. Elle centre la plupart du temps ses récits sur les villes du Nord de la France. 

Ici, l'action débute à Arras, mais l'auteure emmène ses lecteurs en Russie : à Saint-Pétersbourg et à Moscou. 

C'est donc la Russie du XIXe siècle qui est contée ici. 

Blonde ou Blondine Vaneyck est la fille d'un négociant en lin. Sa mère est morte, mais son père s'est remarié avec une Russe. 

Tous trois vont s'installer en Russie et Blonde entre dans la prestigieuse école Smolny. Pour entrer dans cet institut, il faut être noble et Blonde ne l'est pas. Seulement la famille est protégée par la grande-duchesse. 

Trois hommes scelleront le destin de cette jeune fille : Dimitri, un officier avec lequel elle doit se marier, mais qui la laisse lâchement tomber sous la menace de son père, Sergueï, le fils d'un ancien serf qui lui est de condition trop basse pour l'épouser et un inconnu qui l'épie et semble tout connaitre d'elle. Celui-ci la marie de force. Blonde lui donne un enfant qui sera élevé par sa belle-mère, une femme acariâtre et despotique ! 

Le père de Blonde est emmené en Sibérie où sa femme va le rejoindre. La jeune fille n'a alors plus aucun allié si ce n'est Ivan, le serviteur de son terrible mari. 

Un jour, Blonde retrouve son premier amour, Dimitri, qui affronte son mari en duel. La voilà veuve, sous la domination de sa belle-mère qui lui annonce la mort de son petit garçon. 

Blonde fuit. C'est alors avec Sergueï que le feu reprendra, mais ça, le lecteur ne le sait qu'en fin de récit.

La jeune femme repart en France pour ne revenir en Russie qu'au début du XXe siècle. Là, son passé ressurgit...

 

 

 

 

 

 

 

 

Posté par philippedester à 06:33 - Littérature - Commentaires [11] - Permalien [#]

20 janvier 2019

L'empire de papier

Il y a longtemps que je n'ai plus partagé avec vous mes chansons "coups de coeur". Aujourd'hui, ce sera plutôt une chanson "coup de poing" et le clip accentue les paroles de cette chanson que j'ai découverte sur le blog de Catherine

Cette chanson est autant à écouter qu'à regarder. Les images signées Greenpeace parlent d'elles-mêmes. 

Le clip commence par de merveilleux clichés de notre Mère Nature et continue avec ce que l'homme en fait. On le sait, on en a pris conscience depuis longtemps, mais qu'est-ce qu'on a changé à cette catastrophe programmée? 

Je ne vais pas polémiquer longtemps sur cet état de fait. Je vous laisse écouter et regarder : 

 

Puissent ces paroles et ces images ouvrir les yeux des aveugles que nous sommes...

Bon dimanche. 

Posté par philippedester à 06:13 - Coups de coeur - Commentaires [7] - Permalien [#]

16 janvier 2019

Les oubliés

Quand j'étais petit, dans les années 60, ma mère tenait une petite épicerie dans le village où nous habitions. Il y en avait deux autres ainsi qu'une boucherie. Pour un village qui ne devait pas compter plus de 5-600 habitants, ce n'était pas mal ! 

Tous ces petits commerces marchaient bien; les gens du village n'allaient pas ailleurs pour faire leurs achats. 

Quand ma mère a arrêté - ce doit être en 1972 -, on parlait déjà des grands magasins qui allaient "bouffer" les petits. Et c'est exactement ce qu'il s'est passé. Petit à petit, les petits commerces ont fermé dans les villages. Les voitures se sont multipliées (la pollution aussi !) et les acheteurs sont partis, attirés par les grandes enseignes. 

Il n'est pas rare, pour un villageois, de devoir des dizaines de kilomètres pour faire ses courses. Je remarque ça surtout en France, quand je vais en vacances. Le pays étant plus grand, les distances sont multipliées. 

J'ai également vu des écoles fermer; la ville attirant sans cesse de plus en plus de gens, donc d'élèves. 

Aujourd'hui, je voudrais vous faire découvrir, si vous ne la connaissez pas, une très jolie chanson d'un chanteur qui n'avait pas attiré mon attention jusqu'ici : Gauvain Sers. 

"Qu'il est triste le préau, sans les cris des marmots, les ballons dans les fenêtres
Même le p'tite boulangère se demande ce qu'elle va faire de ses bonbecs qui collent"

 

Posté par philippedester à 06:54 - Coups de coeur - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags : ,

13 janvier 2019

La nature sauvage

J'avais préparé un billet sur l'oiseau tailleur qui fabrique un nid de ses propres mains de son propre bec qui lui sert d'aiguille à coudre. Malheureusement, la vidéo n'est plus disponible. 

Je vous propose donc de regarder une vidéo sur la nature. 

La nature sauvage, pas encore détruite par l'homme, c'est ça. (https://www.youtube.com/embed/Hodomt6bBOw) Un peu plus de quatre minutes à déguster. 

Bon dimanche à tous. 

bouvreuil

Le bouvreuil : mon oiseau préféré. Je n'en ai malheureusement jamais vu au jardin. 

Photo prise sur le Net. Me le signaler si cette photo n'était pas libre de droit. 

 

Posté par philippedester à 08:09 - Coups de coeur - Commentaires [7] - Permalien [#]

L'oiseau tailleur

Ce dimanche, je veux vous présenter un petit oiseau qui nous est inconnu. 

Cet oiseau appelé "oiseau tailleur" ou "sylvie couturière" vit en Inde. Il fabrique son nid en cousant des feuilles ensemble. Lorsque les feuilles deviennent rousses, il est temps pour les oisillons de quitter le nid ! 

La nature est bien faite, ingénieuse et merveilleuse ! Comment cet oiseau (ou son ancêtre) a-t-il "pensé" à coudre? Question sans réponse ! 

Il suffit de cliquer ici  (https://www.youtube-nocookie.com/embed/0IaFXu2RiNE?rel=0) et vous ferez connaissance avec cet oiseau particulier. 

Résultat de recherche d'images pour "oiseau tailleur"

Posté par philippedester à 06:36 - Coups de coeur - Commentaires [5] - Permalien [#]

09 janvier 2019

Vacances 2018 (21)

En revenant de vacances, nous avons fait un petit détour pour visiter un site que je voulais voir depuis longtemps : le prieuré de Saint-Cosme, demeure de Ronsard. 

pri 1

pri 2

pri 3

pri 4

Je suis arrivé tout juste pour la visite guidée du site. Si l'on veut comprendre quelque chose, il est préférable de suivre un guide. 

Connu comme demeure de Ronsard qui en fut le prieur de 1565 à 1585, le prieuré était un monastère à moins d'une heure de marche de Tours. 

pri 5

pri 6

pri 7

pri8

Le poète, mort en ces lieux, a été inhumé dans l'ancienne église. 

pri 8

pri 9

pri 10

pri 11

Agé de 12 ans, Ronsard devient page à la cour de François Ier au service des princes et princesses qu'il accompagne dans leurs voyages. 

Dans les années 1580, il devient poète officiel du roi. 

Malade, il se replie souvent dans ses prieurés, notamment à Saint-Cosme où il dicte ses derniers vers. 

Sa maison est aujourd'hui devenue un parcours scénographique (écoute de poèmes, projections, livres, jeux) proposé au public. 

pri 12

pri 13

pri 14

Les nouveaux jardins proposent au public de découvrir le prieuré dans son contexte environnemental originel.

Malheureusement, au mois d'août, les rosiers étaient en dormance. 

pri 15

pri 16

pri 17

pri 18

pri 19

pri 20

Les jardins manquent un peu de maturité, je pense. 

pri 21

pri 22

pri 23

pri 24

pri 25

pri 26

pri 27

pri 28

pri 29

pri 30

Moi qui aime les ruines et les jardins, j'ai été comblé ! 

J'aurais voulu voir le jardin coloré des roses  Pierre Ronsard. Dommage ! 

La citation du jour : Vivez si m'en croyez, n'attendez à demain. Cueillez dès aujourd'hui les roses de la vie. (Ronsard)

Posté par philippedester à 06:14 - Voyage Voyage - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : , , ,

06 janvier 2019

Un documentaire à voir absolument

J'espère que vous avez bien commencé l'année. Une année qui nous réserve sans doute bien des surprises. J'espère qu'elles seront toutes bonnes. 

Je vous propose de la commencer avec un petit documentaire.

En 1976, l'équipe de l'explorateur Jean-Pierre Dutilleaux entre en contact avec les primitifs Toulambis (Papouasie, Nouvelle-Guinée), tribu qui n'avait jamais été en contact avec le monde extérieur, ni avec des hommes à la peau blanche. 

La caméra a immortalisé leurs réactions. 

Pour voir ce petit film, cliquez ici. (https://www.videoman.gr/7402)

S'ils sont peureux, ces hommes ne sont pas du tout agressifs. Je suis un peu étonné de leur attitude face à tant de nouveautés qui font peur ! 

Résultat de recherche d'images pour "toulambis"

 

 

Posté par philippedester à 06:40 - Commentaires [8] - Permalien [#]

02 janvier 2019

Vacances 2018 (20)

L'année est terminée, mais mon voyage pas. Il me reste encore quelques images à vous montrer. 

J'espère que vous avez bien récupéré des fêtes. 

Vous me suivez? Je vous emmène à Rocheminier, un village troglodytique. L'endroit permet de découvrir deux anciennes fermes troglodytiques avec leurs pièces d'habitation et leurs dépendances. 

troglo 1

troglo 2

troglo 3

troglo 4

troglo 5

troglo 6

troglo 7

A la sortie du site, une très jolie maison : 

troglo 8

Je vous emmène maintenant à Fontevraud l'Abbaye. Malheureusement, nous n'avons pas vu grand-chose car l'abbaye est entièrement entourée de hauts murs et, comme c'était proche de l'heure de fermeture, nous ne sommes pas rentrés. 

Nous passons tout d'abord devant l'église Saint-Michel :

font 1

font 2

font 3

Puis, nous nous heurtons aux hauts murs de l'abbaye. 

font 4

Avec un peu de recul...

font 5

font 6

font 7

font 8

Je n'ai malheureusement pas pu récolter plus d'images. Nous y  retournerons si nous logeons un jour dans le coin. 

Nos vacances dans la Loire se terminent ici. Janvier est le mois où on décide des prochaines vacances. Je vais commencer mes recherches.

La semaine prochaine, je vous emmènerai à La Riche, près de Tours. En effet, en rentrant chez nous, nous nous sommes arrêtés au prieuré Sant-Cosme. 

La citation du jour : Pendant que tu penses aux ombres de ton existence, tu ne t'émerveilles pas du soleil qui se lève chaque matin. (Frank Andriat)

Résultat de recherche d'images pour "bonne année 2019"

 

Posté par philippedester à 06:56 - Voyage Voyage - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : ,

30 décembre 2018

Bonne nouvelle

En cette fin d'année,  une magnifique nouvelle pour moi : mon recueil de nouvelles qui a été accepté par les éditions Chloé des Lys il y a des mois est enfin sorti ! 

couverture-recueil-jpeg

Il est difficile de résumer ou de présenter un recueil de nouvelles, mais voici quelques mots au sujet de mon dernier bébé : 

Tout d’abord, il faut savoir que toutes ces histoires sont vraies ou du moins la base est réelle puisqu’elles sont issues de brèves que j’ai lues à droite ou à gauche. J’ai brodé à partir d’un personnage, je lui ai inventé une vie, je l’ai confronté à d’autres héros, je l’ai placé dans diverses situations. Bref, je lui ai créé une vie qu’il n’a pas vécue à part l’événement lu dans ces petits articles de journaux.

L’originalité de ce recueil, il me semble, est qu’un personnage d’une nouvelle se retrouve dans la suivante. Pour boucler la boucle, le héros de la dernière rejoint celui de la première.

Nous commençons ces nouvelles avec un oncologue qui se trouve face à la maladie de sa meilleure amie. Pourra-t-elle la sauver ?  
La filleule de cette femme médecin, Line,  se retrouve face à son sosie parfait, Valérie dans la deuxième nouvelle.          
Valérie va rendre visite à sa petite cousine Lilou, petite fille diabétique qui sera sauvée par son chat dans la troisième histoire.          
L’héroïne du quatrième texte est Maïté, la marraine de Lilou. Le mari de la jeune femme s’est enfui avec son fils Malik au Maroc. Elle ne pense qu’à une chose : le retrouver !   
La meilleure amie de Maïté est Claudine. Elle, son mari Viktor et leur petit garçon, Sébastien quittent tout pour le pays des kangourous. Là-bas, le gamin disparaît. Claudine fait appel à une voyante pour le retrouver…
Et la dernière nouvelle permet au lecteur de retrouver l’oncologue de la première qui sera amenée à soigner la voyante. Celle-ci lui révèle d’étranges choses…

Mon livre est maintenant référencé, ce qui veut dire qu'il est susceptible d'être en vente partout. Il parait qu'il ne sert à rien de le commander sur Amazon, qu'il ne sera jamais livré. Ils indiquent d'ailleurs " temporairement en rupture de stock" Je n'en ai pas fait l'expérience. 

Si quelqu'un veut se le procurer, le mieux est peut-être de le commander directement chez l'éditeur. Je peux, bien sûr, l'envoyer par la poste à qui le désire, mais les frais de port sont élevés et augmentent donc considérablement le prix du livre. Dans ce cas, il sera, bien sûr, dédicacé ! Un cadeau de Noël après la date?...

PS Mon premier roman sortira fin janvier aux éditions du Saule. Je vous dévoile déjà le titre : "Dans un grand champ de nuages blancs". 

Je vous souhaite à tous un bon réveillon. Soyez prudents si vous sortez ! 

Résultat de recherche d'images pour "bon réveillon"

 

 

 

Posté par philippedester à 06:51 - Ecrivons - Commentaires [11] - Permalien [#]

26 décembre 2018

Vacances 2018 (19)

Nous voici au lendemain de Noël. Tout s'est bien passé pour vous? J'espère que vous êtes en forme ! 

On ne marchera pas beaucoup aujourd'hui. Je vous propose d'entrer dans la serre où quelques plantes sont à vendre. 

maul 49

maul 50

maul 51

C'est là que j'ai acheté cette jolie plante très graphique qu'est le Sophora Prostata "Little baby" présentée ici

soph 1

5 mois plus tard, elle se porte bien et a grandi un peu. 

Nous allons maintenant quitter le lac pour nous diriger vers la sortie. Vous allez voir que les paysages sont tout à fait différents. 

 

maul 52

maul 53

maul 54

maul 55

 

maul 56

maul 57

maul 58

maul 59

Si nous sommes allés ce jour-là et pas un autre dans ce magnifique parc de Malauvrier, c'est que commençait une expositon sur l'art floral japonais appelé "Ikebana". Je vous ai montré ça ici

Depuis j'ai suivi des cours et je suis à fond dans cet art ! 

maul 60

maul 61

Bonne dernière semaine 2018. 

La citation du jour : En art point de frontière. (Victor Hugo)

 

Posté par philippedester à 06:47 - Visite de jardins et de jardineries - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : , , ,

25 décembre 2018

Joyeux Noël

Joyeux Noël à vous tous et toutes. 

 

Posté par philippedester à 06:07 - Commentaires [1] - Permalien [#]

23 décembre 2018

La plante du dimanche

Ce dimanche, j'ai encore une plante à vous montrer : la spirée 'thunbergii'. J'ai craqué pour elle, en novembre, à cause de son feuillage flamboyant. 

aut 35

Bon, maintenant, elle est toute nue, mais son feuillage orangé à tenu un bon moment. 

La spirée de Thunberg est un petit arbuste originaire d'Asie. Il est très rustique (-25°). 

Son feuillage léger prend de jolies teintes automnales, son port en fontaine est très agréable, sa floraison est une des plus précoces du genre. 

aut 36

L'arbuste se limite à 1,50m de hauteur, mais est généralement plus large. Il peut être taillé après la floraison. 

aut 37

Ses fleurs blanches sont tellement nombreuses qu'elles couvrent le bois. 

Une fois bien enracinée, il peut supporter quelques sécheresses et ne demande pas d'entretien. 

Je n'en dis pas plus maintenant (on en reparlera au printemps) car, en lisant la description de cet arbuste (port en fontaine notamment), je ne suis pas sûr d'avoir eu le bon cultivar...

infos : aujardin.info (https://www.aujardin.info/plantes/spiraea-thunbergii.php)

Ceux qui la connaissent peuvent peut-être m'en dire plus...

Quoi qu'il en soit, son feuillage en automne est extraordinaire. 

Bon réveillon et bonne fête de Noël à vous tous et toutes.

Bon réveillon à tous Profitez bien de votre famille et régalez-vous. Plein de ❤❤❤

 

Posté par philippedester à 06:02 - La plante du dimanche - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags :