Des nouvelles de moi

- mes voyages : j'aime voyager et j'aime photographier. Photos de vacances ...mes coups de coeur - scrapbooking : pour les amateurs de photos comme moi - littérature ou mes livres et auteurs préférés - jardin : pour les amateurs de nature

25 juin 2017

La plante du dimanche

La plante du dimanche : le calycanthus ou arbre aux anémones

En ce dimanche, je voudrais mettre à l'honneur un arbuste qui m'en a bouché un coin cette année ! En effet, alors que feuilles et fleurs se développaient, le gel du 20 avril les a grillés complètement. Les feuilles ont roussi et les boutons floraux sont tombés. Je ne m'attendais pas à le voir fleurir cette année et pourtant...

caly 1

Petit à petit, l'arbuste s'est rhabillé de vert et de nouveaux boutons floraux ont vu le jour pour éclater au début du mois de juin. 

caly 2

caly 3

Cet arbuste originaire des Etats-Unis est de culture facile. Il affectionne les sols riches et le soleil. Il résiste aux températures négatives d'au moins -15°. Il atteint environ 1,50m en tous sens.

Le feuillage caduc est vert luisant. Ses fleurs rouge foncé sont comme posées sur les branches et s'épanouissent normalement au mois de mai. 

caly 4

caly 5

C'est un arbuste aromatique de la tête au pied : ses racines, ses feuilles et son bois dégagent un parfum de camphre, ses fleurs sentent la fraise des bois et son écorce sent la cannelle.  Les graines sont toxiques. Attention aux animaux ! 

Enrichir la terre de compost lors de sa plantation. Bien arroser la première année. 

Le calycanthe n'est jamais malade et n'a pas de parasites. 

 

caly 6

caly 7

La multiplication se fait par marcottage des branches basses qui s'enracinent en un an. 

Je possède un autre cultivar aux fleurs plus petites. Il existe une espèce aux fleurs blanches, je viens de le découvrir. Il me tente...

Alors? Séduits? 

infos sur gerbeaud.com

Posté par philippedester à 06:18 - La plante du dimanche - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags :

21 juin 2017

Balade au jardin (2)

Nous continuons notre balade au jardin aujourd'hui. Tous les jours, il y a quelque chose de nouveau à voir. 

Je dois d'abord vous dire que je vous ai menti. J'avais dit que je n'achetais plus rien et voilà deux nouveaux rosiers qui sont arrivés au jardin ! 

J'ai craqué pour un "sans nom" en faisant un tour au marché. Je ne sais donc rien de lui. Ses fleurs tiennent bien : jusqu'à 15 jours en vase ! 

bac 29

bac 30

bac 31

bac 32

J'aime les grosses roses, mais en général elles s'effondrent sous leur poids. Je regarde donc maintenant plutôt vers les roses simples. Et j'ai craqué pour "Pretty Sunrise" en jardinerie.

bac 33

bac 34

bac 35

Oui, je sais, je vous le montre tous les ans, mais c'est mon chouchou : le rosier Bukavu. Il est encore plus beau cette année ! 

bac 42

bac 36

bac 37

bac 38

bac 39

Restons dans le même genre de fleurs avec "For your eyes only" que j'ai acheté l'année dernière.

bac 40

bac 41

Pour voir la fleur du pavot, il faut presque dormir à côté car aussitôt ouverte, aussitôt fanée !

bac 43

Je n'ai perdu qu'un seul fuchsia cet hiver. J'adore celui-ci : 

bac 44

bac 45

Je n'aime pas les iris. J'ai pourtant craqué l'année dernière pour celui-ci : il n'a pas la grosse tête !  Un inconvénient : la fleur est vraiment très éphémère, comme chez tous les iris, je pense.

bac 46

Le ciste doit aimer la sécheresse car il n'a jamais été aussi beau ! Il est devenu énorme bien que je l'ai taillé l'année dernière ! J'en avais un rose juste à côté, il a disparu. Je pense que le blanc l'a étouffé ! Pas de pitié chez les cistes ! 

bac 55

bac 47

bac 48

Même chose pour les hélianthèmes. Ils m'ont offert, cette année, des centaines de fleurs. Le plus florifère est le jaune. 

bac 49

bac 50

bac 51

bac 52

bac 53

Et en voilà un petit nouveau : 

bac 54

Comme je vois que j'ai encore des choses à vous montrer, nous continuerons notre balade au jardin la semaine prochaine. Mais je termine ce billet avec la floraison que j'attends avec une impatience grandissante au fur et à mesure qu'on approche du mois de juin : celle de mon rosier liane ! Une merveille ! Une vraie cascade de fleurs ! 

bac 56

bac 57

bac 58

bac 59

bac 60

J'ai très peur qu'un jour le vieux poirier qui lui sert de support ne craque sous son poids ! 

bac 61

bac 62

Rendez-vous la semaine prochaine pour une troisième visite du jardin et n'oubliez pas notre rendez-vous "la plante du dimanche". 

La citation du jour : A force de se planter, on devient une fleur. (inconnu)

 

Posté par philippedester à 06:30 - Jardin - Commentaires [15] - Permalien [#]

18 juin 2017

La plante du dimanche

La plante du dimanche : l'euphorbe polychroma.

 Il y a deux fleurs que je n'aime pas : les iris et les euphorbes. Mais il y a des exceptions. 

Pour l'euphorbe, il y a un cultivar que j'ai découvert dans un jardin du Kent. Je l'avoue tête baissée : j'en ai mis une bouture dans mon sac et je l'ai replantée au jardin. 

Après quelques années, elle a bien poussé : 

euphorbe 1

En avril, la couverture du feuillage de cette euphorbe se couvre d'inflorescences jaune citron qui se détachent des autres plantes du massif. 

euphorbe 2

Il faut l'installer en bordure de massif à un emplacement légèrement ombragé. Il formera rapidement un petit buisson à la touffe arrondie et bien dense. 

euphorbe 3

En automne, il prend une belle coloration dans les tons rosés surtout si l'été a été sec. 

La plante résiste à -15°. 

On peut la multiplier par semis au printemps, par division des touffes ou par bouturage après la floraison. 

Il y a une autre euphorbe que j'aime, à toutes petites fleurs blanches : l'euphorbe diamond frost. 

euphorbe 4

Attention, toutes les parties des euphorbes sont toxiques par ingestion ! 

 

Posté par philippedester à 06:10 - La plante du dimanche - Commentaires [13] - Permalien [#]
Tags :

14 juin 2017

Balade au jardin

Aujourd'hui, je vous emmène dans mon jardin. Il a repris vie petit à petit après cette fameuse nuit de gel inoubliable ! Après le gel, il y a eu la chaleur et la sécheresse. Les arrosages ont été plus que nécessaires.

J'avais dit : "Cette année, je n'achète plus rien." Je n'ai plus de place au jardin, j'en ai marre des arrosages et il faut trouver quelqu'un pour s'occuper des plantes quand je suis en vacances. De plus, cette nuit de gel m'avait ôté le goût du jardinage. Je ne suis pas allé aux foires aux plantes de Lasnes et de Celles. Seulement voilà...

Je suis allé en jardinerie et au marché pour acheter des légumes à repiquer et je me suis laissé tenter...

Je ne pouvais pas non plus laisser tous mes bacs vides ! 

bac 1

Alors que je n'ai jamais mis de bidens au jardin, j'ai craqué pour les couleurs de celui-ci : "Beedance Painted Red".

bac 2

bac 3

bac 4

Pendant plusieurs années, je me suis intéressé aux fuchsias. Maintenant ce sont plutôt les bégonias qui me font craquer. 

J'ai choisi : Summerwings Elegance Dark Red".

bac 5

J'ai perdu les étiquettes des quatre suivants. Elles ont dû s'envoler ! 

bac 6

bac 7

bac 8

bac 9

bac 10

Je n'aime pas spécialement les lobélias. Pourtant, j'ai fondu devant les couleurs de "Hot Water Blue" ! 

bac 11

bac 12

Une inconnue : Cuphea Hyssopifolia Cupid Purple

bac 13

Un peu de hauteur avec Salvia Farinacea Sallyfun Ocean blue.

bac 14

Une campanule qui n'a pas encore trouvé sa place : 

bac 15

Allons voir maintenant ce que sont devenues les plantes qui n'avaient pas résisté au gel du 20 avril : 

- Le calycanthus a vu ses nouvelles feuilles et ses boutons complètment griller ! Courageusement il a refait des feuilles et de nouveaux boutons arrivent ! 

bac 16

L'actinidia a été complètement gelé. Il refait des feuilles. Je n'aurai pas de kiwis, ça, c'est sûr ! 

bac 17

Les hortensias, je les ai retaillés. La partie terminale des rameaux a été cuite. C'est la première fois que ça arrive. Il n'y aura pas de fleurs ou très peu ! 

Ce rhodo ouvre les quelques boutons qui étaient encore fermés la nuit du gel.

bac 18

bac 19

 

Celui-ci est intact ! Ses boutons étaient encore fermés. Malheureusement il est invisible, caché par des arbustes qui ont poussé plus vite que lui. Il n'y a que les poules qui peuvent en profiter. Vite qu'il grandisse ! 

bac 20

bac 21

bac 22

 

Chouette ! Mon viburnum Pink Beauty n'a pas été touché par le gel. Il est splendide ! Je l'adore. Je voudrais juste qu'il grandisse un peu pour qu'il soit visible de la maison.

bac 23

bac 24

 

Le cercis, lui, a gelé complètement : feuilles et fleurs. Il se regarnit progressivement. Le voici photographié une semaine avant la nuit fatidique.

bac 25

 

Mes aubriètes n'ont jamais été si belles !

bac 26

 

Je ne sais pas ce qu'il s'est passé avec les ancolies, d'habitude si belles. Toutes les feuilles ont été mangées. Les fleurs se sont dressées sur des tiges dénudées ! Aucune idée de qui en a fait son plat principal ! Ma soeur et ma belle-mère ont eu la même farce à des kilomètres de distance !

Le malus était rempli de fleurs. Je ne sais pas s'il fera des fruits...

bac 27

bac 28

 

Je me rends compte que j'ai encore pas mal de choses à vous montrer. On se retrouvera donc la semaine prochaine pour la suite de cette balade au jardin.

La citation du jour : Sème une fleur, la terre te donnera une fleur. (Khalil Gibran) 

Posté par philippedester à 06:19 - Jardin - Commentaires [14] - Permalien [#]

11 juin 2017

La plante du dimanche

La plante du dimanche : Sprekelia

Drôle de nom pour cette bulbeuse achetée l'année dernière et qui m'a donné une seule fleur ... mais elle a fait deux bébés ! 

Cette année, elle m'a donné une fleur qui n'a fait que passer (il faut dire qu'il a fait très chaud dans la véranda), mais j'ai eu la surprise de voir pousser une deuxième tige.

sprekelia 1

 

Le genre sprekelia ne compte qu'une seule espèce de vivace bulbeuse originaire des pentes rocheuses du Mexique et du Guatemala. 

Ses fleurs écarlate vif de 8 à 12 cm de diamètre à 6 pétales parfois striées de jaune s'ouvrent au printemps. 

sprekelia 2 jpg

Comme ses bulbes ne tolèrent pas le gel, cette plante doit être cultivée en pots et rentrées avant les gelées. 

Attention ! Cette belle est toxique par ingestion ! 

sprekelia 3

Ne pas l'hiverner à racines nues. Les racines ont besoin de substrat pour survivre. Modérer les arrosages. 

sprekelia 4

Même si sa floraison est très éphémère, je l'adore. Et vous? 

 

Posté par philippedester à 06:33 - La plante du dimanche - Commentaires [11] - Permalien [#]
Tags :

07 juin 2017

Nichoir à insectes

Depuis quelques années, les nichoirs à insectes ont la cote ! En effet, beaucoup d'insectes sont les alliés du jardinier : ils détruisent les ravageurs comme les pucerons et pollinisent les fleurs des fruitiers ou des légumes. Normal donc qu'on tente de les attirer au jardin en leur offrant le gîte qu'ils recherchent. 

J'ai placé un nichoir à insectes il y a quelques années, mais je n'ai jamais vu grand-chose s'y passer. Un deuxième nichoir a pris place au jardin l'an dernier et cette fois j'ai pu assister au travail de l'abeille solitaire. 

nichoir

90% de nos abeilles sauvages n'ont pas de reine. Elles sont indépendantes, travaillent pour elles-mêmes. Elles ne font pas de miel. 

Comme je ne m'y connais pas en petites bébêtes, j'espère ne pas me tromper en nommant ces insectes "abeilles solitaires".

Un jour, j'ai remarqué que certains trous étaient bouchés et qu'il y avait de l'animation. Les abeilles étaient au travail : 

abeille 1

abeille 2

abeille 3

abeille 4

abeille 5

Les tiges ne sont pas utilisées une deuxième fois, parait-il, le travail de nettoyage serait trop compliqué. Il faut donc remplacer les tiges qui ont déjà servi. 

Parmi les autres auxiliaires du jardin, on trouve la chrysope à la belle robe verte, l'osmie à l'abdomen roux vif, le carabe carnassier, la coccinelle dévoreuse de pucerons, le bourdon terrestre reconnaissable à son derrière tout blanc, le syrphe qui ressemble à une guêpe, le perce-oreille grand consommateur de pucerons, la grande sauterelle et même la guêpe qui est utile au jardin. Pour les voir en photos, cliquez ici

On attire ces insectes en leur donnant un abri pour pondre, mais aussi en plantant au jardin une végétation variée (pourquoi ne pas laisser un petit coin sauvage?) et en ayant soin de ne pas utiliser de produits toxiques (insecticides, pesticides, herbicides,...). 

La citation du jour : Il faut se rendre à l'évidence : l'univers des insectes est globalement un univers de femelles, plus précisément de veuves. Les mâles n'y ont qu'une place épisodique. (Bernard Werber)

 

 

Posté par philippedester à 06:06 - Jardin - Commentaires [13] - Permalien [#]

04 juin 2017

La plante du dimanche

Muscari Macrocarpum Goden Fragance

Comme j'ai un collègue qui s'est lancé voilà quelques années dans la vente de bulbes, je découvre tous les ans des plantes que je ne connaissais pas. Voir son site ici

Cette année, je me suis laissé tenter par un muscari jaune. Je n'en avais jamais vu ! 

muscari jaune

Cette espèce est originaire de Grèce et de l'ouest de la Turquie. 

Son feuillage est gris/vert. Ses bourgeons pourpres donnent des fleurons tubulés jaune citron clair et marron pourpre portés par des tiges de 15 cm de haut. 

Ce muscari fleurit en avril/mai. 

L'an prochain, j'achèterai le muscari Armeniacum "Touch of snow". 

Muscari Armeniacum 'Touch of Snow'

Je le trouve marrant avec sa petite tête blanche...

J'en possède aussi des blancs qui commencent à prendre de la place.

Résultat de recherche d'images pour ""muscaris roses""

J'ai également quelques bulbes de muscaris roses, mais ils n'ont pas fleuri. Pour ne pas les perdre dans le jardin, je les ai mis dans un pot. Ils ne s'y plaisent peut-être pas ! 

 

Posté par philippedester à 05:56 - La plante du dimanche - Commentaires [14] - Permalien [#]
Tags :

31 mai 2017

Derniers livres lus

enfantdeslulieres_a

Voilà plusieurs années que je voulais découvrir Françoise Chandernagor. Le mot enfant dans le titre de ce roman m'en a donné l'occasion. Un pavé de 500 pages que j'ai abandonné après en avoir lu 150. Je commençais à passer trop de paragraphes, ce qui est un mauvais signe, signe d'un manque d'intérêt certain.

Et pourtant, les personnages sont intéressants : Madame de Breyves, mariée par intérêt au comte Henri de Breyves dont elle tombe amoureuse et à qui est voue un véritable culte, leur fils, Alexis, charmant bambin de sept ans à qui on a caché le suicide de son père, toujours prêt à faire les quatre cents coups. 

Nous sommes à  la fin du XVIIIe siècle, la Révolution n'est pas loin, le siècle des Lumières s'achève, l'ancien régime vacille sur ses bases et madame de Breyves veut faire de son fils un homme apte à tous les combats. 

C'est une mère inquiète, tourmentée, émouvante, divisée, passionnée et un professeur d'immoralité que Françoise Chandernagor nous dépeint ici.

Le style est parfait. L'auteure, membre de l'Académie Goncourt, écrit admirablement bien.

Et pourtant..., et pourtant, je n'ai pas vraiment accroché au récit que j'ai trouvé trop long. J'ai mis trop de temps pour atteindre la 150e page qui m'a fait renoncer à ma lecture, j'ai passé trop de paragrapes, ce qui prouve mon désintérêt. J'ai donc mis fin à une lecture qui aurait pu m'instruire sur cette période en France. Tant pis. Je n'ai sans doute pas choisi le bon moment pour découvrir l'auteure.

smiley 2


clans

Voici le premier tome de la trilogie "Et l'Egypte s'éveilla" de Christian Jacq. 

L'égyptologue a écrit des sagas qui se déroulent à différents moments de l'histoire de l'Egypte antique. La série des Ramsès est sans doute la plus célèbre de ses oeuvres. C'est en tout cas avec ces romans que j'ai découvert l'auteur.

Dans cette trilogie, Christian Jacq répond à une question qui lui a souvent été posée : "Comment l'Egypte des pharaons est-elle née, de quelle manière s'est affirmée cette prodigieuse civilisation?"

Grâce à des découvertes, notamment à Abydos, il est maintenant possible de deviner ce qui s'est réellement passé 3500 ans avant JC.

A cette époque, différents clans se côtoient et sont prêts à s'entredéchirer. Narmer, seul survivant du clan Coquillage part à la découverte du pays des Deux-Terres afin de trouver ceux qui ont massacré sa tribu et la petite voyante qui l'a sauvé de la mort.

Il ne le sait pas encore mais il sera soumis à différentes épreuves.

En chemin, il rencontre Scorpion avec qui il s'affronte et qui deviendra son frère de sang. 

Alors que les deux hommes rêvent de vengeance, les différents clans dirigés par Taureau, Lion ou Crocodile rêvent de puissance et de conquête de territoires. 

Christian Jacq emmène ses lecteurs en des lieux qui deviendront célèbres et relate la magie qui a permis aux différents protagonistes de vaincre. 

Longtemps je me suis demandé si ses héros étaient des humains ou des animaux. Taureau, Lion, Crocodile ou encore Oryx, Gazelle ou Cigogne sont des chefs de clans avec à leur service des animaux. C'est du moins ce que j'en ai conclu. 

Comme d'habitude, l'auteur a réussi à me captiver. La trilogie compte 999 pages mais se lit très vite. 


cauvin

J'ai commencé ce roman de Patrick Cauvin et je l'ai refermé à la page 100. J'ai fait un effort pour arriver là mais je n'ai pas eu le courage de poursuivre.

La 4e de couverture indiquait : 

"En 1944, la propagande nazie fit tourner un film destiné principalement aux représentants de la Croix-Rouge internationale, intitulé Le Führer offre un village aux Juifs. On y voyait, dans une atmosphère de joie et de travail, évoluer des Juifs "heureux" dont la plupart furent exécutés après le tournage. Ce fut sans doute, par l'intermédiaire du cinéma, l'acte de mystification le plus cynique et le plus tragique qui ait été commis."

C'est ce que j'appelle, non pas de la publicité mensongère, mais une 4e de couverture mensongère. Arrivé au tiers du récit, c'est à peine si l'auteur cite Hitler et ce film - qui est censé être le thème du roman - n'a pas encore débuté! 

Les  premières pages se déroulent dans les années 30 et au début des années 40. On y suit l'évolution d'un jeune homme et d'une jeune femme - qui ne se connaissent pas - et qui vont faire du théâtre ou jouer dans un film. 

Je suppose que ces deux personnages se retrouvent dans le fameux film mais je n'ai pas eu la patience d'attendre que l'histoire démarre vraiment. Cent pages au cours desquelles il ne se passe pas grand-chose m'ont suffi. 

smiley 2


scorpion

Dans le 2e tome de la trilogie "Et l'Egypte s'éveilla", la guerre des clans continuent. Des chefs de clans ont été exterminés. Taureau et ses alliés Scorpion, Narmer et la prêtresse Neit, Lion et Crocodile veulent tous vaincre et diriger l'Egypte. 

Meurtres, trahisons, mensonges, magie, tout est permis pour décimer l'ennemi. (3500 ans plus tard, rien n'a changé!) 

Les clans doivent affronter deux ennemis supplémentaires : les Libyens qui envahissent le Nord et les Sumériens qui ont conquis le Sud. 

Grâce à leur armement en bronze (métal non connu des Egyptiens), les Libyens sortent vainqueurs. Grâce à leur flottille performante , les Sumériens se rendent maitre de Nékhen.

Lion et Crocodile qui s'étaient alliés se séparent. Lion est tué par le chef libyen. Reste Crocodile qu'il faudra certainement abattre dans le tome 3.

Grâce à la magie, Narmer et Neit parviennent à reprendre Nékhen et suppriment le chef sumérien tandis que Taureau meurt, poignardé par son général, un vendu. Quant aux Vanneaux, un peuple qui vit le long du fleuve, ils s'allient aux plus forts, n'hésitant pas à tourner leur veste. 

Avant de mourir, Taureau proclame Narmer roi du Sud.

Il ne lui reste plus qu'à affronter les terribles Libyens afin de devenir maitre des Deux Terres. 

Et c'est parti pour le tome 3 et, je le suppose, ses guerres incessantes! 

Mon avis : Si le style de Christian Jacq arrive toujours à m'attacher à son récit, je trouve quand même l'histoire longue et répétitive. Le sang coule à flot sans aucun remords. Les morts ne comptent pas! 


collier

Voilà un auteur que je ne connaissais que de nom. J'ai beaucoup entendu parler de "La salamandre" ou encore de "Rouge Brésil" mais je ne connaissais pas ce roman qui m'a été offert.

C'est un roman court (165 pages) qui se lit très vite, le temps d'une pause dans mes lectures de trilogies. 

Qui est le héros de ce livre qui se déroule en 1919 dans une petite ville du Berry? 

Morlac, ce héros de la guerre qui est retenu prisonnier dans une caserne déserte ou Guillaume, son chien qui l'attend devant sa prison?

La vie des deux personnages est étroitement liée. Le chien a accompagné son maitre à la guerre et a participé à certaines attaques. Il en est même revenu blessé tout comme Morlac, qui ne se défend pas, qui attend d'être jugé et condamné.

Un troisième personnage : le juge chargé de traiter l'affaire. L'affaire? Mais que reproche-t-on à ce héros? L'auteur ne livre les faits qu'à la fin de l'ouvrage, ce qui pousse le lecteur à aller de l'avant. Le juge Lantier est prêt à passer l'éponge si Morlac dit regretter son geste, avoue avoir commis ce délit sous l'emprise de l'alcool,... Mais le principal intéressé refuse. Il persiste et signe! 

Et puis il y a encore Valentine avec qui Morlac a eu un fils lors d'une permission. Valentine qui l'aime par-dessus tout, qui l'attend impatiemment, lui qui refuse de la voir. 

Pour le juge Lantier, l'affaire Morlac sera la dernière. C'est peut-être pour cela qu'elle lui tient particulièrement à coeur. 

Un court récit sur la guerre et son absurdité, sur la fidélité et la loyauté, une belle surprise que je vous invite à découvrir.


faucon

Guerre après guerre, l'Egypte se construit. Avant de créer un pays riche et prospère, il faut d'abord éliminer tous les ennemis.

C'est ce que fait Narmer, armé de son fidèle Scorpion, son frère de sang. Celui-ci est un conquérant et semble plus apte à défendre donc à diriger le pays des Deux Terres mais les dieux en ont décidé autrement. C'est Narmer qui porte la couronne blanche. Il lui reste à éliminer les Libyens et il portera la couronne rouge.

Une fois ce peuple barbare éliminé, il reste Crocodile, le seul chef  qui a survécu à la guerre des clans. Toujours prêt à s'allier au plus fort pour éliminer Narmer, Crocodile n'hésite pas à trahir pour servir ses intérêts.

Quand Narmer découvre son dernier ennemi, le plus féroce, celui à abattre, il pleure. Il ne peut pas se résoudre à le faire disparaitre. Pourtant, tant que celui-là sera vivant, la paix ne sera pas possible...

Sorti vainqueur des 7 épreuves voulues par l'Ancêtre, Narmer, devenu Némès, devient le premier pharaon de l'Egypte naissante. Memphis, la capitale, se construit peu à peu et la vie s'y organise sous le commandement de Narmer et de sa femme, la prêtresse Neit. 

Ouf! Me voilà enfin arrivé au bout de cette trilogie de 999 pages! Un récit intéressant sur l'éveil du pays des pharaons mais une longue suite de guerres un peu lassante, je trouve. Des hectolitres de sang ont été versé comme pour toute conquête d'un pays! Guerre, meurtre, mensonge, trahison, tels sont les maitres mots de ce récit qui ne m'a plus que moyennement. 

J'ai été plus captivé par d'autres récits de Christian Jacq comme la série des Ramsès, par exemple, qui compte 2000 pages, si je m'en souviens bien! 

Ces 3 volumes sont reliés en un seul.

trilogie


vie

Je ne lis pas Amélie Nothomb. De l'auteure , j'ai lu "Attentat" il y a 15 ans. Je n'ai pas aimé et, du coup, je n'ai pas donné une deuxième chance à la plus célèbre des auteures belges ... jusqu'à ce jour. 

J'ai reçu "Une forme de vie", j'en ai lu la 4e de couverture qui m'a attiré et je me suis donc mis à lire ce roman épistolaire. Eh bien, autant le dire tout de suite, je n'ai pas aimé. Ce n'est nullement le style de l'auteure qui m'a dérangé mais bien l'histoire en elle-même. 

Pourtant elle débutait bien. Amélie reçoit un courrier d'un GI embourbé dans la guerre d'Irak. Comme elle entretient une correspondance avec 2000 lecteurs - nous dit-elle - elle répond à Melvin Marpple qui lui avoue très vite qu'il est obèse. 

Envoyé en Irak alors qu'il pesait 55 kg pour 1,80m, il a grossi de 130 kg. C'est sa façon à lui de se rebeller contre la guerre. 

A partir de là, j'ai ressenti un certain malaise (que j'avais déjà éprouvé à la lecture du célèbre roman de Patrick Suskind "Le parfum"). J'ai été dégoûté par cet étalage de graisse, ces descriptions de l'obésité. Amélie arrive à faire de ce corps difforme une sorte d'oeuvre d'art inscrit dans le catalogue d'une galerie à Bruxelles. Beurk ! 

Pas très sympa pour les obèses, je trouve, les propos de l'auteure ou de son héros! 

Voici un exemple de ce qui m'a fortement dérangé :

"Quand arriva la nouvelle lettre de l'Américain, je ne me rappelais plus que je lui avais demandé une photo. Je pris le cliché en pleine figure : on y voyait une chose (sic!) nue et glabre, tellement énorme qu'elle débordait du cadre. C'était une boursouflure en expansion... La graisse fraiche devait traverser des continents de tissus adipeux pour s'épanouir à la surface, avant de s'encrouter en barde de rôti, pour devenir le socle du gras neuf..."

Par contre, j'ai apprécié l'apologie des lettres que fait Amélie et la façon dont l'auteure s'est livrée dans ce récit. 

Certains passages m'ont fait penser à quelqu'un qui se reconnaitra : 

"Il y a des personnes que je reconnais uniquement par l'épistolaire (ou par mails, ce qui est pareil). Certes, je serais curieuse de les voir, mais c'est loin d'être indispensable. Et les rencontrer ne serait pas inoffensif..."

"Pourquoi un ami d'encre et de papier vaudrait-il moins qu'un ami de chair?"

Une question se pose : Vais-je attendre 15 ans avant de lire un 3e Amélie Nothomb? 

smiley 2


Je crois que je deviens de plus en plus difficile au niveau lecture ! 

La prochaine fois, j'espère pouvoir vous parler de coups de coeur ! 

 

 

 

 

Posté par philippedester à 06:31 - Littérature - Commentaires [13] - Permalien [#]

28 mai 2017

La plante du dimanche : les groseilliers à fleurs

Les groseilliers sont des petits arbustes du genre Ribes originaires des régions tempérées de l'hémisphère nord et de la Cordillère des Andes dont plusieurs espèces sont cultivées pour leurs fruits.

Moi, je vous parlerai des espèces cultivées pour leurs fleurs. Jaunes, roses, orange, les couleurs sont multiples même si le plus connu est le groseillier sanguin. 

ribes 1

ribes 2

Mais mon préféré est le ribes odoratum ou groseillier doré. Sa floraison décorative délicatement parfumée et la jolie coloration automnale de son feuillage lui donnent des atouts non négligeables. Il mérite d'être mieux connu. 

 

ribes 3

ribes 4

ribes 6

ribes5

Quand je suis allé dans le Kent pour y admirer ses si beaux jardins (j'y retourne en juillet), j'ai remarqué un ribes à fleurs orange. De retour chez nous, j'en ai cherché un. Celui que j'ai trouvé ne ressemble pas vraiment à celui que j'avais vu là-bas, d'où une petite déception.

ribes 7

ribes 8

ribes 9

ribes 10

Pas vraiment orange, n'est-ce pas? 

Et vous? En avez-vous? Les mêmes? D'autres?

Un arbuste qui ne demande aucun soin si ce n'est une petite réduction de ses branches de temps en temps afin d'éviter qu'il ne devienne trop imposant.

Bonne fête à toutes les mamans françaises.

Résultat de recherche d'images pour "fête des mères"

 

Posté par philippedester à 05:57 - La plante du dimanche - Commentaires [14] - Permalien [#]
Tags :

24 mai 2017

De mars à mai

De mars à mai, les floraisons se succèdent au jardin et je ne veux pas parler des plantes à bulbes qui me ravissent chaque printemps. Je veux vous parler des arbustes qui fleurissent "chacun à leur tour" de manière à ce que le jardin soit toujours fleuri quelque part. 

Un petit tour d'horizon, ça vous va? 

Alors que la plupart des arbres dorment encore, le callicarpa nous offrent ses bonbons mauves. C'est encore l'hiver ! 

pr 1

En février, le sarcococca au feuillage persistant s'y met, mais il passe plutôt inaperçu. Il faut faire attention à lui.

pr 2

Alors que les hellébores continuent leur floraison, c'est le cognassier du Japon qui se fait remarquer par ses fleurs d'un rouge éclatant. Nous sommes en mars.

pr 3

 

Voilà celui qui annonce vraiment que le printemps n'est plus loin : le forsythia. Cette année, il n'a presque pas fleuri.

ar 1

Puis c'est au tour du prunus incisa de faire éclater ses bourgeons. 

pr 4

On reste dans le blanc avec la superbe floraison du magnolia stellata : une beauté éphémère ! 

ar 13

Et toujours le blanc avec l'exochorda.

ar 4

J'attends toujours avec impatience la floraison des ribes (groseilliers à fleurs roses, jaunes ou encore orange).

pr 1

pr 2

pr 3

En même temps fleurit le cercis, arbuste que j'adore et qui a mis du temps pour s'installer. Cette fois, la floraison vaut la peine.

pr 4

pr 5

pr 6

Et puis une couleur plus "tape à l'oeil" pour un nouveau venu au jardin (oui, j'ai déjà craqué en jardinerie ! ) : un berberis.

pr 7

pr 8

Puis vient cette fameuse nuit du 20 avril, date fatidique pour beaucoup de jardiniers ! Il a gelé, à peine, et pourtant, dans le jardin, c'est le désastre : les fleurs des rhododendrons, des azalées, des azalées mollis,  du malus, et d'autres arbustes sont toutes brunes; les feuilles des hortensias, des érables japonais et même de certains rosiers sont noires ! C'est la catastrophe totale, l'apocalypse ! Décidément rien ne va plus sur notre planète ! 

Je ne vous montre pas de photos. J'en serais malade ! Je ne pouvais plus mettre un pied au jardin ! 

Ouf ! L'enkiantus et l'aubépine rouge étaient encore en boutons ! 

ar 6

 

 j 133

N'oublions pas les lilas qui, eux, résistent à tout ! Pourtant, j'ai beaucoup moins de fleurs cette année ! 

Ouf ! mon Viburnum Pink Beauty n'a pas gelé ! C'est un arbuste à faible développement (j'aimerais d'ailleurs qu'il grandisse un peu car il passe plutôt inaperçu) que j'adore ! 

vib 1

vib 2

Avec le temps, les fleurs deviennent blanches...

vib

Je pense que les hydrangeas ne donneront aucune fleur cette année et que les rosiers seront bien moins généreux que d'habitude. J'observe et j'attends pour voir ... avec impatience. 

La citation du jourIl n'est jamais trop tard pour sauter dans le bon train, choisir les bons aiguillages ! Il n'est jamais trop tard pour entendre un soupir, pour voir le sourire de l'eau. (Antoine Paje)

 

 

 

Posté par philippedester à 06:39 - Jardin - Commentaires [14] - Permalien [#]

21 mai 2017

La plante du dimanche : le brunnera

Il est une plante que j'aime particulièrement, appelée "myosotis du Caucase", c'est le brunnera. Cette plante originaire d'Asie Occidentale donne pendant un certain temps de délicats petits bouquets de fleurs bleues en étoiles qui font penser au myosotis. 

Le myosotis est une jolie plante, j'en conviens, mais qui a de gros défauts : tout d'abord, il se ressème partout, à des endroits où il n'est pas nécessairement le bienvenu et puis, au bout de quelques semaines, ses fleurs fanent et la plante devient bien moche ! 

Il n'en est rien pour le brunnera ! Il reste beau tout l'été même si ses fleurs ont disparu. Ses feuilles délaissées par les limaces restent belles toute la saison et font penser aux hostas qui, eux, sont dévorés, par les baveux ! 

bru 1

bru 2

C'est une vivace qui fleurit de mars à mai. Elle est très rustique et se plait à l'ombre ou à mi-ombre. 

Elle supporte la sécheresse, mais ce n'est quand même pas un cactus ! A certains moments, elle dit au jardinier qu'elle a soif en laissant pendre son feuillage. Un coup d'arrosoir et elle se remet complètement. 

bru 3

Ses petites fleurs bleues sont discrètes. Il faut l'observer de près pour en admirer toute la beauté. 

bru 4

Le cultivar que j'ai au jardin est le "Jack Frost". Ses feuilles sont rugueuses (ce qui ne plait sans doute pas aux limaces) et caduc. A la fin de l'été, je coupe la plante au ras du sol. Il n'y a plus qu'à attendre sa renaissance au printemps.

Une plante sans soucis qui ne demandent aucun soin. Une valeur sûre au jardin. 

Vous l'avez au jardin? Vous l'adoptez? 


 

Petit ajout :

Plusieurs d'entre vous m'ont posé des questions quant à mon bac à fleurs/légumes.

J'ai refait mes calculs avec Pythagore et voilà les résultats :

Je suis parti d'un carré de 1,20m de côté car j'avais vu un jardin en carrés de cette taille.

Le deuxième fait 85 cm de côté, le troisième la moitié du premier donc 60 cm et le quatrième la moitié du deuxième donc 42.5 cm. 

Si vous voulez que ça soit parfait, pour deux planches sur quatre, vous devez retirer l'épaisseur des planches, ce que je n'ai pas fait.

Pour former les carrés, on visse à travers les planches sans problèmes si elles sont assez épaisses. On peut aussi les assembler à l'aide d'équerres. 

Ce serait chouette que je vois ça chez vous ! 

 

Posté par philippedester à 06:27 - La plante du dimanche - Commentaires [13] - Permalien [#]
Tags :

17 mai 2017

Bricolage

Pinterest est une mine d'idées. J'y vois de petites merveilles qui me tentent beaucoup, notamment pour le jardin. Alors, une fois n'est pas coutume, je me suis mis au bricolage, un bricolage facile car, comme mon père, j'ai deux mains gauches ! 

Voici tout d'abord mes achats : 7 sacs de terreau (c'est insuffisant) et des planches sciées à dimensions directement au magasin de bricolage. 

bac 1

bac 2

Je visse les planches de manière à avoir quatre carrés de dimensions différentes. 

 

bac 3

Je les superpose en diagonale. 

bac 4

J'ai pour calculer les dimensions des carrés utilisé pour la première fois depuis que je suis sorti de l'école (il y a 36 ans) le théorème de Pythagore. Tout vient à point à celui qui sait attendre???

Je remplis les bacs d'un mélange de terreau, de terre du jardin et de sable. 

bac 5

Il n'y a plus qu'à planter ! 

bac 6

C'était le 7 avril. Trop tôt pour planter le dernier bac qui doit recevoir un plant de courgettes.

Les salades ont été protégées du gel par des bouteilles d'eau de 5 litres.

Alors? Ça vous plait? 

La citation du jour : Dieu Tout Puissant planta d'abord un jardin et, vraiment, c'est le plus pur des plaisirs humains. (Francis Bacon)

 

Posté par philippedester à 06:00 - Jardin - Commentaires [22] - Permalien [#]

14 mai 2017

La plante du dimanche : fothergilla major

La plante que je vous présente ce dimanche est un petit arbuste que j'ai planté voilà bien des années et il a quasiment la même taille qu'à son arrivée chez moi. Il s'est juste un peu élargi, mais n'a pas poussé en hauteur. Voilà la plante parfaite pour les petits jardins et les massifs de vivaces.

Au printemps, le fothergilla est couvert de petits chatons blancs. C'est le premier intérêt de cet arbuste.

foth 1

C'est un arbuste très rustique qui se plait aussi bien dans un endroit ensoleillé qu'à mi-ombre. Il aime une terre acide à légèrement acide.

foth 2

Il peut soi-disant monter jusqu'à 3 mètres ! Au rythme où il pousse dans mon jardin, il lui faudra bien cent ans pour arriver à cette taille ! Je devrais peut-être ajouter un peu de terre de bruyère à son pied...

foth 3

Sa floraison parfumée est originale. 

Le deuxième intérêt de cet arbuste se remarque en automne quand ses feuilles adoptent des teintes chatoyantes. 

foth4

Son feuillage est caduc, vous vous en doutez.

foth6

J'aime les arbres qui sont beaux à deux moments de l'année : au printemps par leur floraison et en automne par la coloration de leur feuillage.

Le fothergilla ne demande aucun soin. Il est facile de culture et ne déçoit jamais.

Alors? Vous l'adoptez? 

PS Et puis vint la nuit fatidique où le gel a décidé de faire des ravages ! Je ne vous montre pas ces malheureux chatons après le passage de cette zone de froid ! 

Résultat de recherche d'images pour "triste"

Bonne fête à toutes les mamans belges et tout particulièrement à la mienne qui est ressuscitée après quelques semaines très pénibles ! 

Résultat de recherche d'images pour "fête des mères"

Posté par philippedester à 06:16 - La plante du dimanche - Commentaires [16] - Permalien [#]
Tags :

10 mai 2017

Lotto Mons Expo

Début avril avait lieu au Lotto Mons Expo le salon du jardin et des aménagements extérieurs. Le prix d'entrée de 7 euros m'a fait hésiter, mais c'était l'occasion de faire une petite sortie. A l'entrée, un panneau annonçait une réduction de 2 euros et une dame prévenait le visiteur que le nombre de participants n'était que de 30 et que la moitié seulement avait trait au jardin ! De quoi être déçu ! 

J'ai eu bien du mal à dénombrer 15 stands dédiés au jardin ! Ils devaient être bien cachés ! Déception donc, mais les participants avaient bien arrangé leur stand et j'ai eu l'occasion de découvrir une nouvelle pépinière ou plutôt un magasin de bonsaï et de décorations zen. 

Coup de coeur pour cette jardinerie particulière ! Jugez plutôt : 

bons 1

bons 2

bons 3

Les petits arbres taillés ne sont pas des bonsaï mais des niwaki.

bons 4

bons 5

bons 6

bons 7

bons 8

bons 9

bons 10

 

En japonais "niwa" signifie "jardin" et "ki" signifie "arbre". Il faut donc traduire le mot par "arbre de jardin", mais il est parfois appelé "bonsaï de jardin". C'est un bonsaï géant alors ! 

bons 11

Le bonsaï est toujours cultivé en pot; le niwaki peut être planté en pleine terre. En effet, on ne pratique pas la taille des racines du niwaki. 

bons 12

Pour le niwaki, on n'utilise ni lien ni tuteur. Le niwaki est taillé de manière à respecter la forme naturelle de l'arbre. 

bons 13

Le niwaki fait partie d'un tableau, d'un paysage. Ce n'est pas un élément isolé du jardin. 

L'arbre doit s'inclure dans le paysage, donner l'impression qu'il a toujours été là. Il est utilisé près des plans d'eau, entre des rochers,...

bons 14

La taille est nécessaire pour étager la végétation et donner à l'arbre une certaine transparence. Elle peut être légère ou plus importante et donner à l'arbre une silhouette particulière : en nuages, en boules,...

bons 15

A un stand de ventes d'orchidées, j'ai craqué pour celle-ci : 

orchi 1

Son nom : zygopetalum. Les pétales et les sépales sont verts marbrés de brun. Le labelle est mauve et se remarque de loin. 

orchi 2

C'est une orchidée à pseudobulbes qui apprécie de passer l'été au jardin à mi-ombre. 

Pour refleurir, la plante a besoin d'un écart de température jour/nuit d'une dizaine de degrés. 

L'arrosage doit être abondant en été et plus espacé en hiver. Un ajout d'engrais à chaque arrosage sera le bienvenu. 

orchi 3

Un autre exposant : 

mons 1

mons 2

Heureusement que l'école d'horticulture était là pour garnir les lieux ! 

mons 3

mons 4µ

L'entrée gratuite aurait été souhaitable dans ces conditions, mais j'ai quand même vu de belles choses ! 

Pourquoi si peu d'exposants? Certainement le prix demandé pour s'installer ! 

La citation du jour Les jeunes sont très fragiles, très sensibles. Ils ont besoin d'énormément d'amour, d'une attention constante. C'est un peu comme les bonsaïs : petits dehors, grands dedans, et inversement. Cette démesure les fragilise considérablement. (Agnès Desarthe)

 

 

 

Posté par philippedester à 06:33 - Visite de jardins et de jardineries - Commentaires [15] - Permalien [#]
Tags : ,

07 mai 2017

La plante du dimanche : sorbaria sorbifolia

Aujourd'hui, je vous présente un petit arbuste qui est beau plusieurs fois dans l'année. Tout d'abord au printemps quand les bourgeons débourrent. Ses couleurs sont, à ce moment-là, magnifiques ! Ensuite quand il commence à fleurir, puis en automne. 

sorb 1

Au printemps, son feuillage débourre rose crevette pour devenir jaunâtre au fil du temps tout en gardant une pointe de vert. 

sorb 2

Comme exposition, tout lui convient : ombre, mi-ombre, soleil, mais c'est au soleil que ses couleurs sont les plus remarquables. 

sorb 3

Le problème de cet arbuste, ce sont ses stolons qui peuvent émerger à un mètre de la plante. Il devient vite envahissant si on ne les supprime pas au fur et à mesure. Mais c'est une opportunité de faire des cadeaux à ses amis. 

sorb 4

Petite astuce de Francis Peeters : il coupe chaque année 1/3 de chacune des branches. L'arbuste a alors l'impression d'un nouveau printemps et refait des feuilles roses.

sorb 6

 

sorb 7

En été, il se pare de petites boules blanches qui s'ouvrent en petits flocons duveteux. 

sorb 8

 Résultat de recherche d'images pour "sorbaria sorbifolia"

Posté par philippedester à 06:20 - La plante du dimanche - Commentaires [12] - Permalien [#]
Tags :