Des nouvelles de moi

- mes voyages : j'aime voyager et j'aime photographier. Photos de vacances ...mes coups de coeur - scrapbooking : pour les amateurs de photos comme moi - littérature ou mes livres et auteurs préférés - jardin : pour les amateurs de nature

22 novembre 2017

Petite escapade en Zélande

Cette année, aux vacances de Toussaint, j'ai éprouvé un grand besoin de décrocher : le train-train quotidien commence à me peser ! J'ai donc décidé de faire une petite virée. Où? Pas vraiment d'idée, mais une envie d'aller en Zélande me suivait depuis quelques années. 

J'ai regardé les offres Groupon, Travel Bird, Booking et finalement j'ai opté pour une offre Travel Bird à Aardenburg (juste à la frontière, non loin de Bruges) en all inclusive (on n'a que le bien qu'on se donne ! ). 

L'hôtel n'a rien d'un palace cinq étoiles. Il est situé dans un bois, en pleine campagne et c'est ça qui m'a attiré. Ils ont même des chèvres, des moutons et des poules ! 

aard 1

aard 2

aard 3

aard 4

aard 5

Nous sommes au grand air, le dépaysement est assuré et on peut faire de belles balades dans les bois ou le long de l'eau.

aard 6

Comme  nous ne pouvions avoir les clés qu'à 15 h, nous sommes allés respirer l'air marin à Cadzand (station balnéaire la plus à l'ouest). La plage de 11 km va jusqu'au Zwin, réserve naturelle dont je vous ai déjà parlé. 

aard 7

aard 8

aard 9

Comme vous le voyez, le temps était gris en ce 31 octobre. Nous n'avons pas eu de pluie, c'est le principal.

aard 10

aard 11

aard 12

Fin du premier jour. Retour à l'hôtel et farniente au bar (formule all inclusive oblige !).

1er novembre, nous nous réveillons avec le soleil. Un petit tour à Sluis, ville que je ne connaissais pas du tout et qui s'enorgueillit d'avoir le seul beffroi des Pays-Bas. 

Un moulin à vent encore en activité marque le début de la promenade. 

sluis 1

sluis 2

Une rue bordée de magasins (chics et chers !) nous emmènent vers l'hôtel de ville et le beffroi.

sluis 3

Sluis 4

Sluis 5

Sluis 6

Sluis 7

Un jacquemart appelé "Jantje van Sluis" se remarque au sommet du beffroi. 

Sluis 8

Sluis 9

Un escalier de 144 marches permet de grimper au sommet du beffroi. Malheureusement, à partir du  premier octobre, il n'est accessible qu'à 15h. 

Nous allons donc retourner à l'hôtel, manger, faire une petite sieste et revenir dans cette jolie petite ville.

Sluis 10

La suite la semaine prochaine si vous le voulez bien. 

La citation du jour : Le monde est un livre et ceux qui ne voyagent pas ne lisent qu'une page. (Saint Augustin)

 

Posté par philippedester à 06:16 - Voyage Voyage - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

19 novembre 2017

Photos emprisonnées dans un bocal

Tout d'abord, je souhaite un joyeux anniversaire à mon fils. 27 ans déjà ! Les années passent plus vite qu'un avion à réaction ! 

Résultat de recherche d'images pour "bon anniversaire mon fils"

Ensuite, je veux vous présenter un artiste qui enferme les paysages de son enfance dans des bocaux ! 

Impossible? 

Non, non, c'est tout à fait possible ! Jugez plutôt : 

 

 

Résultat de recherche d'images pour "Christoffer Relander"

Il s'appelle Christoffer Relander et il est photographe. Cet artiste talentueux a présenté une série de photographies qui représentent les lieux de son enfance sans recourir à Photoshop. Il a utilisé un procédé particulier que je n'ai pas bien compris. 

Image associée

Christoffer a placé des scènes miniaturisées dans des bocaux en verre.

Image associée

Pour cela, il a recouru à la double exposition : une méthode qui permet de superposer deux photos afin de n'en concevoir qu'une seule. 

Image associée

C'est à partir du Nikon D800E qu'il a pu créer ces parfaites illusions d'optique. 

Image associée

Les photos ne sont pas réellement enfermées dans les bocaux. Toute la magie résulte de la parfaite maitrise de la double exposition. 

Résultat de recherche d'images pour "Christoffer Relander"

Vous avez tout compris? Moi, non ! Mais c'est beau et j'avais envie de partager ce coup de coeur avec vous. 

Résultat de recherche d'images pour "Christoffer Relander + bocaux"

 

Plus de photos sur le site du photographe, ici

Vous avez aimé? 

 

 

Posté par philippedester à 06:23 - Coups de coeur - Commentaires [15] - Permalien [#]
Tags : ,

15 novembre 2017

Mondo Verde (fin)

Aujourd'hui, je vous propose de nous retrouver pour la dernière fois dans ce merveilleux parc qu'est Mondo Verde, aux Pays-Bas. Cette dernière étape sera très colorée et le bleu dominera. 

Nous partons en Espagne, au Maroc et au Portugal. 

mondo 145

mondo 146

L'Alcazar (qui signifie "bâtiment à porte" est un magnifique exemple de ce que les Maures ont laissé à Séville. 

mondo 147

Non seulement ce bâtiment est rehaussé de colonnes en marbre véritable et agrémenté de jardins en forme de patios, mais il donne aussi accès à la partie méditerranéenne de Mondo Verde : la cité cachée. 

mondo 148

mondo 149

Pas de bleu? Attendez, il arrive ! 

mondo 150

mondo 151

mondo 152

La couleur de ce jardin est appelée "bleu majorelle" du nom de cet artiste français aux multiples talents qui, pour la première fois, mit cette couleur à l'honneur au Maroc. 

mondo 153

mondo 154

Majorelle était un grand précurseur. Durant les années 20 déjà, il privilégiait les couleurs franches plutôt que les tons pastels qui avaient les faveurs de l'époque. Son jardin n'échappa pas à la règle. Il ne fit pourtant pas l'unanimité lorsqu'il aménagea son jardin bleu à Marrakech. Depuis lors, cette combinaison unique de couleurs, d'eau et de cactus est devenue l'un des plus beaux fleurons du tourisme marocain. 

Restons dans le bleu avec le Portugal : 

mondo 155

mondo 156

Le Palacio dos Marquises de Fronbeira a servi de modèle pour ce jardin. Le vert des petites haies coupées au cordeau contraste magnifiquement avec le bleu azur du palais. 

mondo 157

mondo 158

mondo 159

mondo 160

mondo 161

mondo 162

J'espère que la visite de ce parc vous a plu. Peut-être aurez-vous un jour envie de mettre vos pas dans les miens et de photographier ces différents jardins du monde. Une belle excursion d'une journée. 

La citation du jour : Pour moi, j'appelle utile tout ce qui nous donne du bonheur. Or, il n'y a rien au monde qui nous rende plus heureux que la contemplation et le rêve. (Rodin)

 

 

Posté par philippedester à 06:07 - Voyage Voyage - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags :

12 novembre 2017

Derniers livres lus

Je suis très en retard dans mes chroniques de lecture. Alors, en voici quelques-unes de livres lus il y a un peu plus de deux ans ! 

Résultat de recherche d'images pour "L'âme du mal"

Cet été-là, je découvre Maxime Chattam avec "L'âme du mal", 1er tome de la Trilogie du mal et déjà je suis accro. 

Oui, le mal existe, c'est, en tout cas, ce que veut nous prouver Maxime Chattam. La réalité peut-être pire que le plus terrible des cauchemars. 

Attention, si vous êtes sensible aux cauchemars, ne commencez pas "L'âme du mal" qui est un page-turner irrésistible. Une fois commencé, vous n'aurez plus envie de manger, plus envie de dormir, plus envie de sortir, ... Vous devrez ABSOLUMENT comprendre, comprendre qui est ce serial killer qui sévit à Portland, qui mutile et tue des jeunes femmes, alors que lui-même est mort, tué d'une balle dans la tête par le profileur Joshua Brolin.

Mais commençons par le commencement. 

Un tueur en séries sévit à Portland. Juliette sera la prochaine victime, kidnappée, enfermée dans une sorte de cave, la mort la guette mais alors qu'elle va la frapper de plein fouet par l'intermédiaire de Leland Beaumont, celui-ci est abattu par Brolin qui a été formé au FBI.

Juliette est saine et sauve! Ouf! Mais ce n'est que partie remise car, un an plus tard, de nouvelles victimes qui portent toutes la marque du Bourreau de Portland sont retrouvées et Juliette se retrouve mêlée à l'enquête.

Une enquête qui vous prend aux tripes, qui vous fait découvrir l'horreur, le mal personnifié et vous triture le cerveau. Comment ce type, enfoui sous deux mètres de terre peut-il à nouveau faire régner la terreur à Portland? 

Tout se dénouera évidemment vers la fin du récit (515 pages de suspense). Malheureusement le livre ne se termine pas comme le lecteur le souhaite. Parfois, c'est le mal qui triomphe! 

Je pense que vous l'avez compris, j'ai adoré ce thriller et je loue Maxime Chattam pour son imagination, son savoir-faire et ses connaissances en matière policière. Il avoue avoir travaillé deux ans sur ce récit. Cela ne m'étonne pas étant donné la précision des éléments décrits propres à une enquête policière aux Etats-Unis.

J'ai tellement été captivé par ce récit que je m'octroie une petite pause (je vais lire un court récit d'un autre genre) avant de me lancer sur le tome 2 de cette trilogie.

 

 

coeur

PS J'ai juste sauté un passage trop hard pour moi : les descriptions des lésions par le médecin légiste. Comme dans les romans de Partricia Cornwell, je ne supporte pas ces descriptions. 


 

in tenebris

Dans le deuxième tome de la trilogie du mal, Maxime Chattam emmène ses lecteurs dans les ténèbres et bien plus loin. Il s'agit d'avoir le coeur bien accroché!

Comment vous parler de ce thriller sans vous en dévoiler le thème qui n'apparait qu'en fin de récit?

Une jeune femme, nue, hurlant à tout vent, courant comme une dératée, est interceptée. Elle a été scalpée et affirme s'être échappée de l'enfer. 

Pour le moins, on peut dire qu'elle ne ment pas! 

La jeune détective Annabel O'Donnel, dont le mari a disparu, prend l'enquête en main.

Et c'est la plongée dans l'enfer! Les photos de 67 personnes disparues sont retrouvées. Tous les visages affichent la même terreur.

Parmi ces visages, il y a celui de Rachel Faulet, enceinte, disparue alors qu'elle séjournait chez sa soeur. 

Ici on retrouve Joshua Brolin, le profileur du tome 1, qui a démissionné, est devenu détective privé et a été engagé par les parents de la jeune fille pour la retrouver. Il travaillera donc en collaboration avec Annabel O'Donnel. 

Tous deux rencontreront des monstres et plongeront, ensemble, dans l'horreur...

Ames sensibles s'abstenir...

J'ai beaucoup aimé ce bouquin, mais ce n'est pas le gros coup de coeur que j'ai éprouvé pour le tome 1.

 

smiley 1

 


maléfices

Quelle imagination, quelle précision et que de recherches pour cette trilogie! 

Une fois encore, Maxime Chattam balade ses lecteurs d'un suspect à un autre, semant de fausses pistes pour les égarer. Mais, cette fois, j'ai trouvé le coupable (ce qui est extrêmement rare). Bien sûr, j'ai beaucoup douté puisque, plusieurs fois, les policiers avaient soi-disant découvert le meurtrier. Je me disais : "Non, ce n'est pas possible, il reste 100 pages, il reste 60 pages, ce n'est pas le bon meurtrier".

Dans ce tome, on retrouve Joshua Brolin, l'ex-profileur devenu détective privé, toujours pas remis de ses blessures morales, et Annabel O'Donnel que les lecteurs ont découvert dans le deuxième tome, détective new-yorkaise.

J'espérais une union entre les deux héros mais Maxime Chattam ne fait pas dans l'eau de rose... Aux lecteurs d'imaginer comment leur relation évoluera. 

 Le point fort de "Maléfices" : les araignées utilisées ici comme tueuses. Les blessures morales d'une femme "vide" qui ne peut avoir d'enfants, la domination masculine sont les autres "thèmes" de ce roman.

Une fois commencé, ce bouquin de 640 pages doit être lu très vite car il est aussi addictif que les deux précédents (même si mon gros coup de coeur reste le premier, peut-être justement parce que c'est le premier Chattam que j'ai lu). Je soupçonne l'auteur de n'écrire que des "page-turner".

Pour l'ensemble de la trilogie, j'ai remarqué un manque d'utilisation du téléphone portable et d'Internet. 

Une énigme reste irrésolue : "Qu'est devenu le mari de la détective O'Donel?" Maxime Chattam promet de satisfaire la curiosité des lecteurs dans une autre histoire bien différente (sans la présence de Brolin, snif!) mais il n'en donne pas le titre. 

Quelqu'un peut-il donc me donner le titre du roman dans lequel on retrouve Annabel et son mari?

 

smiley 1


 

musso

On peut dire que Valentin Musso après Maxime Chattam, c'est du petit lait.

Du frère de Guillaume, j'ai adoré "Les cendres froides", un roman très intéressant sur les maternités nazies; j'avais beaucoup aimé "La ronde des innocents" qui avait pour thème "les surdoués"; j'ai moyennement aimé "Le murmure de l'ogre", un thriller comme il en existe tant. "Sans faille" n'est, pour moi,  pas plus intéressant; je le qualifierais plutôt de thriller psychologique. Me voilà donc un peu déçu des deux derniers romans de l'auteur! 

Il m'a fallu un certain temps pour entrer dans le récit. Pourquoi certains bouquins vous attirent-ils comme un aimant dès les premiers mots, pourquoi d'autres démarrent lentement et d'autres encore jamais? Difficile à dire! 

"Sans faille" se divise en 2 parties qui s'entrelacent. 

Des anciens copains d'école se retrouvent, à l'âge adulte, pour un weekend en montagne et une petite expédition sur un glacier, dans les Pyrénées. 

On les retrouve, à l'adolescence et, petit à petit, l'histoire se met en place. Le lecteur comprend ce qu'il se passe même s'il hésite presque jusqu'à la fin sur les motivations du héros. 

L'expédition en montagne tourne mal : deux d'entre eux tombent dans un ravin; un autre est malade comme un chien; ils sont perdus sans secours possible et les portables ne passent pas. 

Hasard? Accident? Ou vengeance? Le lecteur opte pour la 3e solution. 

Celui qui a entrainé ses copains dans ce délire a été brimé dans sa jeunesse, dominé par les autres, trahi même. On comprend donc que le désir de vengeance le mine...

La fin annonce la couleur : accident ou actes volontaires? Je ne vous en dirai pas plus...bien que le bandeau en dise long (trop!).

Pas mal mais sans plus et très loin des deux premiers romans de l'auteur d'où ma déception. Celui qui découvrira Valentin Musso par ce roman ne pourra pas comparer et ne connaitra donc pas ma déception! 

 


poids

Patricia MacDonald est une auteure que je suis depuis de nombreuses années. 

"Le poids des mensonges" est le 15e que je lis de l'auteure. 

J'ai envie de dire : "Rien de nouveau sous le soleil"! Ce polar ressemble, en effet, à des centaines d'autres. C'est du polar gentil, le genre qui ne fait peur à personne (contrairement à d'autres que je ne citerai plus! Non, je n'en suis pas encore tout à fait remis!).

Un enfant disparait alors que sa belle-mère le conduit à l'école. Personne ne l'a vu; elle n'a aucune preuve qu'elle a bien amené son "fils" à l'école. 

Le gamin, Geordie, 6 ans, a perdu sa mère; elle a été écrasée par un chauffard qui a pris la fuite. Caitlin a épousé le père du gamin et tout se passe pour le mieux...jusqu'à la disparition du petit.

Un fait est alors révélé : le chauffard, responsable de la mort d'Emily, n'est autre que le propre frère de Caitlin. Jamais elle n'a osé l'avouer ni à son mari ni à la famille de la victime.

Du coup, Caitlin n'apparait plus aussi blanche aux yeux des gens qui l'entourent et Noah, son mari, la jette dehors.

Pourtant, Caitlin n'est coupable que d'un mensonge par omission. Elle aime le petit comme le sien et est décidée à tout faire pour le retrouver...

Comme je vous l'ai dit plus haut, rien d'original dans ce thriller mais une intrigue bien menée, un suspense omniprésent et une surprise à la fin.

Il est question ici de pédophilie, d'inceste, d'abus d'enfants, un thème malheureusement assez courant.


 

Et vous, vous lisez en ce moment? Quoi? 

 

 

Posté par philippedester à 06:37 - Littérature - Commentaires [10] - Permalien [#]

08 novembre 2017

Mondo Verde (6)

Nous restons dans ce magnifique parc qu'est Mondo Verde, aujourd'hui, et nous nous dirigeons vers ce qu'ils disent être la plus grande volière d'Europe. 

Avant d'y entrer, un parterre de cactus : 

mondo 118

mondo 119

Cette volière extérieure attire les amateurs d'oiseaux. 

Les oiseaux vivent dans leur environnement naturel au sein de cette volière. On y a aménagé des plages et des ruisseaux où les avocettes et les vanneaux se reproduisent. Des étangs accueillent différentes espèces de canards. 

mondo 120

Il est très difficile de photographier les oiseaux. Ils bougent sans arrêt ! 

J'aime beaucoup les avocettes avec leur bec retourné ! 

mondo 121

Pour les paons, c'était la sieste ! 

mondo 122

mondo 123

mondo 124

mondo 125

mondo 126

Pas de difficultés pour photographier les animaux suivants. Ils ne bougeaient pas d'un pouce ! 

mondo 127

mondo 128

mondo 129

mondo 130

mondo 131

mondo 132

mondo 133

Si j'ai beaucoup aimé les jardins, j'ai aussi beaucoup apprécié les parties plus sauvages du parc. 

mondo 134

mondo 135

Je vous emmène dans le désert maintenant. Les oasis sont sources de vie. 

mondo 136

mondo 137

mondo 138

mondo 139

mondo 140

mondo 141

Je vais terminer ce billet avec mes petits chouchous : 

mondo 142

Je passerais des heures à les regarder ! 

mondo 143

mondo 144

On se retrouve la semaine prochaine pour la fin de cette visite à Mondo Verde. Je vous présenterai encore de très beaux jardins, très colorés cette fois. 

La citation du jour : Rester c'est exister, voyager c'est vivre. (Gustave Nadaud)

 

Posté par philippedester à 06:07 - Voyage Voyage - Commentaires [17] - Permalien [#]
Tags :

05 novembre 2017

Mon jardin, conte de fée

Si je mets beaucoup de plantes différentes au jardin (trop par rapport à la place que j'ai ! ), mon épouse, elle, adore les animaux et autres personnages en résine ou autre matière artificielle. Notre jardin est donc devenu un lieu peuplé de personnages de contes de fée. Ouf ! La mode des nains de jardin est passée ! 

Je vous emmène donc à la rencontre des habitants du jardin. 

fée 1

fée 2

fée 3

fée 4

fée 5

La véranda n'a pas échappé à l'invasion non plus ! 

fée 6

fée 8

Madame la poule attend Pâques pour recevoir des fleurs printanières. 

fée 7

Moi, je préfère ce qui fait penser à l'Asie...

fée 9

Tous ces personnages, soumis aux intempéries, n'ont pas une très longue vie. Ils disparaissent alors dans un sac poubelle avant d'être remplacés...

Ce que femme veut, Dieu le veut, n'est-ce pas? 

Posté par philippedester à 05:58 - Jardin - Commentaires [14] - Permalien [#]

01 novembre 2017

Mondo Verde (5)

En ce jour de Toussaint, je vous propose de quitter la fraicheur des cimetières pour vous rendre dans un magnifique jardin japonais : une des merveilles de ce parc hollandais qu'est Mondo Verde.

Vous êtes prêts? C'est parti ! 

mondo 91

Ce jardin de plus d'un hectare vous emmène à travers ses sentiers à la découverte de fougères, d'érables et d'azalées du Japon, de bonsaIs géants, de cerisiers, vers les maisons de thé inspirées des jardins de Kyoto et vers le jardin zen qui invite à la méditation. 

mondo 92

mondo 93

mondo 94

mondo 95

mondo 96

mondo 97

mondo 98

mondo 99

mondo 100

mondo 101

mondo 102

mondo 103

mondo 104

mondo 105

mondo 106

mondo 107

mondo 108

Les animaux sont présents dans cette partie du jardin aussi : 

mondo 109

mondo 110

mondo 111

L'eau est également très présente dans cette partie du parc : 

mondo 112

mondo 113

mondo 114

mondo 115

mondo 116

mondo 117

La semaine prochaine, nous quitterons la partie asiatique du parc pour nous rendre, notamment, dans une immense volière. 

A très vite. 

La citation du jour : Avant de disparaitre totalement du monde, la beauté existera encore quelques instants, par erreur. La beauté par erreur, c'est le dernier stade de l'histoire de la beauté. (Milan Kundera)

Posté par philippedester à 06:23 - Visite de jardins et de jardineries - Commentaires [15] - Permalien [#]
Tags :

29 octobre 2017

La plante du dimanche

La plante du dimanche : Euonymus alatus ou fusain ailé

Le fusain ailé est un petit arbuste que vous devez absolument posséder dans votre jardin. En effet, s'il se fait peut remarquer la plupart du temps, dès le mois de septembre, il se pare de couleurs vives et devient, pour un temps, le roi du jardin. 

Jugez plutôt :

fusain 1

fusain 2

Le fusain ailé est originaire de la Chine et du Japon. Il peut être planté dans les petits jardins car ses dimensions, en largeur et en hauteur, ne dépassent pas 2m. Sa croissance est lente; il n'atteindra sa taille adulte qu'à l'âge de 20 ans. 

Les rameaux sont munis d'ailettes en liège d'où son nom de fusain ailé (pas visibles sur mes photos !). 

fusain 3

Sa floraison est discrète et ne constitue donc pas l'intérêt de cet arbuste. C'est donc essentiellement pour son feuillage d'automne qu'il faut l'introduire au jardin. 

fusain 4

Vous le plantez  à la mi-ombre ou au soleil,  dans une terre riche. C'est, en effet, à cette condition que les ailettes seront nombreuses. (Je devrais peut-être lui donner un peu d'engrais, alors...).

Il résiste à des températures très basses (- 15°) et n'a pas de maladies particulières. 

Je pense que mon fusain est jaloux de son voisin et qu'il tente d'imiter sa belle couleur rouge : 

fusain 5

fusain 6

Dans ma pelouse, le rond de sorcière a refait son apparition ! 

rond 1

rond 2

Ici se termine ma rubrique "La plante du dimanche" pour cette année. Je la reprendrai sans doute au printemps. Je suis sûr que je dénicherai encore quelques plantes à vous montrer, même si celle-ci est déjà la 46e que je vous montre. 

Pour les dimanches d'hiver, j'ai quelques vidéos à vous proposer si vous le souhaitez..., quelques coups de coeur...

Ne m'abandonnez donc pas ! Et vite le printemps ! 

Pour les mercredis, rien de changé, j'ai encore beaucoup de choses à vous montrer, même si mes photos ne coïncideront pas avec la saison. 

 

Posté par philippedester à 06:09 - La plante du dimanche - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : ,

25 octobre 2017

Mondo Verde (4)

Aujourd'hui, nous continuons la visite de ce magnifique parc qu'est Mondo Verde. Nous empruntons un sentier au hasard et nous rencontrons des animaux. 

mondo 75

N'est-il pas mignon? 

mondo 76

mondo 77

mondo 81

 

mondo 82

Mais où mène donc ce petit chemin? 

mondo 78

Le jardin italien doit être là-haut...

mondo 79

Et là? Quel jardin se cache derrière ces murs? 

mondo 80

 

Bon, je choisis le jardin italien.

mondo 83

Voilà la fontaine de Trevi de Bernini. Nous sommes transportés directement en Italie ! 

mondo 84

mondo 85

Et voilà la fontaine du Triton de Bernini, le père de l'art baroque. Nous voilà sur la piazza Barberini à Rome. Moitié homme, moitié poisson, Triton est le fils de Neptune, le dieu de la mer.  Il souffle de l'eau d'une trompette en forme de coquillage et symbolise ainsi l'immortalité. 

mondo 88

mondo 86

C'est quoi, ces fleurs jaunes? Je m'approche : des kniphofias ! 

mondo 87

mondo 89

mondo 90

La semaine prochaine, nous découvrirons la partie asiatique du parc. Le jardin japonais est de toute beauté ! 

Vous serez là? 

La citation du jour : Aucune grâce extérieure n'est complète si la beauté intérieure ne la vivifie. La beauté de l'âme se répand comme une lumière mystérieuse sur la beauté du corps. (Victor Hugo)

 

 

Posté par philippedester à 05:52 - Voyage Voyage - Commentaires [13] - Permalien [#]
Tags :

22 octobre 2017

La plante du dimanche

La plante du dimanche : akebia quinata

Aujourd'hui, je vais vous parler d'une plante grimpante dont les fleurs passent inaperçues, mais dont les fruits se font remarquer ! De toutes petites fleurs qui donnent de très gros fruits. Ce fut une surprise pour moi d'en voir la fructification et je vous partage donc mon étonnement. 

Chez moi, la plante est mêlée à d'autres. Les fleurs presque noires, très petites, se voient à peine dans la végétation. Pour les admirer, il faut s'arrêter au pied de la plante et les chercher du regard. 

akebia 1

L'akebia est une plante originaire d'Asie, sans soucis, sans maladie particulière, résistante au froid, facile de culture. C'est une grimpante volubile qui peut atteindre 10m, mais qu'on peut tailler sans soucis. La taille se fait après la floraison car la plante fleurit sur le bois de l'année précédente. 

La floraison a lieu en avril/mai, les fleurs sont regroupées en grappes pendantes rouge violacé très foncées. 

Le feuillage est semi-persistant et sans grand intérêt. 

Par contre, les fruits sont une curiosité. Je suis passé plusieurs fois à côté sans les remarquer et pourtant... Regardez : 

akebia 2

akebia 3

akebia 4

C'est la première année que cette plante fructifie chez moi. Il faut, parait-il, un printemps et un été chauds et humides pour que les fleurs femelles fécondées se transforment en fruits. Fruits comestibles mais peu goûteux, d'après ce que j'ai lu (je n'ai pas essayé).

akebia 5

Ils apparaissent en septembre/octobre sous forme de concombres charnus, arqués, de 5 à 8 cm, de couleur violacée. 

Lorsque le fruit est mûr, il s'ouvre et laisse apparaitre des petites graines noires.

akebia 6

akebia 7

akebia 8

Je viens de lire qu'il vaut mieux se débarrasser des fruits pour éviter que la plante ne se répande un peu partout. Aïe ! Je les ai jetés dans le compost ! 

akebia 9

La fructification est plutôt rare sous des climats froids. 

Par des hivers froids, le feuillage tombe, mais, pas de panique, il revient au printemps. 

Alors? Elle vous tente? La seule exigence : il lui faut un endroit pour grimper : mur, treillis, pergola ou même un arbre ou un rosier. 

 

Posté par philippedester à 06:28 - La plante du dimanche - Commentaires [12] - Permalien [#]
Tags :

18 octobre 2017

Mondo Verde (3)

Comme promis, aujourd'hui commence notre visite des jardins du monde. Ces espaces ne sont pas très bien délimités. Je ne pourrai donc pas toujours vous dire quel pays est représenté, mais une chose est sûre : nous commençons par un jardin anglais. 

mondo 48

Le temple d'Apollon s'intègre parfaitement dans le paysage. 

mondo 49

 

mondo 50

mondo 51

mondo 52

mondo 53

mondo 54

mondo 55

mondo 56

mondo 57

mondo 58

mondo 59

Qui dit jardin anglais dit cottage : 

mondo 60

mondo 61

mondo 62

Et qui dit jardin anglais dit mixed-border, bien sûr ! 

mondo 63

mondo 64

mondo 65

Changement de jardin avec ces carrés plantés d'hydrangéas Annabelle. Toujours un jardin anglais? 

mondo 66

mondo 67

mondo 68

mondo 69

Au fond de l'allée, des statues. Jardin italien? 

mondo 70

mondo 71

mondo 72

mondo 73

mondo 74

Voilà pour la visite d'aujourd'hui. Nous continuerons la semaine prochaine...si vous le voulez bien.

La citation du jour : Dans mon lit, au fond de mes histoires, je cherchais d'autres réels plus supportables, et les livres, mes amis, repeignaient mes journées de lumière. (Gaël Faye)

 

Posté par philippedester à 06:37 - Voyage Voyage - Commentaires [12] - Permalien [#]
Tags :

15 octobre 2017

Balade du dimanche

Pas de plante du dimanche cette semaine, mais plutôt les plantes que j'ai achetées lors de la foire à Celles. Je fais une foire par saison et, à chaque fois, je me laisse tenter. 

Pour une fois, je n'avais pas emporté mon appareil photo. Vous n'aurez donc pas de clichés de cette manifestation qui attire énormément de monde, uniquement des photos de mes coups de coeur. 

jack 1

Même si je dis que je n'achèterai plus de rosiers car ces plantes demandent beaucoup de soins et, très ingrates, n'hésitent pas à me piquer, je me laisse souvent tenter. Voici celui pour lequel j'ai craqué. 

jack 2

Il s'agit de "Baby Jack" à la couleur très particulière. 

jack 3

C'est un rosier de patio (de taille basse, donc) qui peut être cultivé en pot. 

jack 4

J'aime les roses simples. Les doubles sont bien jolies, mais baissent souvent la tête lamentablement.

jack 5

Il vous plait? 

Je cherchais depuis longtemps des chrysanthèmes vivaces. C'est chez Delabroye que j'ai trouvé cette jolie plante bien différente des potées de cimetières ! 

chry 3

Pour éviter que les tiges ne tombent au sol, il est conseillé de les réduire de moitié en mai. Les tiges se ramifieront et la plante sera plus basse. 

chrys 1

Il est conseillé de diviser la plante tous les trois ans, au printemps, sinon elle se creuse de l'intérieur. 

chrys 2

Attention ! Les limaces les adorent ! 

J'aime les héléniums. J'en ai déjà eu plusieurs au jardin. Elles finissent toujours par disparaitre. J'ai, une fois de plus, tenté l'expérience. 

helenium 1

Quel éclat !  N'est-ce pas? 

helenium 2

Avez-vous déjà vu une bruyère jaune? J'ai craqué pour cette plante "Erica Robert Gold". 

erica 1

J'ai demandé au vendeur s'il s'agissait bien d'une bruyère? Il m'a répondu : "C'est un petit sapin."

J'ai insisté : "Erica, c'est une bruyère!"

Il m'a répondu : "C'est un petit sapin."

Hic !

erica 2

Et je ne la trouve pas sur Internet ! Quid de l'étiquette ! ? 

Une autre plante inconnue qui m'a séduit : 

albuca

C'est une bulbeuse qu'il faut rentrer en hiver et qui se nomme "Albuca Spiralis". 

Ses feuilles sont très particulières. Elles s'enroulent sur elles-mêmes. 

Albuca 2

J'ai aussi craqué pour cette plante aux couleurs automnales. Elle est peu rustique. Il faudra que je la protège s'il gèle fort cet hiver ! 

celles 1

celles 2

Mon gros craquage, c'est pour un érable : Acer Griseum. Ses couleurs d'automne sont sublimes. Je l'ai remarqué en arrivant dans le parc. Habituellement je n'achète pas tout de suite, en arrivant. Je préfère faire un tour d'horizon d'abord. Mais là, il n'y avait qu'un exemplaire de cet arbre et j'ai eu bien peur qu'il ne soit plus là plus tard. Embarqué dès mon arrivée, donc. 

acer 1

acer 2

Je trouve que mes photos ne rendent pas hommage à cette merveille ! Les feuilles étaient, à l'achat, bien plus roses que ça ! 

acer 3

Ensuite, il a rougi. Je n'étais pas sûr de l'identité de cette plante car son feuillage ne ressemble pas à celui de l'érable. Si on regarde une seule foliole, ça ressemble plutôt à un chêne. 

acer 4

Et voilà ce que j'ai embarqué en ce dimanche de foire. 

Il faut ajouter à ça tous les bulbes printaniers que j'ai achetés cet automne. 

Le problème, c'est de trouver de la place pour tous ces nouveaux venus ! J'ai commencé par arracher quelques anémones du Japon qui prennent un peu trop leurs aises ! Allez, hop ! On fait de la place, égoïstes ! 

 

 

 

Posté par philippedester à 06:00 - Jardin - Commentaires [12] - Permalien [#]
Tags :

11 octobre 2017

Mondo Verde (2)

Nous voilà de retour dans ce magnifique parc hollandais. La semaine dernière, nous avons visité la serre tropicale. Je vous propose, aujourd'hui, d'en sortir pour se balader à travers le parc et rencontré les animaux qu'on présente aux visiteurs. 

Malheureusement, je ne connais pas le nom de tous ces animaux. Je fais donc appel aux spécialistes pour m'aider à les nommer. 

mondo 27

Une grue, oui, mais laquelle? Merci à Philippe Debiève qui a fait des recherches. Ci-dessus et les deux suivantes, une grue demoiselle. 

mondo 28

mondo 29

Un ibis? Ibis falcinelle. 

mondo 30

Des marabouts? Un ibis sacré ! 

 

mondo 31

 

Un tantale ibis. 

mondo 33

Cet oiseau (nom?) couve ses oeufs. Le mâle a failli casser mon appareil photo avec son bec ! Une grue bleue. 

Merci pour les noms, Philippe Debiève. 

mondo 34

mondo 35

Le parc est bien agréable...

mondo 36

mondo 37

mondo 38

Malheureusement, certains animaux sont enfermés dans des enclos grillagés qui ne permettent pas de prendre des photos. A Pairi Daiza, il est possible de voir ces animaux de haut, au-dessus des grillages. Un point à améliorer dans ce parc ! 

mondo 39

Je suis resté un moment assis sur banc pour observer ces singes. 

mondo 40

mondo 41

J'adore les lémuriens. Je passerais des heures à les observer. 

mondo 42

mondo 44

mondo 43

mondo 45

mondo 46

mondo 47

 

La semaine prochaine, je vous emmènerai dans les différents jardins du monde : une merveille ! 

La citation du jour : Si vous pensez que l'aventure est dangereuse, essayez la routine, elle est mortelle. (Paulo Coelho)

Posté par philippedester à 06:09 - Voyage Voyage - Commentaires [12] - Permalien [#]
Tags :

08 octobre 2017

La plante du dimanche

La plante du dimanche : l'agapanthe

Tout le monde connait l'agapanthe bleue. On la rencontre un peu partout. 

Il y a quelques années, j'en ai acheté deux plants. L'hiver, j'en ai laissé un au jardin, l'autre, en pot, a rejoint les fuchsias dans la véranda. Le premier n'est pas réapparu au printemps. Le deuxième est toujours là bien des années après et est très florifère. 

ag 1

Elle me fait une trentaine de tiges chaque année. Elle se plait, très à l'étroit dans son pot. Il parait que les agapanthes aiment être à l'étroit et n'aiment pas être déplantées. Comme il m'est impossible de la dépoter, le problème ne se pose pas. 

Tout le monde connait sans doute aussi l'agapanthe blanche. J'en ai une qui me fait de jolies feuilles chaque année (hum hum ! ). Aucune fleur cette année. Je pense qu'elle en a donné une ou deux l'année dernière. Elle m'énerve ! 

Mais en voici une bien moins connue : la bleu et blanc. Très beau mariage de ces deux couleurs ! Une plante que j'ai achetée chez Bakker. Elle ne m'a donné qu'une tige, mais pour une première année, ce n'est déjà pas si mal. 

ag 2

La bleue a un feuillage persistant, la blanche un feuillage caduc. Je ne sais pas ce qu'il en est de celle-ci. Je verrai ça cet hiver. L'agapanthe à feuillage caduc est plus résistante au froid. Il supporte un peu les gelées si on a pris soin de pailler le pied. 

Certaines espèces sont rustiques jusqu'à -15°, parait-il ! 

L'agapanthe aime le plein soleil ou la mi-ombre. 

ag 3

L'agapanthe ne demande pas de soin particulier. Il suffit de couper les hampes défleuries et les feuilles jaunies chez l'espèce à feuillage caduc. 

La multiplication se fait par division des rhizomes au printemps. 

La plante supporte les oublis d'arrosage ! 

Vous en avez au jardin? Si oui, quelles espèces? 

 

Posté par philippedester à 06:35 - La plante du dimanche - Commentaires [15] - Permalien [#]
Tags :

04 octobre 2017

Mondo Verde (1)

Mondo Verde est un vaste espace à la fois jardin zoologique, parc d'attractions et jardins situé à Landgraaf aux Pays-Bas. Je ne vous cache pas que je me suis rendu là-bas pour les jardins italiens, japonais, chinois, australiens, autrichiens, russes, portugais ou encore tropicaux. 

Une famille avec enfants y trouvera son compte grâce aux différentes attractions de la plaine de jeux ou aux animaux que l'on rencontre tout au long d'un sentier. 

Dès l'arrivée sur le parking, on peut remarquer une famille de daims qui broutent l'herbe d'une vaste prairie. 

mondo 1

mondo 2

mondo 3

mondo 4

Juste à côté de l'entrée se trouve une serre dédiée aux plantes et oiseaux tropicaux. Nous commençons par là. 

mondo 5

mondo 6

mondo 7

mondo 8

 

Pas très roses, ces flamants ! Ont-ils manqué de crevettes? 

mondo 9

mondo 10

mondo 11

mondo 12

mondo 13

 

Un magnifique massif d'hibiscus ! 

mondo 14

mondo 15

mondo 16

Le perroquet gris du Gabon est un des meilleurs parleurs. 

mondo 17

mondo 18

mondo 19

Pas facile du tout de photographier ces oiseaux qui bougent tout le temps et nettoient leur plumage ! 

mondo 20

mondo 21

mondo 22

mondo 23

mondo 24

mondo 25

Et pour terminer, une fleur de bananier : 

mondo 26

Une chose que vous ne ressentez pas : la chaleur humide qui règne dans ce genre d'endroit. 

Première partie visitée, j'en ressors enchanté. C'est une réussite ! 

Nous allons nous balader dans le parc maintenant. Vous me suivez? Alors, rendez-vous dans une semaine. 

Portez-vous bien ! 

La citation du jour : Ne jamais oublier d'être bienveillant pour soi-même. Cela facilitera la bienveillance envers les autres. (Christophe André)

Posté par philippedester à 05:33 - Visite de jardins et de jardineries - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags :