Des nouvelles de moi

- mes voyages : j'aime voyager et j'aime photographier. Photos de vacances ...mes coups de coeur - scrapbooking : pour les amateurs de photos comme moi - littérature ou mes livres et auteurs préférés - jardin : pour les amateurs de nature

15 août 2018

Evreux

Cette année, j'ai passé une semaine en Anjou, entre Angers et Saumur exactement. Comme nous ne voulions pas faire le trajet en une fois, on s'est arrêté à mi-chemin : à Evreux, ville que je ne connaissais pas et que j'ai eu ainsi l'occasion de découvrir. 

En arrivant, je me suis arrêté pour faire une première photo : la vue sur la cathédrale était splendide : 

Evreux 1

 

Evreux 2

Evreux est la capitale du département de l'Eure. Nichée au coeur de la vallée, elle attire, chaque année, de nombreux visiteurs, amateurs de vieilles pierres et d'art sacré. 

Après avoir déposé nos valises à l'hôtel, je suis parti en exploration. 

La tour de l'Horloge est un beffroi muni d'une horloge, situé sur la place de la Mairie. Elle a été construite au début du XVe siècle. 

Evreux 3

Evreux 7

Evreux 4

 

Devant l'hôtel de ville se dresse une très jolie fontaine. 


Au centre sur un socle se développe l'allégorie de l'Eure, représentée en jeune femme tenant une rame et appuyée sur le blason de ville, et de ses affluents l'Iton et le Rouloir.

Evreux 5

L'hôtel de ville a été construit à la fin du XIXe siècle. 

Evreux 6

La cathédrale Notre-Dame, de style gothique, est le siège du diocèse. 

D’une taille démesurée, le plus vaste sanctuaire de l’Eure réunit tous les grands courants de l’architecture religieuse. Edifiée au Xe siècle, sa nef garde de la période romane des arcades en plein cintre, tandis que les parties hautes furent rebâties au XIIIe siècle dans le style gothique avec le transept et le chœur.

Ses verrières sont considérées comme un chef-d'oeuvre de l'art du vitrail des XIIIe au XVIe siècles. 

Evreux 8

Evreux 9

Evreux 10

Evreux 11

Evreux 17

Petite balade au bord de l'Itonn rivière de 120 km de long et qui se jette dans l'Eure à Acquigny.

Evreux 12

Evreux 13

Evreux 14

Entre deux maisons apparait le clocher de la cathédrale : 

Evreux 15

L'autre tour : 

Evreux 16

Evreux 18

Je me dirige maintenant vers le jardin botanique. 

Evreux 21

Evreux 22

Evreux 19

Une serre, nouvellement construite, accueille quantité de plantes exotiques. 

Evreux 20

Evreux 23

Evreux 24

Evreux 25

Gros coup de coeur pour les bégonias ! 

Evreux 26

Evreux 28

Evreux 29

Evreux 30

Des feuilles d'une grandeur extraordinaire !

Evreux 27

Evreux, une ville/étape que je ne regrette pas d'avoir visitée.

Il y a également un très beau jardin, parait-il, mais il n'est ouvert que le samedi de 14 à 18h ! Il faut tomber juste ! 

La citation du jourN'oubliez pas qu'on a inventé la machine à voyager dans le temps et dans l'espace ainsi que vers d'autres mondes : le livre. Alors lisez. (Maxime Chattam)

 

Posté par philippedester à 06:18 - Voyage Voyage - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags :

12 août 2018

Ikebana

Pas de "plante du dimanche" aujourd'hui. Je voudrais vous parler d'un art japonais que j'ai découvert il y a peu, juste avant de partir en vacances, en fait. 

Et comme là-bas, il y avait justement une exposition, j'y ai couru...

Il s'agit de l'Ikebana. Le mot signifie "fleurs vivantes". 

Alors que les Occidentaux ont l'habitude créer des bouquets contenant quantité de fleurs différentes, les "bouquets" japonais sont beaucoup plus sobres. 

L'Ikebana est basé sur l'asymétrie, la légèreté, la simplicité. On a donc besoin de peu de matériaux et ce qu'on trouve au jardin peut donc souvent suffire. Une fleur, une branche et un minéral suffisent souvent pour réaliser un "ikebana". 

ik 1

Mais, apparemment, tout est permis. 

ik 2

ik 3

ik 4

ik 5

ik 6

Le récipient qui reçoit le montage a, bien sûr, son importance aussi. 

ik 7

ik 8

ik 9

ik 10

ik 11

ik 12

ik 13

ik 14

ik 15

ik 16

ik 17

ik 18

ik 19

Certains sont plus sophistiqués ! 

ik 20

Vous n'en verrez pas plus car une dame est venue me dire qu'il était interdit de photographier ! Comme j'avais déjà fait 20 photos, je n'ai pas trop râlé. 

Je crois que ça suffit pour se faire une idée de cet art japonais. 

Je m'y suis bien sûr essayé : 

ik 21

ik 22

ik 23

J'ai utilisé de la mousse de fleuriste pour faire tenir les plantes. Normalement, il faut utiliser un pique-fleurs.

 Résultat de recherche d'images pour "pique-fleurs ikebana"

Posté par philippedester à 06:07 - La plante du dimanche - Commentaires [11] - Permalien [#]
Tags :

08 août 2018

Derniers livres lus

J'ai passé une magnifique semaine dans la Loire, en Anjou plus exactement. En attendant le tri des photos et le premier billet, je vous propose quelques lectures...où on parle du bonheur. 

levyA ce jour, Marc Levy a publié 17 romans. J'en ai lu 15. Comme je n'ai pas beaucoup aimé "Le premier jour", je n'ai pas lu "La première nuit". 

"Une autre idée du bonheur" est à la fois une histoire d'amour et d'amitié, un road-movie à travers l'Amérique. J'aurais aimé que Marc Levy nous serve de guide sur cette route que ses héros empruntent. Moi qui n'aime pas les longues descriptions, ici, j'en aurais voulu plus ! 

Agatha a vécu 30 années d'enfermement. Ce n'est pas elle qui aurait dû être emprisonnée, mais elle n'a pas bronché, a simplement attendu que la coupable soit décédée pour sortir et essayer de prouver son innocence. Elle s'échappe donc de la prison et prend une jeune femme, Milly, en otage. 

Ensemble, elles vont parcourir des milliers de kilomètres, apprendre à se connaitre (le lecteur comprend vite qu'un lien les unit) et faire d'incessants retours vers le passé. 

Marc Levy en profite pour attirer l'attention du lecteur sur les dérives des nouvelles technologies, les liens du sang, et surtout sur une certaine histoire de l'Amérique, sur la défense des minorités.

Le sacrifice d'Agatha n'est, à mes yeux, pas vraiment crédible, mais bon, les fictions ne sont pas la réalité. 

Les deux femmes sont dépeintes avec beaucoup de précisions et le lecteur s'attache à elles, aussi différentes soient-elles l'une de l'autre.

La fin de ce récit m'a un peu déçu, car le fameux carnet dont Agatha a besoin pour se disculper semble tomber du ciel. Alors qu'elle a fait des milliers de kilomètres, a rencontré des tas de gens, il atterrit assez mystérieusement. L'auteur n'a pas cru bon de préciser où il était resté caché pendant toutes ces années, alors que c'est finalement le fil conducteur du roman. 

Un livre lu avec plaisir, mais qui ne sera pas un véritable coup de coeur. Pour moi, ce n'est pas le meilleur roman de Marc. 

Le nouveau Levy est dans ma PAL


bonheur

Coshka appelle ça sa "bouderie du mois", moi je dirais ma "déception du mois". Je m'attendais à tout autre chose de la part de l'auteur de "La liste de mes envies". 

On dirait qu'un esprit malin a mélangé les chapitres de ce livre. L'auteur change sans arrêt d'époque. Le héros enfant, adulte, son père, le mariage ou le divorce de ses parents, la naissance de sa fille et de son fils...

J'ai donc arrêté la lecture de ce livre à la page 130. Il ne m'apportait rien. Je pourrais même dire que je m'ennuyais en compagnie d'Antoine et de son introspection. 

J'ai d'ailleurs déjà oublié une grande partie de l'histoire que j'ai trouvé trop décousue. Rien ne m'a marqué si ce n'est - et ce n'est pas la première fois - le manque de ponctuation dans le dialogue. Va-t-on vers un non respect des règles grammaticales? Il y a déjà la poésie libre, y aura-t-il aussi la prose libre, exempte de toutes règles? 

Moi qui comptais lire les autres romans de Delacourt, me voilà refroidi ! 

 

smiley 2


 

bonheur

Voilà un livre que j'ai pas mal rencontré sur les blogs; j'en ai lu beaucoup de bien et j'ai voulu me faire ma propre opinion.

Alors? Verdict? 

J'ai aimé ou pas?

Oui mais ...

- l'histoire du mec dur, antipathique, impoli qui finit par séduire celle qu'il malmène, c'est du déjà vu

- j'ai cru lire un roman de Barbara Cartland ou un livre de la collection Harlequin

- l'ami homosexuel sur qui l'héroïne éplorée peut compter est assez récurent et cliché

- c'est plutôt un roman pour lectrices

- dès le début (ou presque) on sait que le rustre va séduire la belle et donc on connait la fin du roman...

Ou plutôt on croit connaitre la fin car le livre ne se termine pas vraiment comme prévu (Il faut dire que l'auteure a écrit une suite à ce roman. Il est donc presque certain que les événements se dérouleront comme le lecteur l'a prévu!).

Et c'est justement parce que la fin est inattendue que j'ai aimé le roman. Certaines lectrices auraient préféré que l'histoire se termine comme elles l'attendaient, moi pas!

Et puis, je suis un grand romantique. Les amours naissantes entre les deux héros ne m'ont pas laissé indifférent ! Et puis il y a une rivale que le lecteur déteste d'emblée qui vient mettre un peu de piment dans l'histoire, sans oublier la sympathique soeur du héros au caractère très éloigné de celui de son frère...

L'histoire, je suppose que tout le monde la connait. Diane a perdu son mari et sa petite fille dans un accident de voiture. Elle ne se remet pas de ce double deuil et n'est pas aidée par ses parents. Elle décide alors de fuir en Irlande afin de se reconstruire. C'est là qu'elle rencontre ce "gentleman" imbuvable...

Un livre court qui pourra plaire à beaucoup...de filles! 


 

Résultat de recherche d'images pour "entre mes mains le bonheur se faufile"Que penser de ce livre que j'ai voulu lire après avoir lu "Les gens heureux..."? C'est du même acabit. Un livre plutôt réservé aux femmes mais vous connaissez mon côté romantique, une romance ne me déplait pas...

Si "Les gens..." m'a fait penser à Barbara Cartland, "Entre mes mains" m'a fait penser à Barbara Taylor Bradford. 

Encore une fois, peu de surprises, la fin est courue d'avance, l'histoire d'amour est improbable mais existe quand même... On évolue cette fois dans le beau monde, l'argent coule à flot, les belles dames se parent de leurs plus belles parures.

Iris a toujours voulu être couturière mais ses parents en ont dédidé autrement. Du jour au lendemain, elle quitte son travail à la banque et s'inscrit pour une formation à Paris. 

Là, elle sera prise en charge par Marthe, une femme autoritaire, qui n'accepte aucun faux pas, qui veut tout régenter, qui jette sans remords tous ceux qui n'entrent pas dans son moule. Iris a du talent et Marthe veut la mener au sommet. La jeune femme accepte tout, en apparence du moins car, si Marthe a interdit à sa protégée de fréquenter Gabriel, jeune homme qui vit par elle, Iris désobéit. 

Lorsque Marthe se rend compte que ses deux protégés lui échappent, c'est le drame...

J'ai été un peu agacé par la faiblesse d'Iris qui se laisse manipuler, par le despotisme de la patronne que rien n'arrête, par l'attitude de Gabriel qui joue avec les femmes comme avec des poupées. Et puis, très vite, j'ai deviné comment le livre allait se terminer. J'aime les surprises, je n'en ai pas eu! 

Alors, oui, j'ai aimé, mais sans plus. A chaque lecteur (ou plutôt lectrice) de se faire sa propre opinion. 


 

 

bonheur

Je vais avoir du mal à vous parler de ce livre... Tout d'abord parce que c'est long ! Puis parce qu'il y a trois personnages et trois histoires qui s'entremêlent. Ensuite parce que je ne sais pas très bien si j'ai aimé ou pas, ce qui est curieux, et m'arrive très rarement. Et enfin parce que le mot "imbroglio" me vient à l'esprit en pensant à l'intrigue de ce bouquin...

Trois personnages donc :

Il y a d'abord Sophie, l'héroïne du roman précédent " La vie commence à 20h10" que je n'ai pas lu. Sophie a écrit un roman qui raconte la vie de la toute puissante Joyce Verneuil. Son manuscrit est refusé, mais Lucas, un réalisateur lui propose d'en faire un film. Il faudra pour cela qu'elle devienne directrice artistique, elle qui ne connait rien à la réalisation d'un film. 

Pour montrer à son mari qu'elle est capable de grandes choses, elle accepte...

Ce qu'elle ne sait pas, c'est que quelqu'un tire les ficelles...

Et puis, il y a Mélanie, qui pour obtenir un CDI de journaliste, infiltre l'équipe de Joyce Verneuil. Mais est-elle vraiment prête à tout pour arriver à ses fins? Même à trahir l'homme dont elle tombe petit à petit amoureuse?

Et enfin, il y a Julien, prêt à tout pour conquérir le coeur de celui qu'il aime ... ou qu'il croit aimer.

L'auteur passe sans cesse d'un personnage à l'autre. L'histoire rebondit sans cesse et tire un peu en longueur. C'est du style : "J'y vais ou j'y vais pas? Bon, j'y vais. Non, je n'y vais pas. Finalement, je me lance. Je ne suis pas capable de ça mais je le fais quand même."

Bref, je ne me suis pas ennuyé avec ces personnages, mais je pense que ce livre ne m'a rien apporté. Mon avis est donc mitigé. 

"Le bonheur commence maintenant". Je me demande encore quand...tant il me semble difficile à atteindre ! 


 

 

bonheur

Le bonheur, tout le monde le cherche, certains le trouvent, d'autres courent après toute leur vie. Cela dépend des circonstances, des événements qui surgissent dans la vie, mais aussi des individus et de la façon dont ils prennent les choses qui leur arrivent. Un même événement peut être vécu de différentes façons selon qu'on soit de nature optimiste, pessimiste, réaliste, ...

Pour terminer mes lectures sur le bonheur, j'ai lui "Du bonheur" de Frédéric Lenoir, un voyage philosophique, un traité sur le bonheur. 

De quoi dépend le bonheur? De nos gênes? De la chance? De la sensibilité de chacun? Est-ce un état durable ou une suite de plaisirs fugaces? Souffrance et bonheur peuvent-ils coexister? 

Frédéric Lenoir essaye de répondre à ces questions en citant différents philosophes de l'Antiquité à nos jours. 

Extraits.

Une vie heureuse, c'est d'abord et avant tout une vie qui apporte du plaisir. (philosophes grecs)

Le secret d'une vie heureuse ne réside pas dans la poursuite aveugle de tous les plaisirs de l'existence. 

Un bon équilibre passe par des exercices physiques quotidiens, une alimentation savoureuse et mesurée, une attention au souffle. Les 9/10 au moins de notre bonheur reposent exclusivement sur la santé. Le contact avec la nature constitue une expérience sensorielle régénératrice. 

Lorsque notre esprit est serein ou joyeux, le corps en tire les bénéfices.

Toutes les expériences qui nous procurent du plaisir ont pour effet un rééquilibrage des sécrétions hormonales et des neurotransmetteurs du cerveau.

Les neurotransmetteurs sont perturbés par une alimentation déséquilibrée, des débordements émotionnels ou le manque de sommeil.

Être heureux, c'est apprendre à choisir. Non seulement les plaisirs appropriés, mais aussi sa voie, son métier, sa manière de vivre et d'aimer. Choisir ses loisirs, ses amis, les valeurs sur lesquelles fonder sa vie.

Il est nécessaire, pour construire sa vie, de l'orienter, de lui assigner un but, une direction, de lui donner une signification.

Il faut vouloir son bonheur et le faire.

L'éducation et la culture peuvent parfois nous empêcher de déployer notre sensibilité, nous faire dévier de notre vocation ou de nos légitimes aspirations. Nous devons apprendre à devenir nous-mêmes par-delà les schémas culturels et éducatifs qui ont pu nous détourner de ce que nous sommes.

Pour Schopenhauer, notre sensibilité (nos gênes) détermine notre aptitude au bonheur et au malheur. 

On peut, par un travail sur soi, agir sur sa propre sensibilité pour la rendre plus épanouie...

L'appréciation que nous portons sur notre  propre situation est influencée par la comparaison avec celle d'autres personnes vivant à proximité ou dans un environnement proche. Notre bonheur nous apparait comme relatif, rapporté à celui des autres.

Notre vie émotionnelle est considérablement influencée par notre cerveau et par toutes les substances chimiques sécrétées par notre corps. 

NOUS POUVONS AGIR SUR NOS EMOTIONS ET NOS ETATS D'AME !

Plus nous sommes conscients de nos expériences positives, plus notre plaisir et notre bien-être augmente. La félicité ne se goûte que dans l'instant présent. 

La méditation permet de fixer l'attention, d'apaiser le mental, de calmer la ronde incessante des pensées, de se ressourcer intérieurement.

Beaucoup d'enfants souffrent de difficultés d'attention, sont hyperactifs et nerveux. Il n'y a plus de place dans leur vie pour construire leur intériorité. Trop de sollicitations du monde extérieur inhibent l'élan créateur de l'enfant. Le jeu reste un support incontournable pour la construction de son être.

L'inactivité et le silence, l'écoute de la musique, la lecture de poésie,la contemplation de la nature ou d'oeuvres artistiques sont autant d'atouts précieux pour fortifier notre vie intérieure... C'est en relâchant le mental que surgissent à l'improviste les solutions à nos problèmes.

Le vagabondage de l'esprit dans le passé procure un rare bonheur lorsqu'il va y exhumer des moments heureux.

Les optimistes réussissent globalement mieux que les pessimistes en tous domaines. Dans n'importe quelle situation difficile, alors que l'optimiste envisage une solution au problème, le pessimiste reste convaincu qu'il n'y en a pas ou que la situation critique va perdurer. 

Pas de vrai bonheur possible sans amitié ! 

Les gens les plus heureux sont les gens les plus ouverts aux autres.

Le fait de s'intéresser à autrui réduit l'égocentrisme qui est une des causes principales du malheur. 

L'assouvissement d'un désir nous apporte une réelle satisfaction, mais ces satisfactions sont de courte durée, car surgissent bientôt de nouvelles envies.  L'être humain est un perpétuel insatisfait qui court  de désir en désir.

Une même réalité peut être perçue différemment par deux personnes : l'une s'en féliciter, l'autre en être malheureuse.

Un homme malheureux sera malheureux partout, un homme qui a trouvé le bonheur en lui sera heureux partout. Un bonheur profond et durable devient possible dès lors que nous transformons notre propre regard sur le monde. Nous découvrons alors que bonheur et malheur ne dépendent plus tant des causes extérieures que de notre "état d'être". 

 

"Pendant que l'on attend de vivre, la vie passe." (Sénèque)

 

Posté par philippedester à 06:52 - Littérature - Commentaires [6] - Permalien [#]

05 août 2018

La plante du dimanche

Sophora Prostata "Little Baby"

Voilà un petit arbuste qui vient d'arriver chez moi. Je l'ai acheté en vacances. Il a, heureusement, bien résisté au voyage. Un arbuste très graphique que je ne connaissais pas du tout et qui m'a tapé dans l'oeil ! 

soph 1

A la taille adulte, le sophora atteint 1m pour 1,20m de large. Il peut être utilisé comme bonsaï ou être cultivé en bac, ce qui vaut peut-être mieux car il n'est pas d'une grande rusticité. Il vaut donc mieux le rentrer en hiver. 

Ses feuilles sont minuscules, composées, opposées et ressemblent à celles du robinier en petit. Le feuillage est caduc. 

soph 2

Les branches sont tortueuses, zigzagantes. 

soph 3

La plante se couvre de petites fleurs jaunes parfumées en mai/juin. 

Elle aime un sol frais et une exposition ensoleillée. 

 

soph 3

 

L'arbuste est censé résister à des températures de -5 à -10°. Je le garderai dans la véranda l'hiver, c'est plus sûr ! 

Apportez un engrais complet les premières années au début de la végétation. 

Autre chose : 

Voilà comment j'ai retrouvé mon buis à mon retour de vacances ! 

buis 1

 

buis 2

 

No comment. Je n'ai plus qu'à l'arracher ! Fini le buis pour moi ! 

Posté par philippedester à 06:34 - La plante du dimanche - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags :

01 août 2018

Mon jardin (9)

Il me reste un endroit de mon jardin à vous montrer. C'est une longue plate-bande dont je ne sais pas trop quoi faire. Tout d'abord, la plus grande partie se trouve à l'ombre. Ensuite, elle est située à gauche de la maison et je ne  la vois ni de la maison, ni du jardin arrière. Ensuite, le lierre a tout envahi. J'ai beau l'arracher, il repousse encore plus vite. C'est d'ailleurs le dernier endroit dont je m'occupe. Je le fais plus pour ma voisine que pour moi ! 

Quand nous sommes arrivés il y a 30 ans, il était planté d'hortensias (hydrangea macrophylla). Ils sont toujours là et ont pris de l'ampleur. 

hort 3

hort 4

hort 5

hort 7

Tout au début de cette plate-bande, il y avait un seringat. Il fleurit toujours. Je le taille tous les ans pour qu'il reste à cette hauteur. 

jar 214

Je vous l'ai présenté il y a peu. 

Le rosier grimpant était là avant nous également. Il fleurit toujours abondamment. Cette année, ses fleurs ont été grillées par le soleil car, si le parterre est en grande partie à l'ombre, le début reçoit les rayons du soir et la température à ce moment peut dépasser les 30° ! 

jar 255

jar 256

Un rhodo tout chétif était planté là. Je ne m'en suis pas vraiment occupé pendant une vingtaine d'années. Et puis, je lui ai mis régulièrement de la terre de bruyère et de l'engrais et il s'est mis à pousser et, pour me remercier, à m'offrir de jolies fleurs. 

jardin 38

J'ai planté un cytise (laburnum) il y a déjà quelques années. Il me donne très peu de fleurs. Je lui ai dit que s'il ne se décidait pas à fleurir, j'allais l'arracher. J'espère qu'il a compris ! 

jar 257

J'ai aussi ajouté un physocarpus. J'en ai 4 différents au jardin. 

j 138

j 139

J'ai enlevé un deutzia que je devais tailler régulièrement et dont le feuillage me donnait des boutons sur les bras et je l'ai remplacé par un de mes arbustes préférés : un hibiscus. 

jar 259

jar 260

jar 261

A l'autre bout, côté jardin, se trouve un énorme laurier-cerise que je ne peux plus voir. Un véritable monstre ! Il pousse comme un fou : je suis obligé de le tailler pour pouvoir passer dans ce parterre. Et puis, il y a toutes ces feuilles à ramasser sans cesse ! C'est lui qui doit disparaitre cette année pour faire place à une petite terrasse ombragée. Affaire à suivre. 

jar 258

Il me restait à vous montrer le weigelia, magnifiquement fleuri pendant quelques jours et qui, lui aussi, subit une taille drastique, mais je ne trouve pas de photos de lui. Je vous l'ai dit : je vais rarement de ce côté-là.

Là, on a fait le tour du jardin. Certains coins me plaisent, d'autres moins. Ça dépend aussi de la saison. Au printemps, les plantes à bulbes éclatent de couleurs. En été, tout est envahi, ça devient la jungle. 

Dans les semaines qui viennent, je vous montrerai d'autres jardins bien plus beaux que le mien, car je suis allé passer une semaine dans l'Anjou où j'ai visiter quelques paradis terrestres. 

La citation du jour : Tu ne sais pas à quel point tu es fort jusqu'au jour où être fort est ta seule option. (Agnès Ledig)

 

Posté par philippedester à 06:30 - Jardin - Commentaires [12] - Permalien [#]

29 juillet 2018

La plante du dimanche

Aujourd'hui, je vous présente un nouveau venu au jardin, une plante pour laquelle j'ai craqué : l'indigotier. Je ne connaissais pas cette plante aux belles grappes de fleurs roses. 

jar 251

Les belles grappes de fleurs dressées s'épanouissent tout l'été jusqu'aux gelées. 

jar 252

L'indigotier se plait au soleil, dans un sol bien drainé et riche. Ajoutez du compost bien décomposé lors de la plantation. 

jar 253

L'indigotier est un arbuste à feuilles caduques qui ressemblent au feuillage du robinier, mais beaucoup plus petites. 

La multiplication peut se faire pas semis ou par bouturage des tiges semi-ligneuses en été. 

jar 254

L'indigotier est, parait-il, assez rustique (-15°). Il faut toutefois le protéger lors des hivers très rigoureux ! On peut le planter le long d'un mur qui le garantira un peu du froid. 

Elle vous plait? Moi, je l'adore. Reste à voir comment elle va évoluer.

Posté par philippedester à 06:05 - La plante du dimanche - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags :

25 juillet 2018

Mon jardin (8)

Allons voir maintenant ce qu'il se passe au fond du jardin. Une haie de thuyas cachait le mur disgracieux du voisin. Des groseilliers jamais taillés prenaient une place folle. Un vieux poulailler gâchait le paysage ! Hop ! On fait place nette ! 

Ceux qui étaient déjà présents en 2014 se souviennent sûrement : 

jar 215

jar 222

On commence par refaire le poulailler : 

jar 216

jar 217

jar 218

Il ne reste rien sinon ce vieux poirier : 

jar 219

Mais pourquoi ai-je laissé cet arbre plutôt moche? 

Tout simplement parce qu'il sert de tuteur à un magnifique rosier liane ! 

Et finalement il reste une longue plate-bande à aménager : 

jar 220

De quoi assouvir mes envies du moment ! 

jar 221

jar 224

Sans oublier de peindre le mur ! 

jar 223

L'enlèvement d'une souche va même me permettre de placer un petit bassin : 

jar 225

Quatre ans plus tard...

jar 226

jar 227

 

Tout a tellement poussé qu'il m'est impossible de passer entre les plantations ! Ici aussi, la taille s'impose ! 

Le poirier est toujours là ! 

jar 228

Cet arbre est double : j'ai des poires d'un côté et des coings de l'autre ! Les fleurs sont magnifiques ! 

jar 230

jar 231

jar 232

Dans le Kent, je suis tombé sous le charme d'un ribes à fleurs orange. Je n'avais pas son petit nom et celui qu'on m'a vendu est celui-ci : 

jar 233

Pas vraiment orange ! Ce n'est pas grave, il est beau quand même ! 

jar 234

J'adore les érables. J'avais là l'occasion d'en planter un. Il est un peu foncé et ne se voit pas trop de loin. (Remarquez le mur derrière, le lierre l'a envahi ! )

jar 235

 

Et à son pied : 

jar 237

Une magnifique aubépine rouge commence à cacher un peu les baraquements voisins. 

jar 236

jar 243

 

Les arbustes remplissent bien l'espace ! 

jar 238

jar 239

 

jar 247

jar 240

Le sorbaria a pris ses aises. Impossible de le dompter. Il a aujourd'hui la boule à zéro. Je l'ai rasé complètement. Je suis sûr qu'il va s'en remettre ! 

jar 242

jar 241

La végétation remplit tellement l'espace qu'il devient impossible de voir les plantes qui se trouvent derrière : rosier blanc ou rhododendron.

jar 244

jar 245

jar 246

Je termine avec mon magnifique rosier liane qui ne fleurit que quelques jours mais qui vaut bien les mois d'attente et le maintien de ce poirier plutôt moche ! N'est-ce pas? 

jar 248

jar 249

jar 250

La citation du jour : Le jardin me permet de sortir d'une vie frénétique, suractive, où il faut gagner du temps et ne jamais en perdre. (Pierre Rahbi)

 

 

Posté par philippedester à 06:35 - Jardin - Commentaires [14] - Permalien [#]

22 juillet 2018

La plante du dimanche

Le seringat ou philadelphus

Chaque année, j'attends avec impatience la floraison de mon philadelphus. J'adore ses fleurs blanches qui, en plus d'être belles, sont odorantes. Leur parfum est envoutant ! 

jar 212

L'arbuste en lui-même n'est pas très beau, et quand il est défleuri, il est même plutôt moche. Mais sa floraison vaut bien l'attente !

Dès qu'il a fini de fleurir, il essaye d'atteindre les étoiles. De hautes tiges s'élèvent vers le ciel ! Je le rabats alors à environ 2m. Il n'a pas le droit d'aller plus haut ! 

Il est recommandé de couper à ras les plus vieilles branches tous les 3 ans. C'est peut-être ce que je devrais faire pour qu'il soit plus présentable sans fleurs ! 

jar 213

Il ne demande pas d'entretien et se plaira dans n'importe quel coin de votre jardin : soleil (pas trop quand même) ou mi-ombre, terrain bien drainé pas trop sec. Il est très rustique. 

Cet arbuste est également appelé "jasmin des poètes" car c'est une des plantes les plus parfumées du jardin. 

Pour profiter de son parfum, autant le planter près de la maison. On peut l'intégrer dans une haie fleurie. 

jar 214

Ses fleurs blanches s'épanouissent en mai/juin. Elles sont solitaires ou groupées. 

Ne confondez pas le mot "seringat" avec "syringa", appelation des lilas ! 

La multiplication par bouturage se fait sur bois sec (tige ligneuse) entre novembre et février. 

Une valeur sûre au jardin ! 

Vous l'aimez? 

Posté par philippedester à 06:14 - La plante du dimanche - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags : ,

18 juillet 2018

Mon jardin (7)

Aujourd'hui, nous tournons le dos au potager. A droite de la pelouse, se trouve une longue plate-bande créée après l'arrachage de la haie de thuya. Une longue bande de terre vide donc que j'ai dû remplir. 

J'avais tellement d'envies que je n'ai pas eu de mal à trouver les arbustes pour la composer. 

jar 187

 

C'est en regardant ces photos que je me rends compte comme la végétation grandit ! 

jar 188

jar 189

jar 190

Quelle différence avec la haie de thuyas ! Comme vous pouvez le voir, mon voisin en a planté une. Je ne voyais pas pourquoi on devait en avoir une chacun de notre côté. Aussi, dès que la sienne a pris de l'ampleur, j'ai - enfin mon fils a arraché tous ces sapins disgracieux ! 

jar 191

jar 192

 

jar 206

Mes chouchous dans cette plate-bande : azalée, rhododendron nain et groseillier (ribes) à fleurs jaunes. 

jar 193

 

jar 204

jar 205

J'avais très envie d'hydrangeas Annabelle. J'en ai pris une bouture à l'école et je l'ai placée dans un grand bac afin d'éviter sa propagation. Cette plante a tendance à coloniser les lieux. Bien sûr, en bac, il ne faut pas oublier de l'arroser ! 

jar 194

jar 195

J'adore la fleur du sureau à feuilage noir (sambucus nigra). Malheureusement l'arbuste n'a pas tenu le coup. 

jar 196

jar 197

Je l'ai remplacé par celui-ci au feuillage doré. 

jar 198

Enfin j'avais de la place pour plante ce magnifique rosier Bukavu (mon chouchou qui fleurit tout l'été).

jar 199

jar 200

Ça faisait des années que j'avais envie d'un magnolia. Cette fois, j'avais de la plance pour en planter un ! 

jar 201

Quel plaisir de retrouvers ses fleurs à chaque printemps ! 

jar 202

 

jar 207

Et pour rester dans le blanc, à son pied, j'ai planté ceci, un Ledum 'Compactum' : 

jar 203

Toujours du blanc avec le magnifique exochorda ! 

jar 208

Tous ces arbustes doivent être surveillés et taillés régulièrement car ils n'ont qu'une envie : envahir le territoire de leurs voisins ! 

jar 210

jar 211

Là aussi, je pense que je vous ai montré le principal. 

La semaine prochaine, nous irons voir ce qu'il se passe tout au fond du jardin, du côté de mesdames les poules ! 

La citation du jour : Il nous faudra répondre à notre véritable vocation, qui n'est pas de produire et de consommer jusqu'à la fin de nos vies, mais d'aimer, d'admirer et de prendre soin de la vie sous toutes ses formes. (Pierre Rahbi)

 

 

Posté par philippedester à 06:24 - Jardin - Commentaires [10] - Permalien [#]

15 juillet 2018

Les insectes du dimanche

Pas de "plante du dimanche" aujourd'hui car je voulais vous montrer deux insectes du jardin. 

Il m'en faut peu pour être heureux. Un jour, j'ai vu passer un machaon, magnifique papillon que je n'avais plus vu depuis des années. Je n'ai malheureusement pas pu le photographier. Il survolait le potager en cherchant sans doute un endroit pour pondre. A ce moment-là, mes carottes (plantes de prédilection du machaon dont la chenille se régale des feuilles) étaient encore toutes petites, trop sans doute pour le formidable insecte qui est parti voir ailleurs - non pas si l'herbe était plus verte, mais si les carottes étaient plus grandes - pour mon plus grand désespoir ! 

Et puis un jour, tout à fait par hasard, je suis tombé là-dessus : 

jar 181

J'ai presque sauté de joie ! Il m'en faut peu pour être heureux ! 

Elle peut manger toutes les feuilles de mes carottes si elle veut. 

Le machaon, c'est vraiment pour moi un souvenir d'enfance. J'en voyais beaucoup dans le jardin de mon père à cette époque. Je trouvais ce papillon tellement beau que tous les autres étaient insignifiants ! 

Mon père m'avait alors acheté des papillons exotiques épinglés dans des cadres. C'était très différent de voir ce papillon indigène virevolter dans le jardin. 

jar 182

La chenille est aussi belle que le papillon que j'espère voir naitre un jour. Elle se déplace peu dans le jardin. J'ai marqué son territoire avec un tuteur. Je peux ainsi la retrouver facilement. 

jar 183

Pourvu que Dieu lui prête vie ! 

Je l'ai maintenant perdue de vue. S'est-elle bien cachée avant de se  transformer en chrysalide ou a-t-elle été mangée par un oiseau vorace? 

Le long du mur de la maison, il y a un fil qui pend. Un jour, en taillant un rosier, j'ai tapé mon regard sur ce fil. Quel ne fut pas mon étonnement de voir ça? 

jar 184

Je n'en croyais pas mes yeux ! Une colonie de gendarmes ! 

Les autres années, j'en vois de temps en temps un, mais là, c'est une invasion ! En plus, ça grouillait au sol ! 

Mais que font-ils là? Sont-ils utiles au jardin ou, au contraire, sont-ils plutôt nuisibles? Ils ont l'air inoffensifs, mais sait-on jamais ! Et pourquoi y en a-t-il deux sortes? Les mâles différents des femelles? Je vais poser ces questions à monsieur Google.

jar 185

Le gendarme est aussi appelé "cherche-midi" en raison de son attirance pour le soleil au zénith. Voilà la réponse à la première question : ils prenaient simplement un bain de soleil sur le mur en plein sud ! 

Son véritable nom : pyrrhocore. Je préfère l'appeler "gendarme". 

C'est la punaise d'Europe la plus répandue. Elle mesure environ 1 cm. 

Son "maquillage" de guerriers africains aurait comme objectif de faire peur aux ennemis. Plus il fait chaud, plus la couleur noire sera importante. Les gendarmes ne portent donc pas tous le même uniforme ! 

Les larves hibernent avant de ressortir en insectes adultes dès les premiers rayons du soleil. 

jar 186

Le gendarme est un insecte grégaire dont les rassemblements sont parfois impressionnants. Il se nourrit des graines et sucs des tilleuls, des hibiscus et des roses trémières, mais aussi d'insectes et de leurs oeufs. Il est donc bon pour le jardin. Ouf ! 

 

Posté par philippedester à 06:18 - La plante du dimanche - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : ,

11 juillet 2018

Mon jardin (6)

Aujourd'hui, on va passer l'arche pour nous diriger vers le fond du jardin. Cette arche est un peu étroite, avec les plantes qui prennent de plus en plus de place, j'ai du mal à passer avec la tondeuse. Je taille souvent. Il faut bien que je passe. 

Je n'y ai pas planté de rosiers, mais d'autres grimpantes qui se mélangent. 

La première plante que j'ai voulu y accoler n'est pas vraiment une grimpante. Elle s'élargit beaucoup et je la taille régulièrement pour la maintenir à une taille raisonnable. Elle fleurit pendant de longs mois. J'adore ses fleurs rouges. Il s'agit du cognassier du Japon. 

jar 132

jar 133

jar 134

J'ai planté un akebia pour ses petites fleurs presque noires, mais j'ai eu la surprise l'an dernier de voir des fruits se former. Vous vous souvenez?

jar 135

jar 136

Dans le potager, des tournesols se ressèment chaque année. Je suis obligé d'en arracher des dizaines sinon je n'aurais plus qu'un champ de tournesols ! Ce serait les mésanges qui seraient contentes ! 

jar 137

 

jar 171

jar 172

jar 173

Une plante qui fleurit à la manière du tournesol, c'est le topinambour, mais ce légume oublié dépasse largement les 2m de haut et forme rapidement un épais buisson ! Il est presque impossible de s'en débarrasser une fois qu'on en a planté un ! 

jar 138

jar 139

 

Dans le coin, près de la volière, j'ai nanifié un saule qui s'est planté tout seul. Il a besoin de tailles régulières pour rester beau.

jar 158

jar 159

J'ai eu un coup de coeur pour cet arbuste : le calycanthus ou arbre aux anémones, mais je n'avais pas de place pour le planter. Je l'ai donc mis au coin du potager.

jar 140

jar 141

Les nigelles de Damas ont trouvé une petite place pour se semer à leur guise. J'adore cette fleur en étoile bleue. 

jar 142

Une clématite blanche s'accroche là où elle peut. 

jar 143

Les digitales, elles, se ressèment où elles le veulent. Comme je les adore, je les laisse faire. 

jar 144

jar 150

jar 151

jar 149

Nous sommes censés être dans le potager là ! Alors le voici en avril : 

jar 152

jar 170

 

Et le voici deux mois plus tard ! 

jar 153

 

Mais que voit-on le long de la clôture qui me sépare du bordel (excusez-moi) de mon voisin? 

jar 157

Des ancolies ont établi là leur petit territoire ! 

jar 155

 

Cette année, un petit bricolage : j'ai décidé de mettre mes tomates à l'abri de la pluie et, par conséquent, du mildiou, du moins, je l'espère. 

jar 160

jar 161

Et voilà le travail ! 

jar 154

 

jar 162

 Des roses trémières, des tournesols, des soucis, des ricins ont décidé de faire comme les ancolies et de pousser au milieu des légumes : 

jar 156

Et puis, un autre bricolage. J'avais une courgette à planter et plus de place dans le potager. 

L'année dernière, j'ai fabriqué une pyramide, vous vous souvenez? 

jar 169

Eh bien, cette année..., comme je commence à m'intéresser à la permaculture, j'ai créer un carré et j'ai essayé la lasagne. 

La lasagne, ce sont des couches différentes. 

On commence par des cartons (je n'ai donc pas enlevé l'herbe de pelouse, cette fois). 

jar 168

 

Puis, on ajoute une couche de branchages (bon, moi, je n'avais rien à tailler à ce moment-là ! ). 

jar 167

On ajoute ensuite toutes sortes de déchets de jardin et de cuisine. 

jar 166

 

Puis, on recouvre tout ça avec une couche de compost plus ou moins décomposé. 

jar 165

Et enfin, une couche de terre du jardin vient recouvrir le tout. 

jar 164

 

Il ne reste plus qu'à planter. Ma courgette a trouvé une place ! 

jar 163

 

Normalement, cette lasagne doit être préparée en automne pour permettre aux différentes couches de se décomposer. Je me suis confronté au problème de manque de place en mai. J'ai donc tenté l'expérience...

Pour l'instant, ça pousse bien. 

Super, le potager, mais très tributaire de la météo ! Nous avons eu beaucoup d'eau et de soleil au printemps (avec une petite période de sécheresse quand même). Et puis, fin juin, plus une goutte d'eau. Le jardin a souffert ! 

Ah les bons légumes du jardin ! 

La citation du jour : "Dieu tout puissant planta tout d'abord un jardin. Et, vraiment, c'est le plus pur des plaisirs humains." (Francis Bacon)

Posté par philippedester à 06:37 - Jardin - Commentaires [5] - Permalien [#]

08 juillet 2018

La plante du dimanche

La tagète ou oeillet d'Inde

Quoi de plus banal qu'une tagète? Tout le monde connait ces fleurs au parfum douteux appréciées des limaces. 

jar 174

Mais connaissez-vous cette tagète bicolore? Pour ma part, je l'ai découverte sur un paquet de semences lors d'une foire aux plantes. Je l'adore ! 

jar 175

jar 176

Les tagètes sont originaires du Mexique. Elles supportent mieux la chaleur et un peu de sécheresse que les étés humides. 

La tagète ou oeillet d'Inde (il n'y a pas que Christophe Colomb qui s'est trompé de continent !) est une annuelle que beaucoup plantent dans le potager pour éloigner les pucerons ou les nématodes. 

La plante craint le gel. Il faut récolter ses graines tout au long de l'été et la semer au printemps en caissettes. Dès que les températures descendent sous zéro, la plante meurt. 

La plante ne demande aucun entretien. Il suffit de supprimer les fleurs fanées afin de stimuler la floraison. 

Mais revenons-en à notre tagète bicolore. "Mister Majestic" est un oeillet d'Inde de grande taille. Elle dépasse facilement les 30 cm. 

jar 177

Ses fleurs sont jaune d'or rayées de carmin. 

jar 179

Mais j'ai aussi obtenu ça : 

jar 178

jar 180

Plus carmin que jaune, là ! 

Les tagètes protègent pas mal de plantes du potager comme les tomates ou les fraisiers par l'action némicide de ses racines. A planter un peu partout dans le jardin donc. 

Posté par philippedester à 06:25 - La plante du dimanche - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : ,

04 juillet 2018

Mon jardin (5)

Nous voici maintenant juste derrière la maison, devant la véranda, dans la plate-bande que je vois le plus, celle qui devrait être la plus belle. 

Comme pour les autres parterres, c'est au printemps que cette partie du jardin me plait le plus. 

jar 111

jar 112

Les ifs que vous voyez en arrière-plan, je les ai plantés pour cacher le potager en hiver. En cette saison, il est vraiment moche et me déprime ! 

jar 116

jar 113

Il y a peu, j'ai planté des conifères qui assurent une présence verte en hiver. Il ne faudrait toutefois pas qu'ils deviennent trop grands ! 

jar 114

Ce conifère grandit lentement, mais il atteint quand même ses 2 mètres. Il ne pourra sans doute pas rester là à vie. 

jar 106

Là commence le fouillis ! Les hellébores se ressèment partout. Leurs grandes feuilles en prennent de la place ! Les géraniums envahissent tout aussi. Je suis obligé d'en arracher ! Pareil pour les digitales que j'adore ! 

jar 107

Un pommier d'ornement occupe le centre de cette plate-bande. Il fait de jolies fleurs très éphémères qu'il remplace par de toutes petites pommes rouges que je dois ramasser dans la pelouse ! 

jar 108

jar 109

Et voilà la partie droite du parterre, tout aussi remplie ! 

Au fond, vous voyez un aucuba (laurier-cerise) qui va disparaitre cette année. J'en ai marre de le tailler et de ramasser ses feuilles qui volent partout ! 

jar 110

C'est là aussi que se trouve cet énorme noyer que j'ai taillé avant l'hiver ! Il ne m'en veut pas. Je vois plein de noix qui attendent l'automne...

jar 115

Une tulipe, toute seule, perdue au milieu de ce fouillis végétal ! 

jar 117

Les iris réticulés plantés en plusieurs bouquets ne m'ont donné que ces quelques fleurs : 

jar 118

Et c'est là aussi que se trouve ma volière. J'ai commencé l'élevage des oiseaux à 14 ans. C'est comme une maladie. Je ne peux pas me passer de mes petits zoziaux ! 

jar 119

Que manque-t-il à tout ça? Des rosiers, bien sûr ! 

Pour l'instant, j'en ai planté trois : 

Dans un bac que j'ai construit (je n'avais plus de place), j'ai planté le magnifique "For your eyes only" dont je suis tombé amoureux. 

jar 120

jar 122

L'année dernière, j'ai eu un coup de coeur pour un rosier qui m'était inconnu : "Pacific Dream". Plus de place? Qu'importe ! J'ai déplacé les iris qui vivotaient à l'ombre et j'ai planté ce rosier. 

jar 123

jar 124

jar 125

Je l'ai beaucoup admiré ailleurs. Il est enfin chez moi : le rosier Gertrude Jekill. J'essaye de le faire grimper sur le pommier d'ornement. 

jar 126

Qu'ai-je oublié? Un tout petit arbuste fait pour les petits jardins. Voilà de nombreuses années qu'il est là et je ne le vois pas grandir. Il s'est quand même un peu étendu... Je veux parler du fothergilla major : 

foth 1

En automne, ses feuilles se colorent d'une très jolie façon. 

Et puis, un de mes chouchous au jardin, le brunnera :

bru 1

Ses feuilles sont plus belles que celles des hostas et ses fleurs plus belles que celles du myosotis. 

bru 2

bru 3

Et voilà, vous avez vu le principal dans cette jungle que j'essaye de discipliner ! Le gros problème, c'est le feuillage des tulipes et des narcisses que l'on ne peut couper avant jaunissement. 

La semaine prochaine, on passe l'arche pour pénétrer dans la pelouse. 

La citation du jour : Chaque décision impose des pertes, d'abandonner des morceaux de sa vie derrière soi. (Agnès Martin-Lugand)

 

Posté par philippedester à 06:52 - Jardin - Commentaires [11] - Permalien [#]

01 juillet 2018

La plante du dimanche

La nigelle de Damas

Je connaissais très peu cette plante; je n'en avais jamais eu au jardin. L'année dernière, j'ai semé un paquet de semences variées. Je n'ai pas eu grand résultat, mais il faut dire que l'endroit n'était pas approprié : beaucoup d'ombre à cause des plantes environnantes. 

De ces plantes, cette année, il ne reste que la nigelle de Damas. 

jar 127

Je ne sais pas si je dois présenter cette plante. Je pense que tout le monde la connait. Tout est décoratif chez elle : ses feuilles, ses fleurs, ses fruits. 

Son feuillage vert clair est très découpé. Ses fleurs sont légères. Ses bractées finement dentées sont entourées d'une collerette bleue, blanche, rose ou rouge. Je ne possède que la bleue malheureusement ! 

jar 128

jar 129

La plante ne supporte pas d'être transplantée. Il faut donc la semer directement en place. On peut la semer dans les massifs d'annuelles avec lesquelles elle se marie bien, dans les massifs de vivaces pour combler les trous ou au pied des rosiers. 

Elle se plait en sol léger, frais ou sec, même pauvre. Elle aime le plein soleil et fleurira moins à l'ombre. Elle n'est sujette à aucune maladie. 

Elle illumine un talus ou une prairie fleurie. 

jar 130

C'est une des seules plantes à rester belles une fois fanées. Le fruit en forme de capsule est, en effet, très décoratif. 

jar 131

Il faut évidemment les laisser en place pour que la plante puisse se ressemer. 

Infos : gerbeaud.com

Il ne me reste plus qu'à trouver un sachet de semences des autres couleurs. 

Bon dimanche à toutes et tous. 

Posté par philippedester à 06:05 - La plante du dimanche - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags :

27 juin 2018

Mon jardin (4)

Aujourd'hui, on continue à avancer dans l'allée latérale. A droite, j'ai aménagé une petite terrasse avec une table et deux chaises. Je peux vous dire qu'on ne s'y assoit jamais car elle est située en plein soleil. Normalement, cette année, sera aménagée une nouvelle terrasse située cette fois bien à l'ombre afin que je puisse y lire après le repas de midi. 

jar 100

jar 101

jar 102

jar 81

jar 82

jar 83

jar 84

Sur la table trône un géranium (pélargonium) qui fleurit toute l'année. Il est extraordinaire. Evidemment, l'hiver, il m'offre ses fleurs dans la véranda. 

jar 73

jar 74

 

En bordure, les coreopsis doivent être tuteurés sinon ils s'étalent lamentablement. 

jar 75

jar 76

jar 85

jar 86

En bordure également, les schizostylis ont besoin de beaucoup d'eau pour fleurir généreusement. Ces plantes sont utilisées pour garnir les berges des étangs. 

jar 77

jar 78

J'adore les camassias, mais la fleur est vraiment éphémère. Cette année, j'en ai ajouté des blancs. Magnifiques ! 

jar 91

jar 92

 

 

jar 103

jar 104

jar 105

Un arbre nain? Pas vraiment. Plutôt un saule que j'ai nanifié. 

jar 87

L'année dernière, j'ai planté les thuyas sculptés qui étaient dans des pots. Leur feuillage était en train de roussir. Il était temps ! 

jar 88

jar 89

Le cornus alternifolia commence à prendre de l'ampleur ! Je sais que je n'aurais pas dû le planter là, mais je n'avais pas d'autre place pour lui et j'en voulais absolument un ! 

jar 90

 

J'ai planté 2 clématites. L'une est magnifique et l'autre survit. 

jar 95

jar 96

jar 97

Sur l'arcade qui mène à la pelouse, la bignone prend une place que je n'imaginais pas. 

jar 79

jar 80

A droite de l'arcade, grimpe un cognassier du Japon. Il fleurit presque toute l'année. Je suis obligé de le tailler pour éviter qu'il ne bouche le passage. Il n'a pas l'air de m'en vouloir ! 

jar 93

jar 94

 Et voilà pour ma petite terrasse. 

La semaine prochaine, on parlera d'un parterre qui me cause problème entre la maison, la pelouse et le potager.

La citation du jour : Se battre contre la bêtise humaine. Autant essayer de faire mûrir des fraises sous la neige. (Agnès Ledig)

 

Posté par philippedester à 06:36 - Jardin - Commentaires [16] - Permalien [#]